Overwatch.jpg

Chaque fois que Blizzard sort une de leurs grosses productions, c’est comme si la Terre cessait de tourner pour un très grand nombre de joueurs. Ils laissent soudainement leur passion des derniers mois au profit du tout dernier titre AAA du développeur américain. Pour cause, on ne peut pas leur en vouloir, puisque Blizzard n’a jamais vraiment fait de faux pas majeur. J’oserais même avancer que le sceau de la compagnie sur un jeu est un gage de haute qualité de production et un succès presque garanti. Cependant, avec Overwatch, le studio allait dans une direction très différente de tous les autres titres qu’ils avaient développés par le passé. Est-ce que le résultat final répond aux attentes ?

Overwatch Origins Edition.jpg

En résumé

L’aventure se déroule dans le futur alors que la Terre vient de connaître la fin d’une importante crise durant laquelle l’humanité est presque tombée sous la menace d’une intelligence artificielle nommée Omnic. Celle-ci donna naissance à une armée de méchants robots partout dans le monde. Heureusement, les Nations Unies avaient un plan qui fut de créer Overwatch, une force opérationnelle internationale qui réussit à mettre fin à la crise. Durant les années suivantes, l’organisation demeura en place afin de protéger la planète, mais suite à plusieurs accidents criminels, le groupe fut accusé de corruption. Puis, une puissante attaque frappa le quartier général laissant l’équipe dans le deuil de son leader Jack Morrison et de son bras droit Gabriel Reyes. À partir de ce moment, le groupe ne fut plus jamais le même. On dit même que le tout aurait été planifié par des malfrats. Saurez-vous exposer la vérité au grand jour et ramener les lettres de noblesse à votre groupe d’anciens héros ?

Overwatch est développé et publié par Blizzard Entertainment

Date de parution : 24 mai 2016

Plateformes : PlayStation 4 / Xbox One / PC

Style : Jeu de tir à la première personne, multijoueur

Classement ESRB : T (Adolescents, 13 ans et plus)

Langue d’exploitation : jeu disponible en français

Une approche facile

Je vous ai parlé de la prémisse, mais à mes yeux elle est très secondaire puisque tout le jeu se déroule en multijoueur. Bien que les rumeurs veuillent que Blizzard pense aussi à développer une partie solo pour le jeu, il faudra patienter. Je dirais que c’est la seule déception, car le studio est excellent pour raconter des histoires et les vidéos de promotions qui sont parus avant le lancement laisse envisager une campagne potentiellement vraiment superbe. Bref, je vais croiser les doigts en espérant que cela se concrétise.

La bonne nouvelle est que les amateurs de jeux de tir multijoueur se verront combler par l’expérience actuelle. D’abord, ce qu’on remarque d’entrée de jeu, c’est que le jeu va peut-être vous sembler un peu imposant avec les 21 personnages qui sont à votre disposition. Heureusement, la prise en main est assez facile il faut tout simplement se donner un peu de temps. Chaque personnage possède 2-3 habiletés qu’on arrive à comprendre et maîtriser assez rapidement. En appuyant sur le D-Pad, vous pouvez voir en tout moment vos pouvoirs ce qui facilite l’adaptation. Le truc est de changer régulièrement de héros pour apprendre leurs forces et faiblesses afin d’être prêt à contrer l’équipe adverse avec le bon personnage.

En termes de jouabilité, l’expérience est aussi particulièrement satisfaisante. D’une part, les contrôles répondent bien, le taux de rafraîchissement de 60 fps permet une fluidité impressionnante, les parties se déroulent assez rapidement et, en général, la prise en main est assez facile d’accès. D’ailleurs, le fait de rendre un jeu accessible a toujours été une des forces de Blizzard. On n’a qu’à penser à World of Warcraft dont ils refusent de mettre à jour les graphiques pour ne pas fermer la porte à ceux qui ont des PC plus vieux ou Hearthstone qui se joue sur n’importe quel appareil intelligent. Je pense qu’avec Overwatch, n’importe qui peut réussir à rentrer dans une partie et tirer son épingle du jeu. D’une partie à l’autre, c’était rarement la même personne qui obtenait le titre de joueur du match. Signe que le tout est assez bien équilibré.

Chaque personnage offre une nouvelle aventure

Revenons à cette sélection imposante de 21 personnages. D’abord, précisons que celle-ci est divisée en quatre sections. Il y a premièrement les rôles de support qui permettent de soigner ou d’améliorer vos coéquipiers. Certains d’entre eux ont aussi la capacité de nuire voire même complètement déstabiliser vos ennemis. Puis, il y a les Tanks qui possèdent plus de vie et peuvent ainsi vous aider à percer les lignes de défense ennemies. Ils sont primordiaux afin d’aider à faire progresser l’équipe. En collaborant avec les autres classes, c’est possible de faire d’excellentes combinaisons. Ensuite, six personnages sont experts de la défense. Ainsi, ils font beaucoup de dommages, mais se déplacent un peu moins rapidement. Ils sont particulièrement utiles pour protéger des zones. Enfin, les personnages de classes offensives se déplacent assez rapidement et ils sont particulièrement efficaces à éliminer les adversaires. Cependant, ils n’ont pas beaucoup de vie alors mieux vaut éviter autant que possible les combats directs. Bref, ça prend un bon mélange de chacun pour réussir.

Mercy Overwatch.jpg

Après tout, Overwatch se joue à 6 contre 6, ce qui est le format idéal à mon avis, donc c’est payant d’avoir une bonne combinaison de différentes classes dans votre équipe. D’ailleurs, le jeu va même vous avertir lorsqu’il manque un type de personnage dans votre équipe. Qui plus est, même s’il existe quatre classes, chaque personnage apporte une toute nouvelle expérience. Par exemple, du côté des personnages de support, je me suis servi en premier lieu de Mercy qui peut soigner ou augmenter la puissance de nos coéquipiers et son attaque ultime permet même de ressusciter notre équipe. Puis, j’ai eu une très belle expérience avec Symmetra qui peut mettre quelques tourelles sur le terrain ainsi que protéger ses alliers avec un léger bouclier. Pour compléter le tout, son attaque ultime nous laisse créer un portail ce qui est particulièrement pratique sur les cartes plus grandes. Ça peut faire une très grande différence dans une partie.

Il faut dire que les meilleurs joueurs sont ceux qui vont être en mesure de choisir le bon personnage au bon moment afin de tourner la partie en leur faveur. Mais comme les personnages sont très différents, il existe généralement plusieurs approches possibles pour arriver à nos fins et c’est ce qui est tellement amusant. Peu importe votre choix de personnage, vous vous sentirez toujours utile dans votre rôle respectif.

Overwatch Origins Edition (6).jpg

Le seul problème, c’est le même qui frappe Blizzard d’un jeu à l’autre, c’est-à-dire qu’ils jouent régulièrement avec l’équilibre entre les personnages pour qu’il n’y est pas de débalancement. Or, j’ai l’impression que le studio se met un doigt dans l’œil en essayant constamment de changer les choses au lieu de laisser les joueurs s’adapter eux-mêmes surtout qu’on est tellement tôt dans la phase de lancement du jeu.

Finalement, une partie se conclut avec un joueur du match et on a droit à sa plus belle séquence. Puis, on passe au vote entre quatre joueurs qui met en valeur des statistiques intéressantes qui expliquent pourquoi ceux-ci se sont démarqué. On va plus loin que simplement les éliminations, parfois on démontre le pourcentage de dommage effectué par rapport à l’équipe ou encore le nombre de point de vie soignée. Bref, le jeu trouve toujours le moyen de valoriser les joueurs peu importe votre rôle. Enfin, j’étais bien content que constater que le jeu sauvegarder automatiquement quelques séquences glorieuses pour nous.

Assault, escorte et contrôle

Overwatch se démarque aussi grâce à ses trois différents modes et ses douze cartes. Même si certains trouvent le tout peut être limité, d’un mode et d’une carte à l’autre, il faut user de stratégies complètement différentes. Par exemple, il y a des zones à défendre qui sont complètement cloîtrées ce qui offre l’avantage aux experts du combat à courte distance alors que d’autres sont dans des aires totalement ouvertes favorisant les batailles à distance. Il en est de même dans le mode escorte où il faut parfois déplacer l’objectif le long de petits couloirs étroits alors qu’à d’autres moments l’environnement ouvert va rendre l’escorte bien plus compliquée.

Ce qui est bien aussi, c’est que chaque carte offre une faune et des décors très différents. Ils sont très colorés et le détail dans chaque personnage est vraiment impressionnant. Disons que le visuel est très agréable. Plusieurs ont fait le comparatif avec Team Fortress 2 et comme j’y ai joué des centaines d’heures je ne peux que constater qu’il est difficile d’ignorer les similitudes. En fait, je me plais à dire que c’est presque l’équivalent, mais fais avec un plus gros budget dédié plutôt que créé pour simplement être vendu en ensemble avec Half-Life 2.

Overwatch Origins Edition (5).jpg

Pour accompagner le tout, Blizzard récompense les joueurs avec un coffre renfermant quelques nouveaux items cosmétiques sur une base assez fréquente. En fait plus vous accumuler d’expérience et vous monter de niveau plus vous aurez de ces cadeaux. Bien sûr, si vous voulez plus de boîte, vous pouvez en acheter grâce au modèle de microtransactions. La bonne nouvelle, c’est que le tout est justement que cosmétique et amusant comme des designs différents pour les personnages, des tags que vous pouvez tracer partout sur chaque mur, différentes lignes que votre héros va lancer de temps à autre et j’en passe. Bref, rien de tout ça ne vous permettra d’avoir l’avantage sur l’adversaire ce qui est bien parfait. Je n’ai aucun problème avec ce type de transactions dans un jeu vidéo.

Enfin, je dirais que faire des parties rapides est vraiment l’aspect le plus intéressant du jeu, mais sachez que vous pourrez aussi amplement vous pratiquer avec les combats contre l’intelligence artificielle qui sont aussi possibles. Il y a aussi un mode arcade qui apporte une alternative intéressante à la jouabilité qui change à chaque semaine. Par contre, ça va prendre le traitement que Blizzard réserve typiquement à ses jeux avec des mises à jour fréquentes et du nouveau contenu sur une base régulière. Sinon, je crois que les gens vont peut-être se lasser.

Alors on achète ou pas?

Si vous avez lu mon test d’un bout à l’autre, vous remarquerez qu’on ne peut pas reprocher grand-chose aux développeurs d’Overwatch. Le lancement s’est fait sans anicroche malgré la popularité du titre. Les serveurs sont très stables jusqu’à présent et, à moins d’être un gros groupe, on trouve toujours une partie assez rapidement. Soyez prudent par contre, parce qu’un fois qu’on se lance dans une partie, ça devient très difficile de s’arrêter. En terminant, je ne peux que recommander fortement Overwatch particulièrement si vous aimez les jeux de tir multijoueur et que vous avez quelques amis avec qui vous lancer dans l’aventure.

Tracer Overwatch.jpg

Les Plus

+ La jouabilité très efficace

+ Le style visuel de toute beauté

+ Les 21 personnages très variés

+ Les microtransactions sont cosmétiques

+ La stabilité des serveurs

+ Le jeu valorise tous les styles de joueur

Les Moins

– La personnalité des personnages pas assez exploitée

– L’absence de développement de la prémisse

Verdict

  • Jouabilité : 5/5
  • Visuel : 5/5
  • Audio : 4,5/5
  • Durée de vie potentielle : 4/5

Note finale : 4,6/5 (93 %)

Procurez-vous Overwatch sur PC

Procurez-vous Overwatch sur PlayStation 4

Procurez-vous Overwatch sur Xbox One

PARTAGER SUR
Anthony Gravel
Même si sa passion principale est les jeux vidéo, Anthony est passionné par tout ce qui touche la technologie. Vous pouvez le lire sur L'Épée Légendaire/ où il est rédacteur en chef en plus d'écrire sur ce blogue depuis 2012.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here