Ratchet_and_Clank2.jpgRatchet et Clank, version 2016, est un jeu non seulement pour les nostalgiques, mais aussi pour la nouvelle génération de joueurs. Si vous êtes un fan de la série originale, vous y retrouverez le même type de prémices que la saga originale, mais remise au goût du jour. Si vous avez vu le film d’animation sorti le 13 avril dernier, vous remarquerez que les deux projets ont été menés côte à côte. Selon moi, ils se complètent parfaitement.

Vous n’êtes pas obligés d’avoir vu le film pour jouer au jeu ou vice- versa, mais vous vivrez assurément une expérience plus complète si vous expérimentez les deux. Le jeu vidéo est tiré du film, lui-même tiré du scénario du jeu. C’est un mélange qui brouille les pistes avec une certaine réussite puisque le jeu utilise régulièrement des extraits du film en guise de cinématiques entre les planètes. Si vous aimez Ratchet et Clank, il est donc plutôt conseillé d’aller voir le film en parallèle de votre session de jeu afin de profiter de l’expérience complète imaginée par Insomniac.

Ceux qui ont joué au premier jeu de Ratchet et Clank se retrouveront en terrain connu. Il s’agit bel et bien du premier épisode, retouché ici et là, avec plusieurs nouveautés en matière de graphismes, de gameplay, de personnages et de cheminement dans l’aventure. Il conserve toutefois son charme d’antan et ses mécaniques de base: exploration de planètes, achat et amélioration d’un arsenal et récolte de boulons.

10381565.jpg

L’histoire

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’histoire du jeu, et bien, l’action se situe dans la galaxie de Solana où le machiavélique président Drek détruit sans pitié plusieurs planètes afin d’en récupérer des morceaux pour en fabriquer une nouvelle à son peuple, les Blargs. Les lignes d’assemblage de robots de destruction tournent à plein régime afin d’assouvir sa soif de conquête. Mais une erreur inattendue dans la chaîne de montage participe à la création d’une anomalie, un petit robot espiègle, Clank, doté d’une conscience lui dictant de faire le bien. Pourchassé par le garde du corps personnel de Drek, Clank parvient toutefois à s’échapper en vaisseau avant de s’écraser sur la Planète Veldin où un Lombax, nommé Ratchet, viendra le secourir. Mécanicien de profession, Ratchet rêve d’aventures, et surtout de quitter sa planète natale. Il adule les Rangers Galactiques, dont le chef, le Capitaine Qwark, héros vantard et musclé au sourire éclatant, vient pourtant de le refouler au test d’aptitude visant à recruter un cinquième protecteur de la galaxie. Sa rencontre avec le robot Clank marquera l’occasion unique de réaliser son rêve. Et c’est ici le seul élément de l’histoire qui sert de toile de fond au jeu. Simple, mais efficace.

Un arsenal déjanté

Au cœur de l’expérience de jeu et de l’arsenal mis à notre disposition, qui est d’ailleurs assez original et peut évoluer lui aussi en fonction des épisodes les plus récents de la série, vous avez la possibilité de détruire presque tout sur votre passage. Pour ceux qui ont joué au dernier opus du jeu sur PS3, vous allez remarquer que le panel d’armes disponibles dans cette version est très semblable. Mais, il y a des nouveautés. À côté des classiques Gant à bombes, Pyrolanceur et autre Gant Ravageur, on retrouve désormais d’autres outils plus modernes comme le Discozigzag, le Lance-Prédateurs ou encore le Frappeur Plasma venu de A crack In Time. L’épisode Opération Destruction semble d’ailleurs avoir énormément inspiré la direction prise pour cet opus avec la présence du garde robot personnel M. Zurkon ou bien du fameux Groovitron. Côté nouveautés, il y a aussi le Pixelizeur HD, cette arme transformant vos pauvres cibles en amas de pixels, ou bien le Tambour à Protons et ses secousses énergétiques mortelles. Vous en avez vraiment pour tous les goûts. Et je ne voudrais surtout pas oublier le TELT (pour T’Éclater La Tronche). Oui, il est toujours présent dans le jeu et vous pouvez l’acquérir très tôt dans l’aventure.

Ratchet_and_Clank.jpg

Mais là où le jeu excelle, c’est dans ses graphiques exceptionnels. Vous avez ici le charme des environnements des jeux passés, revampés de façon extraordinaire. La qualité de l’univers que nous avons devant nous est impressionnante. Les explosions de boulons et la profondeur des détails sont exceptionnelles. Vous ne le remarquerez peut-être pas,  mais le jeu roule en 30 fps, non en 60, et sincèrement vous ne verrez pas la différence. Insomniac réussit un véritable tour de force et nous offre un des plus beaux jeux sur la PS4 en ce moment. Il y a eu une attention aux détails impressionnante. Les effets des reflets sur les métaux, l’eau, les particules de lave dans les airs vont vous permettre d’apprécier davantage le jeu. C’est comme si vous étiez en train de contrôler le personnage d’un film d’animation tellement la différence entre les deux est minime.

Si vous êtes un amateur de Ratchet et Clank, ou même si vous ne l’êtes pas, vous devez absolument jouer à ce petit bijou.

Les plus

Des environnements plus vastes à explorer et extrêmement beaux à regarder

Techniquement irréprochable, visuellement incroyable!

Des personnages hauts en couleur et amusants

Une panoplie d’armes variées et amusantes

Les moins

Peut-on avoir la suite maintenant S.V.P.?

LES NOTES

Expérience de jeu: 5/5

Graphismes: 5/5

Son: 5/5

Durée d’intérêt/Rejouabilité: 5/5

Note globale: 5/5

PARTAGER SUR
Carl-Edwin Michel
Carl-Edwin est passionné de technologie et de jeux vidéo. Diplômé en informatique, il est journaliste et chroniqueur en nouvelles technologies depuis 2009. On peut le voir entre autres à l’émission Planète Techno sur ici Explora ainsi que dans les capsules de conseils technos précédant les films présentés dans les cinémas Cinéplex. Il a également collaboré à l’émission M.Net.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here