ordienfant2.jpgQuand j’étais petit, Internet n’était pas encore arrivé dans les foyers. Les parents des années 80 n’avaient donc pas à se soucier du comportement de leurs enfants en ligne. Ma fille a peut-être juste 16 mois, mais, un jour, elle va surfer sur Internet. Je devrai alors lui parler de nétiquette, ou si vous préférez, des règles de savoir-vivre que l’on doit respecter sur Internet. L’idée m’est venue de rédiger un guide simple à l’attention des parents qui, comme moi, souhaite apprendre quelques règles d’usage à leurs enfants. 

Un dialogue ouvert

La première chose à faire, c’est d’établir un dialogue entre vous et votre enfant à propos d’Internet. Internet ne doit pas être diabolisé, mais, de l’autre côté, vous ne devez pas banaliser son utilisation. Vous devez rendre votre enfant assez à l’aise pour que s’il survient un problème, il aille vous en parler immédiatement. 

L’âge minimum

Si votre enfant a moins de 13 ans, vous devriez porter une attention particulière à l’âge minimal requis pour s’inscrire sur les réseaux sociaux. Par exemple, Facebook demande d’avoir au moins 13 ans pour s’inscrire sur son site. Évidemment, plusieurs enfants dérogent à cette règle en utilisant une fausse date de naissance, mais vous ne devriez pas l’encourager à faire ça. 

Parler avec ses amis

Votre enfant est encore trop jeune pour faire des rencontres sur Internet. Il devrait se focaliser sur les gens qu’il connait déjà dans la vraie vie, comme ses amis d’école. 

ordienfant1.jpgUn pseudonyme correct

Si votre enfant a besoin de créer un pseudonyme pour faire partie, par exemple, d’un forum de l’école ou qu’il doit se créer une adresse courriel, encouragez-le à prendre un pseudonyme correct qui n’est pas insultant, raciste, sexiste ou diffamatoire. Son pseudo ne devrait pas non plus permettre de l’identifier facilement. Si j’étais encore un enfant, je n’aurais pas les pseudonymes suivants : philippemichaud, phil_mich ou pmichaud. J’aurais plutôt choisi : le_samourai_geek.

Ne jamais partager d’information personnelle

Un enfant ne devrait pas se sentir invincible devant un écran d’ordinateur. Vous devriez le sensibiliser aux prédateurs sur Internet. Il ne devrait jamais communiquer d’informations personnelles le concernant à des gens qu’il ne connait pas comme son nom complet, son adresse exacte et son âge. Il devrait aussi être prudent avec les gens qu’il connait. 

Ne pas croire tout ce qu’on lit

Ce n’est pas parce que c’est écrit sur un site Internet que c’est vrai. Votre enfant ne devrait pas croire tout ce qui est écrit et ne surtout pas tenter de reproduire ce qu’il a vu.

Ne pas véhiculer de fausses rumeurs

La cyberintimidation repose notamment sur de fausses rumeurs. Un jeune peut envoyer un courriel contenant de fausses informations sur un collègue de classe. Dans le temps de le dire, ce courriel s’est propagé à l’école et tout le monde pense que ce qui est écrit dans ce message est vrai. Ça peut faire beaucoup de mal à l’enfant qui est la cible de ce courriel. Si votre enfant est en contact avec un courriel similaire, il ne devrait pas le partager. Vous devriez lui suggérer de venir vous en parler. Vous pourrez alors prendre les mesures nécessaires pour que ça s’arrête.

Ne pas télécharger de la musique ou des films illégalement

Il existe des sites et des outils permettant de télécharger de la musique ou des films illégalement. Vous devriez dire à votre enfant de rester loin de ça. C’est contre la loi et il peut télécharger, sans le savoir, des virus qui pourraient endommager votre ordinateur. Il pourrait aussi avoir des problèmes avec la justice qui le suivront pour le restant de ses jours. 

blogging-15968_640-2.jpgChoisir ses mots 

Les enfants peuvent avoir à choisir des pseudonymes pour utiliser certains sites. Toutefois, l’anonymat ne devrait pas leur donner le droit de dire n’importe quoi et d’être volontairement méchants avec des gens qu’ils connaissent dans la vraie ou avec des inconnus.

En fait, tout ce qu’ils devraient écrire sur Internet ou par messages textes devrait être des choses qu’ils seraient capable de dire dans la face de quelqu’un. Bref, si votre fille ou votre garçon n’est pas capable d’assumer ce qu’il écrit sur le Web, il ne devrait tout simplement pas l’écrire.

Il faut également faire attention au sarcasme et à l’humour douteux. Rappelez à votre enfant que le destinataire de son message ne peut par entendre le timbre de sa voix. Il ne peut donc pas savoir s’il est sérieux ou non. 

Attention à l’impulsivité 

Les enfants peuvent réagir fortement. Un petit mot dit de travers peut déclencher une vraie tornade. Rappelez à votre enfant qu’agir avec impulsivité n’arrange pas les choses. Pire, il pourrait regretter amèrement ce qu’il a écrit. Et comme le dit si bien l’expression, les paroles s’envolent, les écrits restent. Faites-lui bien comprendre que tout ce qu’il écrit pourrait un jour se retourner contre lui. Voilà pourquoi il doit choisir soigneusement ses mots. Ainsi, vous devriez l’encourager plusieurs fois à se relire avant de publier un message. 

Attention aux images et vidéos

Pour impressionner un garçon, une fille peut lui envoyer une photo ou une vidéo compromettante d’elle. Rappelez à votre enfant de s’abstenir de faire ça. Votre enfant ne devrait jamais oublier qu’il n’y a pas de barrière entre Internet et le monde réel. De plus, rien n’empêche à ce garçon, dans une semaine, un mois ou un an, d’envoyer ladite photo à d’autres personnes dans le but de la ridiculiser, juste parce qu’ils ne sont plus maintenant amis. Il ne faut pas oublier que si elle envoie une photo d’elle nue, ça peut être considéré comme de la pornographie juvénile et causer bien des problèmes avec la loi.

notebook-405755_640.jpgTourner ses doigts sept fois avant d’écrire

Certains enfants ont un blogue dans lequel ils expriment leurs émotions. Si le blogue est public, votre enfant devrait être prudent. Des gens de son entourage pourraient tomber là-dessus et s’en servir contre lui. Des inconnus pourraient aussi utiliser ses informations à leur avantage ou encore pour tenter de l’amadouer. 

Ne pas exclure publiquement quelqu’un 

La cyberintimidation a plusieurs faces. L’une d’elles consiste à créer des groupes dans lesquels les personnes s’amusent à écoeurer quelqu’un qui ne peut même pas se défendre. Votre enfant ne devrait pas faire partie de ces groupes. En fait, il ne devrait jamais parler dans le dos de quelqu’un par l’entremise d’Internet. 

Attention aux commentaires 

La section des commentaires sur YouTube ou sur d’autres sites Internet permet souvent à des trolls (voir définition plus bas) de sévir. Votre enfant devrait faire attention à ces agitateurs publics. Il ne devrait pas accorder trop d’importance à des commentaires qui sont à l’opposé de ses idées. De plus, il ne devrait pas s’amuser à rire des gens qui font des vidéos. Ces gens sont des êtres humains et peuvent être très affectés par ses commentaires. Pour lui faire prendre conscience de cela, posez-lui cette question : aimerais-tu que quelqu’un insulte sans fondement une vidéo que tu aurais faite?

Soigner son langage 

Ce n’est pas parce qu’il n’écrit pas un texte scolaire que son français doit être atroce. Encouragez-le à bien écrire. Son français n’est pas obligé d’être impeccable (il a droit à l’erreur), mais il devrait quand même faire attention, surtout quand il écrit à son professeur.

notebook-405755_640.jpgIl n’y a aucun secret sur Internet

Cette règle touche aux autres règles énoncées plus haut, mais votre enfant devrait comprendre qu’il n’y a aucun secret sur le Net. N’importe quel texte ou photo ou vidéo peut être enregistré, modifié et utilisé contre lui. Voilà pourquoi il doit être bien sûr chaque fois qu’il met quelque chose en ligne.

Respecter la vie privée des autres

Même s’il est extrêmement en colère contre quelqu’un, votre enfant ne devrait pas partager sur Internet les informations personnelles d’un ami. Les conséquences pourraient être terribles. Rappelez-lui qu’il n’aimerait pas que quelqu’un fasse ça pour lui. 

Quelques mots expliqués 

  • Selfie : Prendre une photo de soi, habituellement avec l’appareil photo de son téléphone intelligent.
  • Sexting : Envoyer des photos ou des messages textes à caractère sexuel, notamment par téléphone intelligent. 
  • Troll : En temps normal, quelqu’un qui s’amuse à créer la polémique sur les forums, les réseaux sociaux ou dans la section des commentaires dans un site Internet. 
  • Tweet : Un message envoyé sur Twitter. On appelle aussi cela un gazouillis. 

Trois applications populaires auprès des jeunes

Les parents devraient connaitre ces trois applications populaires auprès des jeunes.

Snapchat

C’est l’un des outils les plus importants pour partager des images. Habituellement, les gens n’ont que quelques secondes pour regarder les images qu’ils reçoivent. Après cela, elles s’autodétruisent. Il reste que l’on peut réaliser des captures d’écran pour les conserver…

WatsApp

WatsApp est l’une des applications de messagerie les plus populaires dans le monde. Elle aurait près d’un milliard d’utilisateurs. Elle veut, en quelque sorte, remplacer les textos. 

Ask.fm

Ce réseau social permet aux usagers entre autres de se poser des questions de façon anonyme. Beaucoup de questions touchent l’amitié, l’amour et même la sexualité. 

(Source image : Pixabay)

PARTAGER SUR
Philippe Michaud
Blogueur pour Branche-Toi depuis sa fondation, Philippe Michaud a toujours été un passionné des technologies. Il adore tester toutes sortes de produits et partager ses découvertes. Au fil des années, il a collaboré pour plusieurs médias dont Québec Micro, Branchez-Vous! et MSN Techno. Il a également été recherchiste pour une émission à ZTÉLÉ.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here