Il y a tellement de jeux vidéo sur le marché, qu’il est parfois facile d’avoir peur de faire un mauvais choix. Dans le cas du jeu Dead Cells, il ne s’agit pas d’un jeu qui vous fera regretter votre achat. Je dois tout de même vous avertir de quelque chose. Vous aller mourir. Plus d’une fois. Et vous devrez tout, mais tout recommencer. Et là, vous allez dire que j’avais tort. Mais avant de sauter trop vite aux conclusions, voici ce que j’ai pensé de mon expérience de jeu de Dead Cells

Dead Cells est développé par  et publié par 

Plateformes: Xbox One / PlayStation 4 (version essayée) / Nintendo Switch
Date de parution: 
Style: Action-aventure
Mode de jeu disponible: solo
Classement ESRB: T (Teen) Pour adolescents
Langue d’exploitation: jeu disponible en plusieurs langues dont le français

Dès le début de ce jeu en 2D et en 16 bits, on tombe presque immédiatement dans l’action. Ce qui est une bonne chose en soi. Je déteste les introductions trop longue! On découvre que le personnage est en fait un corps mort contrôlé par différentes cellules vivantes qui ont pris le contrôle de ce dernier et qui lui procure une sorte de flamme comme tête. Quelques secondes après l’apparition de ce spectre à la tête de feu, on rencontre un garde qui nous précise que le spectre fut condamné à mort sans avoir vraiment plus de précisions. On pourra discuter avec ce dernier à quelques reprises. Profitez de ces discussions puisqu’elles ne seront plus disponibles bien assez vite!

La mort te va si bien!

Bref, c’est là que le plaisir commence et qu’il faut s’apprêter à… mourir. Ce n’est seulement qu’avec une épée rouillée et un vieux bouclier de bois que l’on doit trouver la sortie de ce niveau, et ce à travers une orde d’ennemis qui ne veulent que notre peau. Du moins, ce qu’il en reste… À première vue, ça peut sembler facile, mais les ennemis cachent tous des attaques dont on ne s’attend pas… lors de notre première rencontre avec eux. Une fois que l’on commence à savoir à quoi s’attendre de chacun d’eux, il peut être facile d’éviter leur attaque en faisant une roulade à côté d’eux, ou en donnant un coup de bouclier au bon moment. Mais tout cela, il se peut que vous le maitrisiez seulement qu’après votre première mort.

Cette première défaite sera sans nulle doute celle qui vous fera vivre un grand nombre d’émotion. La barre de santé que le personnage possède est assez limité, et peut se vider rapidement. De ce fait, lorsque le personnage se fait détruire, on remarque à l’écran que l’on vient de perdre tout ce que l’on a acquis, dont de mystérieuses cellules. Mais ce n’est rien, car en plus d’avoir tout perdu, on perd aussi notre progression!

Au moins, vous êtes averti, car moi, je l’ai su à mes dépends! Parce que ce n’est toujours pas fini! Effectivement, lorsque l’on est prêt à recommencer le tout, il est facile de remarquer que le décor a changé. Celui-ci n’est plus du tout le même qu’avant. Les divers chemins ne seront plus à la même place, les ennemis seront déplacés, mais aussi, tout ce qui peut nous être utile durant l’aventure reviendra de manière aléatoire…En gros, on recommence du début, et puisque tout est différent, tout est à refaire!!!

J’ai vraiment paniqué au premier coup. Je fus même un peu découragé. Mais j’ai persévéré, et par ma grande surprise, ce fut la meilleure chose que j’ai pu faire!

Ta curiosité n’est pas un vilain défaut!

Ce qui fait certainement le plus mal lors de décès, est la perte de tout ce que nous avions amassés. Au début, je ne savais pas trop l’importance de ces objets, et je gérais le tout sans vraiment y faire attention. J’ai vite appris que ceux-ci sont la clé de notre réussite, que l’on doit fouiller dans tout le niveau puisqu’ils sont parfois cachés dans des recoins, ou parfois directement sur notre chemin comme si c’était normal.

C’est pourquoi que je trouve qu’il est presque primordial de visiter tous les endroits avant de passer par la sortie. Pour sauver du temps, il est possible de prendre des vortex qui sont situés un peu partout dans le niveau. Il faut bien sûr passer près d’eux pour les activer, et puisque la carte est quand même bien précise, il est facile de savoir où l’on doit aller.

Il n’y a « presque » rien de gratuit dans la vie!

Lors de la recherche vers la sortie, nous ne trouverons pas uniquement des améliorations qui bonifieront la jauge de santé de notre personnage, mais aussi de l’argent, des cellules et des armes. L’argent peut se trouver en abattant des ennemis, mais aussi dans des murs ou dans des coffres. Cette monnaie sert à payer pour des armes, mais parfois, pour avoir débarrer une porte qui nous donnera accès à une amélioration ou à une arme. C’est rare que j’ai payé pour avoir accès à ce que je pouvais trouver car parfois je n’avais pas assez d’argent, ou que je sais qu’il est possible de trouver le tout gratuitement par hasard en détruisant des ennemis, que je le trouve dans un coffre, ou que je l’achète du marchand que l’on peut facilement trouver dans la plupart des niveaux.

Les ennemis laisseront aussi parfois tomber des sphères et c’est vraiment ce qui est la priorité à amasser. Car lorsque l’on se rend, finalement, à l’une des sorties du niveau, on rencontre une créature qui peut nous échanger les sphères contre des trucs bien utiles, comme par exemple, l’une de choses que j’ai considéré assez important dès le début, de ne plus perdre tout mon argent…

La persévérance, c’est payant!

C’est là que j’ai réalisé qu’il était possible de ne pas tout perdre. Que le jeu fonctionnait sur le principe des essaies, et des erreurs. Sur la persévérance. Il faudra en amasser des cellules pour pouvoir débarrer une majorité d’options, mais puisque celle de pouvoir recommencer la partie avec une partie de l’argent que l’on avait amassée est déjà très bien.

Juste avec cela, j’ai pu acheter des armes très chères, mais aussi très fortes, qui m’ont permis de battre un mini-boss dans l’un des niveaux. Cette victoire m’a permis d’obtenir une nouvelle fonction, de pouvoir faire apparaître une tige à des endroits précis et sur laquelle je peux grimper pour atteindre des plateformes trop hautes. Le tout mènera aussi parfois à de nouveaux niveaux!

Lorsque j’ai découvert le tout, j’ai encore été surpris par ce que le jeu offre. J’ai réalisé son potentiel, mais surtout à quel point ce dernier nous met toujours à l’épreuve. Il faudra donc parfois essayer de finir le niveau le plus rapidement possible pour être récompenser dans le second. Effectivement, il existe des portes qui demandent que l’on soit devant eux avant un certain nombre de minutes. Ma malchance ne m’a jamais permis de m’y rendre, mais j’ai pu voir le trésor que j’aurais pu avoir, et il aurait valu la peine! Dommage pour moi!

Bref, malgré tout le temps et les cellules que j’ai pu amasser, je n’ai jamais réussi à battre l’un des boss principaux du jeu, le concierge. Même avec mes armes, je ne fus pas assez fort pour gagner la bataille. Puisqu’il m’a fallut passer à travers plusieurs niveaux pour m’y rendre, y retourner me donnera encore certainement du fil à retorde. Mais sachant que je n’ai pas réellement fait le tour complet de chaque niveau pour m’y rendre, je sais que j’ai dû raté des surprises qui me surprendront encore et encore.

Impressions générales

Jouer à Dead Cells, c’est comme aller au Casino. Tu oses, tu gagnes un peu, et puis finalement, tu perds tout ton gain. Mais malgré tout, tu recommences, en pensant que tu gagneras le vrai butin! Donc en gros, Dead Cells est un jeu qui sait nous mettre en haleine, et est l’un de ces jeux qui est tellement addictif que les fatalités nous encouragent à continuer! Ce n’est pas pour rien que même si j’ai eu une copie sur Playstation 4 pour le test, je me suis offert le jeu sur Nintendo Switch pour y jouer partout! Oui, j’ai dû tout recommencer ma partie… Mais c’est tellement le fun!!!

Malgré un petit problème de caméra qui semble être parfois incapable de suivre le personnage lors de mouvement trop rapide, je n’ai eu aucune mauvaise expérience. J’ai tout de même préféré jouer avec les boutons directionnels des Joy-Con que le stick analogique puisque ce dernier étant sensible, faisait pencher mon personnage ou le faisait faire des esquives involontaires.

En gros, si vous êtes rendu à lire ceci, c’est que vous êtes intéressés par Dead Cells. Finalement, je n’avais pas si tort!

+ Des graphismes époustouflants pour du 16 bits
+ La nouveauté omniprésente qui nous stimule sans cesse à continuer

– Les problèmes de caméra

ÉVALUATION GLOBALE

Expérience de jeu: 4.5/5
Graphisme: 5/5
Son: 5/5
Durée d’intérêt/Rejouabilité: 5/5

Note globale:  4.88/5 (98 %)

Procurez-vous Dead Cells sur Playstation 4

Procurez-vous Dead Cells sur Nintendo Switch

PARTAGER SUR
Jean-Francois Bourré
Passionné par les voyages dépaysants, je suis avant tout un geek qui aime les jouets, les figurines, les gadgets technologiques et les jeux vidéo. J'ai partagé plusieurs sujets sur les blogs de Geekbecois et de Geeks And Com. Je tiens un blogue personnel sur lequel je publie occasionnellement.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here