Lorsque l’on me demande de tester un jeu dit «indie», j’ai toujours une certaine hésitation. Malgré la popularité de ces jeux, cela ne veut pas dire qu’il s’agit toujours de bons jeux. Dans ce cas-ci, je n’avais jamais entendu parler de Stardew Valley. Lorsque j’ai lu que le jeu était l’un des plus vendus sur la plateforme Steam, ma curiosité fut clairement émoussée. C’est avec surprise que j’ai découvert ce petit jeu addictif sans fin.

Stardew Valley est développé par Eric Barone et publié par 505 Games

Date de parution : 5 mai 2017
Style : Simulation
Plateforme : Xbox One, Playstation 4
Modes de jeu disponibles : solo
Classement ESRB : E+10 (Pour tous, 10 ans et plus)
Langue d’exploitation : Jeu disponible en anglais seulement

Dès le commencement le jeu débute par la création du personnage dont l’on peut choisir le sexe et l’apparence. Une fois terminé, l’on apprend que ce dernier semble plutôt ennuyé de son travail et quitte sa vie routinière lors de la réception d’un héritage qui l’amène à la campagne sur une terre agricole. Une fois sur place, l’on découvre qu’il doit partir à zéro puisque son terrain est encombré de détritus naturels de tout genre.

Une gestion des actifs et du temps!

Notre personnage commence sa nouvelle vie qu’avec quelques outils et un montant d’argent pas très élevé. J’ai commencé par nettoyer le terrain en brisant les roches, coupant les arbres et les herbes hautes. Je me suis vite aperçu que chaque élément détruit me laisse des matériaux que je peux amasser pour construire ou vendre. Commençant qu’avec très peu d’argent, je me suis concentré à vendre tout ce que j’amassais. Je n’ai pas trop eu le choix, j’ai vite appris que d’utiliser mes outils me fait perdre de l’endurance et qu’une fois que celle-ci est utilisée au complet, je m’évanouis et me réveille dans ma petite maison avec une belle facture de l’infirmerie du village. J’ai aussi compris que malgré que mon endurance soit presque vide, je pouvais prendre le reste de ma journée afin de visiter le village.

J’ai toutefois remarqué que le temps manquait. Effectivement, une journée dure 24 minutes tandis que les quatre saisons sont réparties sur 30 jours. Les minutes sont en faits des secondes, ce qui fait en sorte que l’exploration du village doit parfois se faire sur plusieurs jour, faute de temps. Pour terminer officiellement le cycle d’une journée, il faut aller se coucher dans le lit de notre maison. Le tout enclenche le processus de vente des produits que l’on a laissé dans le coffre. Cela procède aussi à l’amélioration de notre expérience et débloque divers produits que l’on peut fabriquer et qui nous aidera dans notre quête.

Ce que j’ai découvert par moi-même, et qui est absolument logique, est que l’on récupère notre endurance selon le nombre d’heures que l’on a dormi. Lors d’une visite dans les mines afin de récupérer le plus de matériaux possible, j’ai mangé quelques fruits et légumes afin d’augmenter mon endurance pour encore quelques actions. Hélas, malgré tout, le personnage démontre une certaine fatigue, qui ne nuit pas, et je suis retourné à la maison vers 3h du matin avec très peu d’endurance. Les journées commençant à 6h du matin, mon endurance n’avait pas du tout été remplie! Ce côté réaliste est bien plaisant et je suis content que le jeu ne mette pas l’accent sur l’appétit du personnage comme dans Dragon Quest Builders, puisque cela aurait inévitablement ralenti encore plus tout le processus de la construction de la ferme.

Une fois après avoir découvert ce que le village peut offrir, j’ai commencé à gérer plus adéquatement mes actifs afin de commencer à construire des clôtures, diverses habitations pour différents types d’animaux, et améliorer mes outils. Il s’est écoulé une année complète afin que je comprenne la mécanique du jeu et de pouvoir profiter de chaque instant en ma faveur. J’ai commencé tranquillement à cultiver des graines mixtes que j’ai pu trouver dans la nature. En les arrosant tous les jours, j’ai fini par obtenir des fruits, légumes et foins que j’ai pu vendre et obtenir encore plus d’argent. C’est avec le tout que j’ai pu payer la construction de mon poulailler ainsi que la tour qui entrepose le foin. La satisfaction que j’ai eu lorsque j’ai pu acheter mes premières poules était tellement grande après tout cet effort! J’ai aussi pu m’acheter des graines dans le marché du village qui étaient beaucoup trop dispendieuses pour mon budget au début du jeu. Avec ces nouvelles plantations, j’ai pu obtenir diverses variétés de fruits et légumes qui m’ont aidé lors des activités organisées par le village.

Des activités et de l’amitié coûteuses…

Ces activités sont saisonnières et se concentrent particulièrement sur le résultat de notre labeur sur la ferme. J’ai été un peu pris par surprise lorsque j’ai constaté que je n’ai aucune information lors de certains concours durant ces activités. Par exemple, pour Pâques, une chasse aux cocos est organisée dans le village. Malgré que l’on voie plusieurs personnages se promener, il est facile de voir qu’ils se promènent vers absolument rien et que les cocos sont bien visibles. Je fus donc consterné de savoir que j’étais en 3ième place, et que je n’étais apte à savoir le nombre de cocos collectés par les deux premiers. C’est aussi le cas de la fête des récoltes en automne qui ne me laisse aucune information quant à ce qui est jugé.

Le tout ne change absolument rien au but de l’histoire puisqu’il s’agit avant tout de mettre un peu de vie dans tout cela. Il est aussi bien drôle de parler aux différents villageois et de leur donner différents objets pour voir leur réaction. Des liens d’amitié peuvent se créer par ces gestes et pourraient même créer une relation avec l’un de ces personnages. Puisque rien n’indique comment séduire une personne, à part peut-être quelques quêtes demandées par les villageois qui dévoilent quelques goûts de certaines personnes, j’ai trouvé qu’il s’agissait d’une perte de ressources dont il m’était inutile de subir. Après tout, un fermier a rarement le temps de prendre des vacances! J’ai fini par être charmé de tout cela. Il suffit que de prendre son temps et de bien se débrouiller.

Je déplore toutefois comment il est couteux en matières premières et en argents pour pouvoir évoluer durant notre partie. J’ai aussi trouvé que le contrôle de la canne à pêche est chaotique et je n’ai réussi qu’à avoir qu’un poisson durant toute mon aventure. Cela ne cause pas réellement de problèmes, même s’il est nécessaire d’avoir plusieurs types de poissons pour certains éléments du jeu, qui sont encore une fois pas tant nécessaires à accomplir. Cette gestion des ressources peut paraître longue et ennuyeuse pour certains!

Impressions générales

Malgré les premières heures à jouer à Stardew Valley que j’ai trouvé particulièrement longues, ma patience fut récompensée. Un peu comme n’importe quel jeu, un temps d’adaptation est requis afin de bien connaître la mécanique du jeu. Même si plus d’une année a dû s’écouler virtuellement afin de bien tout apprendre, j’ai découvert un univers bien structuré et bien pensé qui mérite l’attention de ceux qui aiment les jeux de simulation. Le jeu regorge de détails et de situations auxquelles je ne m’attendais pas. Son charme et son humour est léger et fort appréciable.

En gros, même si le jeu est initialement sorti sur Steam et qu’il est bientôt disponible sur Playstation 4 et Xbox One, je crois qu’il s’agit beaucoup plus d’un jeu fait pour jouer durant des déplacements. Les longues heures dans le transport en commun passeraient beaucoup plus vite avec une version sur la Nintendo Switch, ou même sur la Nintendo 3DS. Parce que même si le jeu peut paraître long à maitriser, l’avoir sous la main en tout temps fera passer le moindre moment ennuyeux en productivité. Vous serez rapidement intéressé de découvrir tout ce que le jeu a à offrir, et vous en perdrez la notion du temps réel! C’est du moins ce que ce jeu indie a pu me faire vivre. Une belle petite découverte!

+ Un village qui regorge de choses à découvrir
+ Une satisfaction insoupçonnée lorsque l’on voit l’évolution de la ferme

– La jouabilité particulièrement difficile lors de la pêche
– Peu d’information sur certains détails du jeu
– Répétitif

ÉVALUATION GLOBALE

Expérience de jeu : 3/5
Graphisme : 3/5
Son : 5/5
Durée d’intérêt/Rejouabilité : 5/5

Note globale : 4/5 (80 %)

Procurez-vous Stardew Valley sur Playstation 4 et Xbox One

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here