f1.jpg

La réalité virtuelle fait son entrée sur la PlayStation 4

À l’occasion du Fan Expo Canada 2016, PlayStation Canada m’a permis d’avoir un aperçu de deux de leurs jeux à paraître sur la PlayStation VR : RIGS: Mechanized Combat League et Until Dawn: Rush of Blood. Comme si ce n’était pas assez, Warner Bros. Interactive Entertainment m’a permis d’enfiler le costume de Batman grâce à son tout nouveau jeu de réalité virtuelle,Batman Arkham VR. Ces trois jeux de réalité virtuelle m’ont donné un aperçu de ce que la PlayStation nous réservait en fait d’action immersive et d’expérience à 360 degrés.

 

f2.jpgLe casque de réalité virtuelle PS VR

Chaque fois que j’ai l’occasion d’essayer le casque PlayStation VR de Sony, j’en ressors toujours un peu plus impressionné que la dernière fois. Pourquoi? Parce que la durée de l’essai que l’on m’accorde devient de plus en plus longue. Je dois vous dire qu’après une trentaine de minutes à jouer à des jeux de réalité virtuelle au Fan Expo, je remarque à peine le poids de l’appareil. Pesant à peine 610 g (sans le cordon), le casque est très confortable sur la tête. La cerise sur le gâteau, c’est que le casque n’exerce aucune pression sur mes lunettes et ne me dérange pas le moins du monde. De plus, la courroie centrale ergonomique comprend un bon rembourrage, l’écrou de serrage à l’arrière du casque permet un ajustement parfait, et le masque oculaire en caoutchouc souple est des plus confortables. En somme, cet appareil de réalité virtuelle a été spécialement conçu pour dorloter le joueur.

Les caractéristiques techniques du casque PS VR expliquent en grande partie pour quelle raison les images demeurent aussi stables et fluides pendant de longues séances. Son fabuleux écran DELO de 5,7 po restitue des images RVB en 1080p (ou 960 x RVB x 1080 par œil) et fonctionne à un taux de rafraîchissement de 120 images par seconde. Inutile de vous dire qu’un tel taux génère une expérience de jeu de réalité virtuelle extrêmement fluide qui réduit les effets de vertige et de nausée. Il me faudrait sans doute porter le casque PS VR au moins une ou deux heures d’affilée pour en connaître les effets sur une longue période. Mais pour l’instant, je vous assure que je suis vraiment impressionné par ce qu’a produit l’équipe de conception de Sony.

Une autre raison qui explique mon admiration pour le casque PS VR, c’est la diversité des jeux à venir. Les jeux que j’ai essayés au Fan Expo (RIGS, Rush of Blood et Batman Arkham) différaient donc fortement les uns des autres, tant au niveau du genre que des commandes et des configurations physiques. Bref, tous les jeux placent le joueur dans un univers unique, enveloppant et hyperréaliste. Un nombre assez considérable de jeux compatibles avec le casque PS VR seront offerts dès le lancement de ce dernier le 13 octobre 2016.

 

f3.jpgRIGS: Mechanized Combat League

Le premier jeu auquel j’ai joué s’intitule RIGS: Mechanized Combat League. Il s’agit du dernier-né de l’équipe Guerilla Cambridge, qui est mieux connue pour sa série MediEvilet son jeu de tir à la première personne Killzone: Mercenary, paru sur la PS Vita. En exclusivité sur la PS VR dès le 13 octobre, ce jeu futuriste de tir en aréna à la première personne vous met derrière les commandes d’un robot ultrarapide et surpuissant. En somme, explosions et métal tordu sont au rendez-vous! Dans ce jeu, vous jouez le rôle d’un pilote de RIGS renommé. Votre équipe et vous devez éliminer vos adversaires pour remporter un prestigieux championnat.

Le jeu de démonstration permettait de commander six RIGS. Comme j’ai joué quatre parties, j’ai pu prendre un robot différent chaque fois. Chacun a un aspect, un arsenal et des habiletés qui le distinguent des autres. Les RIGS se déclinent en trois catégories qui reflètent des styles de jeu différents :

Classe Hunter – Robots petits mais rapides pouvant se faufiler dans les passages souterrains étroits

Classe Mirage – Robots grands et agiles capables d’effectuer des doubles sauts

Classe Tempest – Robots qui peuvent planer et dominer l’espace aérien

J’ai joué au mode intitulé « Power Slam », qui peut se résumer à peu près ainsi : il s’agit d’une partie de basketball où s’affrontent deux équipes de trois joueurs. Seule différence avec le basketball : vous êtes armé jusqu’aux dents et votre robot peut devenir le ballon. J’ai également joué dans une carte de style désert poussiéreux intitulée « Nevada ». L’objectif était de détruire d’autres RIGS et de collecter des boules d’énergie jaunes et lumineuses nommées « Power Spheres ». À mesure que je détruisais des RIGS ou collectais des sphères, ma jauge Surcharge (« Overdrive ») se remplissait. Une fois pleine, mon robot entrait en mode Surcharge et me donnait l’occasion de marquer un but en plongeant à travers un anneau central géant. Il va sans dire que mes adversaires avaient recours aux pires bassesses pour m’empêcher de marquer! Ils me torpillaient de missiles téléguidés, répondaient à mes prétentions par la bouche de leurs canons à impulsion, essayaient de me trouer comme le gruyère avec leurs lasers, me tiraient dessus de tous leurs fusils d’assaut et m’arrosaient de je ne sais quels autres projectiles.

f4.jpgVotre machine de combat polyvalente peut passer en moins de deux d’un mode à l’autre en fonction de la situation. Ces modes sont Vitesse, Réparation et Dommage. Le mode Vitesse réduit votre puissance de feu, mais augmente votre mobilité; le mode Réparation vous permet de réparer les robots de vos coéquipiers ou le vôtre; le mode Dommage diminue votre mobilité au profit d’une puissance de feu accrue. Une fois que la jauge Surcharge est pleine, les trois modes s’activent simultanément. Comme la plupart du temps vous êtes sous le feu nourri de vos adversaires, c’est un euphémisme de dire que la surcharge est la bienvenue.

Je me suis vraiment bien amusé avec RIGS: Mechanized Combat League. Je crois que ce jeu a un potentiel incroyable pour ce qui est du multijoueur et du sport électronique, s’il est en mesure d’attirer suffisamment de joueurs. Du point de vue de la réalité virtuelle seule, je dois avouer que j’étais bouche bée chaque fois que je faisais une visite virtuelle de mon RIGS dans l’immense hangar du robot. Je peux à peine vous décrire à quel point cette impression d’immersion était intense. Et quand on est dans l’arène de combat, on tombe quasiment à la renverse tant l’expérience semble vraie. Parfaitement entre nous, il n’y a rien de plus cruel pour moi que de devoir attendre la sortie officielle de ce jeu le mois prochain avant d’y rejouer.

 

f5.jpgUntil Dawn: Rush of Blood

Until Dawn: Rush of Blood est un jeu de tir sur rails dérivé du thriller acclamé l’année dernière par la critique, Until Dawn, sorti sur la PS4. Tandis que RIGS avait recours à la manette DualShock 4, Rush of Blood vous fait la vie un peu plus dure en vous permettant d’utiliser un pistolet d’une main et un fusil à pompe de l’autre au moyen de deux manettes à détection de mouvement PlayStation Move. Le niveau que j’ai essayé avait pour scène des montagnes russes aussi glauques que terrifiantes qui représentaient la « descente aux enfers » de l’un des personnages principaux du jeu Until Dawn. Pour ceux qui ont joué à ce dernier, vous savez probablement de quel personnage je parle.

Bref, comme dans la série House of the Dead de Sega, vous pouvez recharger les armes en faisant feu hors de l’écran ou en effectuant un mouvement rapide avec la commande. Autre point d’importance : les munitions sont illimitées. J’ai parfois découvert des caisses de munitions. Les tirer permettait d’augmenter la puissance de feu des armes. Vos armes à feu servent également de lampes de poche. Vous pouvez ainsi y voir plus clair dans cette virée en enfer où des morts-vivants n’ont qu’un seul désir : vous savourer un membre à la fois.

f6.jpgD’après le peu que j’ai pu voir, Rush of Blood s’attache davantage à vous faire sursauter et à mettre en scène des images perturbantes qu’à éprouver votre maîtrise des armes à feu comme c’était le cas pour les jeux Virtua Cop et Time Crisis. Au cours des sept minutes qui m’ont été accordées, des porcs tout ce qui a de plus vorace et de féroce ont essayé de m’arracher le visage, des lames ont failli me couper en deux, des fantômes horrifiants sont apparus à quelques centimètres de ma tête et hurlaient au meurtre et, enfin, des clowns morts-vivants ont commencé à me poursuivre. Vous avez bien lu : des hordes de clowns morts-vivants me harcelaient. Rien de pire que ces clowns! Ils vous poursuivent en bandes, vous attaquent en bondissant et vous laissent chaque fois au seuil de la mort!

Jusqu’à présent, aucune date de sortie n’a été confirmée pour Rush of Blood. Un truc est sûr, c’est que lorsqu’il sortira, je prendrai place dans le wagon une fois de plus pour effectuer d’autres descentes dans ces montagnes russes des plus perturbantes.

 

f7.jpgBatman Arkham VR

Pour la première fois de ma vie, j’ai revêtu l’armure de Batman. C’était encore mieux que ce que je l’imaginais.

Dès que j’ai pris connaissance de l’annonce surprise de Sony concernant Batman Arkham VR lors du dernier E3, je n’ai plus eu qu’un seul désir : y jouer! Toute nouvelle mouture de la sérieArkham, Batman Arkham VR a été développé par Rocksteady Studios et publié par Warner Bros Interactive Entertainment. Le jeu vous donne l’occasion d’enfiler la célèbre cagoule et de devenir le chevalier à cape légendaire de Gotham City.

Avant d’essayer le jeu de démonstration, on m’a demandé de rester debout tout en tenant dans mes deux mains des commandes PlayStation Move. Vous commencez le jeu en tant que Bruce Wayne, alter ego de Batman, dans le manoir Wayne. Le fidèle Alfred Pennyworth vous donne une clé pour le piano situé devant vous. Après avoir pris la clé et déverrouillé le piano au moyen de quelques gestes de la main, j’ai commencé à descendre les degrés menant à l’antre de Batman, c’est-à-dire la célèbre Batcave. Au gré de la descente, j’ai dû enfiler les gants de Batman, son armure et sa cagoule, en plus de remplir ma ceinture de gadgets. Croyez-moi quand je vous dis que vivre cette transformation à la première personne, en pleine réalité virtuelle, éveille les émotions les plus puissantes. Et c’est le comble quand vous vous voyez dans la glace, devenu Batman des pieds à la tête! D’un point de vue graphique, tout a l’air incroyablement réel, depuis l’impressionnante chute d’eau qui vous entoure jusqu’aux lointaines nuées bruissantes de chauves-souris.

Après avoir enfilé le costume, j’ai été dépêché sur ma première scène de crime. Cette mission n’était pas sans me rappeler le mode Détective en réalité augmentée du jeu Batman: Arkman Knight, paru l’an dernier. Je ne pouvais pas me promener comme je l’aurais souhaité. Au lieu de cela, je pouvais observer la scène de crime (une ruelle sombre) depuis trois points de vue et me transporter de l’une à l’autre. En plein cœur de la scène gisait Nightwing. En utilisant un procédé de reconstitution holographique, j’ai pu reculer dans le temps et voir la façon dont s’est produit le crime. Vous ne pouvez imaginer rien d’aussi saisissant que d’être aux premières loges du combat à mort, rendu de façon hyperréaliste, opposant Nightwing à ses assaillants. Je me suis même surpris à regarder de gauche à droite et derrière moi tandis que le combat se déplaçait autour de mon point de vue. Une fois que j’ai découvert qui était à l’origine de cette attaque perfide, j’ai fait feu de mon pistolet-grappin sur un dirigeable et la mission a pris fin. J’ai été ramené à l’écran de menu.

Parmi toutes mes expériences de réalité virtuelle, celle-ci a été sans l’ombre d’un doute la plus intense et la plus mémorable. Je suis sûr qu’à peu près tous les amateurs de Batman ont déjà songé à quel point porter la cagoule de Bruce Wayne devait être chose extraordinaire. Grâce à Batman Arkham VR, vous pouvez en faire l’expérience par vous-même. Le degré d’immersion est sans commune mesure avec tout ce qui existe. J’ai entendu dire que le jeu durait environ quatre heures. Même si, en termes de durée, ce jeu n’approche en rien les jeux de la série Batman Arkham, je peux vous affirmer, pour y avoir joué une vingtaine de minutes, que le jeu sera tout simplement épique. Comme le 13 octobre me semble loin!

Continuez à visiter le blogue Branche-toi de Best Buy au cours des prochaines semaines pour vous tenir au courant de tout ce qui entoure la PlayStation VR!

PARTAGER SUR
Rédacteur, Jeux vidéo
Paul Hunter est le rédacteur sur les jeux vidéo du Blogue Go Techno de Future Shop et rédacteur en chef pour NextGen Player. Il travaille à Toronto, Ontario, et est heureux d’avoir une femme aimante et patiente qui tolère son obsession à 40 heures par semaine pour les jeux vidéo.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE