tournedisquecover.jpgQuand j’étais enfant, on ne parlait plus du vinyle ou presque. Plus personne n’écoutaient des albums sur microsillon, si ce n’est les collectionneurs. Il y avait les cassettes et, bien sûr, les CD! Alors qu’on assiste à une baisse des ventes de disques compacts depuis quelques années, causée notamment par l’achat de musique en ligne et la popularité des services de musique sur demande, de l’autre côté, le vinyle semble renaitre. L’année dernière, aux États-Unis, les ventes de vinyles ont connu une augmentation de 32 %. C’est considérable si on considère que les ventes de CD ont baissé de 14,5 % en 2012!

Le vinyle serait donc en train de renaitre. Et d’après mes recherches, ce ne sont pas uniquement les fans de la première heure qui s’équipent de 33 tours. Il y a les gens à la retraite qui, dans leur jeunesse, écoutaient des vinyles, mais qui depuis s’en étaient débarrassés, mais regrettent. Mais il y a aussi des jeunes dans le début de la vingtaine qui trouvent que la musique en vinyle sonnent bien et est surtout de qualité. 

Pourquoi « remonter dans le temps »?

Mais plus précisément, pourquoi revenir au vinyle? Évidemment, chacun a ses propres raisons. Par contre, l’une des raisons qui revient le plus souvent est le fait que le microsillon procure de la chaleur. Son grésillement serait réconfortant et nous rapprocherait plus du « vrai » son, celui que l’on pourrait entendre si on se trouvait dans le studio avec les musiciens lors de l’enregistrement. Les amoureux du vinyle considèrent que le CD ou la musique en MP3 est trop « polie » et froide, voire trop impersonnelle. Bref, qu’elle n’a pas d’âme. 

L’aspect physique du vinyle est important. Quand on achète un MP3, on n’a pas de boitier. On a parfois le livret sous format numérique. Avec un vinyle, on a une superbe pochette grand format et parfois même des photos de la formation et les paroles du groupe. Et, un vinyle se range très bien dans une bibliothèque. À moins de passer au feu ou de se faire voler, on l’aura toujours. Avec un MP3, si notre ordinateur ou notre lecteur MP3 brise, on risque de le perdre à jamais si on n’a pas fait de copie de sauvegarde. Personnellement, je trouve qu’il n’y a rien de plus réconfortant, que de chercher dans une pile de vieux vinyles. 

L’achat d’un tourne-disque

Peut-être faites-vous vous-même partie des gens qui aimeraient expérimenter le vinyle. Si c’est le cas, je vous offre quelques recommandations dans le cas où vous voudriez vous offrir un tourne-disque. 

tournedisqueaiguille.jpgLe format

La première chose à savoir est le ou les formats que vous voudriez faire jouer. Les formats les plus populaires sont les 78 tours, les 33 tours (ou 33 tours et 1/3) et les 45 tours. En fait, ces chiffres renvoient au nombre de révolutions par minute. Habituellement, les tourne-disques  les plus récents sont compatibles avec tous ces formats, mais mieux vaut se renseigner en regardant la boite du produit ou en visitant le site Internet du fabricant. Si vous l’achetez usagé, n’oubliez pas de poser la question au vendeur. 

Automatique ou manuelle

À vous de voir si vous êtes de nature anxieuse ou non dans la vie. Un tourne-disque manuel signifie que vous aurez à mettre et à retirer le bras de lecture à la fin lorsque le moteur est en marche. Étonnamment, beaucoup de modèles aujourd’hui sont manuels, surtout les modèles haut de gamme. 

Les modèles automatiques sont beaucoup plus autonomes. On met le disque et on appuie sur le bouton marche. La machine s’occupe de lever le bras, de le mettre au-dessus du vinyle, de mettre en marche le moteur et de le baisser pour commencer la lecture. À la fin du disque, le bras va se retirer et se ranger tout seul. 

Il est vrai que ça peut être intimidant de faire l’opération soi-même, surtout qu’on n’arrête pas de dire que l’on peut endommager la face d’un disque noir si on ne fait pas attention. Mais après quelques pratiques, ça deviendra inné. De toute façon, beaucoup croient que les tourne-disques manuels sont plus fidèles en ce qui concerne la restitution sonore d’un album. Ils sont aussi plus précis. À vous de voir.

Pleurage et scintillement 

tournedisqueusb.jpgLe pleurage et scintillement est un terme utilisé pour indiquer la déformation du son original à la suite d’un enregistrement. Il est causé notamment par la variation de la vitesse de défilement de la bande du tourne-disque. On comprend donc que quand vient le moment d’acheter un tourne-disque, cette valeur peut être particulièrement importante si vous ne voulez pas que l’appareil n’altère trop l’écoute de vos vinyles. 

Cette valeur est indiquée en pourcentage. Plus il est faible et plus les variations de vitesse seront basses. En temps normal, quand il est de 0,25 % ou moins, c’est très correct. 

Le préamplificateur phono

Un préamplificateur phono est nécessaire lorsque vous voulez utiliser le tourne-disque avec un système de son. En effet, pour faire simple, il sert à amplifier et corriger le signal avant de l’envoyer à l’amplificateur principal qui se chargera de le faire parvenir aux haut-parleurs. Il peut être intégré déjà à l’appareil ou non, ce qui signifie alors que vous devrez vous en procurer un séparément. Sinon, il se peut que le son vous semble lointain ou que vous n’entendiez rien tout simplement. 

Les options

Les tourne-disques les plus récents sont livrés avec un port USB lui permettant de le connecter à un ordinateur. Ça peut être idéal si vous voulez convertir une partie de votre collection en format MP3 ou vous faire une copie de sauvegarde. 

Certains modèles contiennent aussi la radio, un lecteur cassette ou encore un lecteur CD. Si vous avez, par exemple, beaucoup de disques compacts à la maison ou que vous êtes un grand amateur d’émissions de radio, ces options peuvent être intéressantes, car vous pourrez avoir un appareil « tout-en-un » qui prendra moins de place. 

Le tourne-disque USB de Sony (PS-LX300)

10110135.jpgVous pourrez trouver plusieurs modèles de tourne-disques chez Best Buy. Celui qui a reçu les meilleures notes de la part des clients de Best Buy est le tourne-disque USB de Sony (PS-LX300). Et quand on regarde wes caractéristiques, on comprend mieux pourquoi. Il s’agit de l’un des modèles offrant le meilleur rapport qualité-prix du marché.

À mon sens, ce modèle convient parfaitement à ceux qui commencent à écouter des vinyles. Il est abordable et simple d’utilisation. En effet, il est de type « automatique ». Comme je l’ai dit plus haut, cela signifie qu’il demande peu de manipulation de la part de son utilisateur. Par exemple, son bras de lecture descend au début et est ramené sur le repose-bras à la fin de la lecture, et ce, automatiquement.

En ce qui concerne la vitesse de la platine, il prend en charge les 33 1/3 et 45 tours par minute. Il n’est pas compatible, malheureusement, avec les 78 tours. À noter toutefois que peu de nouvelles parutions voient le jour dans ce format aujourd’hui. Donc, c’est moins un problème pour les gens qui commencent à écouter des vinyles. 

De plus, le pleurage et scintillement (WRMS) est de 0,25 %. Et, si vous vous souvenez de ce que je viens de dire, c’est très bien pour un tourne-disque. 

Enfin, étant livré avec une sortie audio USB, cet appareil peut être aisément connecté à un PC, permettant ainsi de transformer les chansons contenues sur un disque noir en MP3. On pourra ensuite les stocker et les écouter sur notre ordinateur ou les mettre dans un iPod ou un lecteur MP3. 


tournedisbb.jpgMon choix 

Personnellement, j’aime bien ce tourne-disque d’Audio-Technica (AT-LP120-USB). Pour moi, il s’agit d’un excellent appareil pour ceux qui ont déjà une bonne collection de vinyles et qui souhaitent commencer à en faire des copies de sauvegarde. 

Tout comme le modèle Sony mentionné ci-haut, il permet de numériser ses vinyles via USB. Il offre aussi trois vitesses : les 33 1/3, les 45 et les 78 tours par minutes. Ça le rend donc compatible avec la majorité des disques. De plus, il offre une valeur de pleurage et scintillement (WRMS) encore plus petite de 0,2 %. Et avec un préamplificateur phono stéréo interne optionnel, on peut facilement le connecter à un système de son. Et est-ce que je vous avais dit que son design était à la fois classique et moderne, ce qui lui permettait de se fondre dans toutes les pièces ou presque?

Conclusion

L’achat d’un tourne-disque demande, comme on vient de le voir, de prendre en charge plusieurs facteurs. Aussi, on peut être stressé lorsque l’on fait jouer pour la première fois un vinyle. Il reste que l’achat d’un tourne-disque peut être l’une des meilleures choses que vous ferez cette année, surtout si vous êtes un grand amateur de musique et que vous avez l’impression que vous avez fait le tour avec la musique « numérique ». Vous verrez, écouter un disque noir n’a rien à voir avec l’écoute d’un MP3 de mauvaise qualité sur des haut-parleurs « cheap » d’ordinateur. C’est juste une expérience indescriptible. Pourquoi ne pas essayer?

Magasinez les tourne-disques chez Best Buy

PARTAGER SUR
Philippe Michaud
Blogueur pour Branche-Toi depuis sa fondation, Philippe Michaud a toujours été un passionné des technologies. Il adore tester toutes sortes de produits et partager ses découvertes. Au fil des années, il a collaboré pour plusieurs médias dont Québec Micro, Branchez-Vous! et MSN Techno. Il a également été recherchiste pour une émission à ZTÉLÉ.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here