mixer.jpgNous comptons au quotidien sur de nombreuses commodités modernes, et il est facile d’oublier qu’il n’y a pas si longtemps, ces outils pratiques n’avaient pas encore été imaginés, ni bien sûr fabriqués. Prenez par exemple le mélangeur électrique. Pouvez-vous imaginer faire de la pâte à biscuit ou de la crème fouettée entièrement à la main? Moi, non. Les mélangeurs sont indispensables dans presque toutes les cuisines bien qu’ils n’existent que depuis 100 ans, et leur histoire est étonnamment beaucoup intéressante qu’on ne serait porté à croire.

Histoire du mélangeur au 19e siècle 

Le prédécesseur du mélangeur électrique est un instrument que l’on retrouve pratiquement dans toutes les cuisines, le fouet. Et il est lui-même assez récent sous sa forme actuelle. Avant le 19e siècle, on attachait des brindilles, habituellement de pommier ou de pêcher, pour former un instrument semblable au fouet, mais il servait plus souvent à donner au mélange le parfum du bois qu’à mélanger les ingrédients. En effet, le cuisinier utilisait la plupart du temps ses mains pour mélanger. Ce n’est qu’au milieu du 19e siècle que le fouet métallique a été inventé en France pour servir à la cuisine française, avant d’être rendu disponible à la population.

mixer2.jpg

Comme pour de nombreuses inventions, une fois que le fouet métallique s’est popularisé en Europe et à l’étranger, plusieurs se sont donnés comme mission de créer un appareil mécanique plus efficace pour fouetter et mélanger. Un autre détail intéressant, c’est qu’il existe des histoires contradictoires au sujet de l’inventeur du premier mélangeur à pièces rotatives. Tous les inventeurs avaient des idées différentes quant à la forme de l’instrument, mais la grande majorité des histoires racontent que le premier mélangeur mécanique a été créé par Ralph Collier, un ferblantier de Baltimore au Maryland, qui breveta son batteur à œufs à pièces rotatives en décembre 1856.

L’invention de Collier était révolutionnaire pour deux raisons : d’abord parce qu’elle servait exactement à ce à quoi elle était destinée en permettant de battre des œufs plus facilement que jamais et ensuite, parce qu’elle a déclenché une révolution. En effet, son mécanisme à engrenage a été le catalyseur de bon nombre d’outils utilisés quotidiennement, comme la perceuse et la transmission automobile.

mixer3.jpgLe batteur à œufs mécanique ou rotatif de Collier a été suivi de près par la version de 1857 du Britannique E.P. Griffith. À la différence de l’instrument à main de Collier, celui de Griffith était fixé dans un récipient. Difficile de savoir si le récipient se détachait pour être nettoyé ou non, mais une chose est certaine, son utilisation ne semblait pas être très conviviale. Deux ans plus tard, en 1859 J.F. et E.P. Monroe des États-Unis ont breveté un nouveau modèle de mélangeur rotatif à main. Ce fut l’un des premiers brevets acquis par la Dover Stamping Company, et les batteurs à œufs de Dover sont devenus une marque américaine classique. La différence avec cette version, c’est que ses inventeurs ont fait valoir que « ce nouveau batteur à œufs amélioré peut également servir à mélanger de la peinture et d’autres substances devant être bien mélangées dans un récipient ouvert… » Plutôt intéressant, n’est-ce pas? Je ne sais pas en ce qui vous concerne, mais moi, je n’utiliserais pas le même instrument pour battre des œufs et mélanger de la peinture.

mixer4.gif

Au début des années 1870, un batteur à œufs de Dover coûtait 1,50 $, mais en 1880, il se vendait 1,25 $. Au fil du temps, le nombre de brevets sur les batteurs à œufs et la compétition augmentait si bien que les prix ont baissé, et en 1912, on pouvait s’en procurer un à 0,05 $. Le marché était féroce, surtout avec la venue du premier mélangeur à moteur électrique. On dit qu’il a été inventé par l’Américain Rufus Eastman en 1885 et fait intéressant, le brevet d’Eastman ne portait pas seulement sur un simple mélangeur, mais sur un « mélangeur pour la crème, les œufs et les alcools ». Cela me parait logique!

De nos jours, on peut acheter un batteur à œufs dans tous les magasins d’articles ménagers, les magasins généraux et les grands magasins.

Histoire du mélangeur au début du 20e siècle

mixer 5.jpgComme beaucoup d’appareils électroménagers, ce qui allait devenir le premier mélangeur sur socle fut un modèle industriel. En 1908, Herbert Johnson, un ingénieur américain de la compagnie manufacturière Hobart observait un boulanger mélanger laborieusement une grande quantité de pâte avec une cuillère en métal. C’était une tâche si difficile que des gouttes de sueur tombaient dans le mélange.

Déterminé à créer un mélangeur mécanique qui rendrait ce travail plus facile, Johnson a inventé un appareil qui a révolutionné le batteur à œufs électrique d’Eastman. Ce mélangeur était unique avec son concept de « malaxage planétaire », dans lequel le bol tourne de façon circulaire dans un sens et le batteur tourne dans le sens opposé.

En 1915, à cause de sa pesanteur et sa grande capacité de 80 pintes, le mélangeur « Model H » de Hobart créé par Johnson était un appareil dont étaient équipés de nombreuses boulangeries commerciales et tous les bateaux de la marine marchande américaine. Johnson travaillait sur un modèle destiné à un usage domestique, mais avant qu’Hobart ne l’introduise sur le marché, la Première Guerre mondiale est survenue. Cela dit, en 1918 les dirigeants d’Hobart testaient des modèles sous leur propre toit, et on raconte que la femme de l’un d’entre eux a déclaré : « tout ce que je sais c’est que c’est le meilleur aide de cuisine (kitchen aid) que je n’ai jamais eu ». Le nom est resté.

mixer6.jpgEn 1919, Hobart a mis sur le marché le tout nouveau préparateur d’aliments pour la maison de KitchenAid (batteur sur socle). Conçu pour ceux qui font du pain à la maison, le premier mélangeur de 5 pintes de KitchenAid pesait environ 65 livres et coûtait 189 $, ce qui équivaudrait aujourd’hui à environ 2000 $. Durant les premières années, les détaillants étaient quelque peu réticents à vendre le mélangeur de KitchenAid, donc Hobart a mis sur pied une équipe de vente directe, composée en majorité de femmes, pour faire du porte-à-porte et des démonstrations. Avec ces démonstrations plus persuasives grâce à l’ajout d’un presse-agrumes et d’un hachoir à aliments, déjà offerts en 1919, les batteurs sur socle de KitchenAid allaient devenir un appareil essentiel dans toutes les cuisines, peu importe son prix.

mixer 7.jpgC’est à ce moment que Sunbeam est entré sur le marché avec son MixMaster en 1930, un batteur sur socle beaucoup plus léger que celui de KitchenAid et vendu à une fraction de son prix (seulement 18,25 $, environ 300 $ aujourd’hui). La concurrence était vive et féroce. Alors que KitchenAid travaillait également sur des modèles plus petits et plus abordables à ce moment, ce n’est qu’en 1936 qu’ils ont fait appel aux services d’Egmont Arens. Il était un pionnier de renommée dans le domaine du dessin industriel et il a donné au Model H sa forme fuselée, aujourd’hui brevetée par KitchenAid, qu’on vendait 55 $.

Passage rapide aux 40 dernières années

Pendant environ 40 ans, le marché du mélangeur électrique était dominé par le duo dynamique de Sunbeam et KitchenAid, mais le vent a tourné lorsqu’en 1973, Carl Sontheimer qui un an auparavant était tombé sous le charme d’un appareil de préparation d’aliments lors d’une démonstration, a décidé de créer sa propre machine et a mis le robot culinaire de Cuisinart sur le marché. Décidé à faire de son batteur sur socle un appareil de cuisine essentiel, il a présenté son appareil aux grands noms du monde culinaire comme James Beard, Julia Child et Helen McCully pour que l’appareil de Cuisinart soit considéré comme un bon investissement pour les amateurs de cuisine à la maison. En 1977, les ventes de l’entreprise de mélangeurs Cuisinart ont explosé, en passant de quelques modèles vendus par mois à des centaines.

mixer 8.jpgC’est aussi à ce moment que le marché du batteur sur socle a connu une croissance fulgurante pour comprendre plus de douze marques et plus de 30 modèles. Quelques-unes de ces marques n’ont pas résisté à l’épreuve du temps, mais plus ont réussi, et les incarnations modernes du robot culinaire de Cuisinart et du robot Kitchen Wizz de Brevilleinventé en Australie en 1977 et distribué au Canada en 2002, dominent encore le marché aujourd’hui.

La plupart d’entre nous tenons pour acquis le mélangeur électrique. Il a grandement accéléré la préparation d’aliments en faisant en 15 secondes une tâche qui avait l’habitude de prendre 15 minutes, et tout ce progrès est attribuable à une séquence d’événements dans l’histoire qui nous a permis de passer des fouets en brindilles aux appareils, faisant des recettes faites à la main un concept aussi lointain que la télévision en noir et blanc.

 

 

PARTAGER SUR
Stacey McGregor
Stacey McGregor est une professionnelle du marketing et des communications œuvrant à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le jour, elle travaille comme spécialiste du marketing et des communications chez Vancity Credit Union, la nuit elle écrit, conçoit et élabore des sites Web Wordpress, en plus de combattre le crime.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here