rainbow six siege.jpg

Au moment de son dévoilement à l’E3 2014, Tom Clancy’s Rainbow Six Siege avait déjà su en charmer plusieurs par son côté tactique mettant de l’avant l’esprit d’équipe et son environnement destructible. Grâce à quelques amis, j’ai pu effectivement me plonger dans cette expérience et débuter du bon pied dès la phase bêta qui s’est déroulée en septembre dernier. Or, en matière de jouabilité, le titre a réussi là où les Call of Duty, Battlefield et autres ont échoué à mes yeux, en offrant une expérience de jeux de tir à la première personne comme je les aime. Voici pourquoi.

Rainbow Six Siege .jpgTom Clancy’s Rainbow Six Siege est développé par Ubisoft Montréal et publié par Ubisoft.

Date de sortie : 1er décembre 2015

Style : Jeu de tir tactique à la première personne

Plateformes : PlayStation 4 / Xbox One / PC 

Classement ESRB : M (Mature, 17 ans et plus)

Langue d’exploitation : Français et Anglais

Une jouabilité solide

Par le passé, les jeux de tir en multijoueur qui ont su capter le plus mon attention, sont ceux qui prônaient le côté tactique en équipe. Par exemple, j’aimais beaucoup le mode « Team Skirmish » dans Halo 2 parce qu’il fallait établir de bonnes stratégies pour planter la bombe ou capturer le drapeau. Plus récemment, c’était Counter Strike : Global Offensive qui m’attirait pour les mêmes raisons et voilà que le nouveau Rainbow Six a pris la même direction.

Tout commence avec le choix de notre agent opérateur. Cinq forces spéciales sont à l’honneur soit les experts du GIGN, du SWAT FBI, de la SAS, du GSG-9 et de Spetsnaz. Chacun d’entre eux met 2 pros de l’offensive et 2 de la défensive que vous pourrez seulement sélectionner à la ronde appropriée. On a donc un total de 20 choix et ils sont très diversifiés. Chacun possède des armes, des gadgets et des caractéristiques bien différents les uns des autres. Enfin, on les débloque, un à la fois dans l’ordre qu’on veut en accumulant des points récoltés en jouant plusieurs parties.

R6S_screenshot_Kanal2k_GC_150805_10AM_CET_1438625272.jpg

Le tout se déroule principalement en équipe de cinq d’où l’importance d’avoir de bons coéquipiers. Dès lors, vous avez le choix de faire le saut dans le mode multijoueur qui lance deux équipes de cinq dans l’action où chacune alterne entre la défense ou l’attaque. Aléatoirement, le jeu varie entre une rescousse d’otage, un désarmement de bombes et sécuriser un endroit rempli d’agents biologiques dangereux. C’est donc important d’avoir une bonne synergie entre les opérateurs de votre équipe afin de maximiser vos chances de victoires et, selon les modes, certains personnages seront plus avantagés que d’autres. C’est cet aspect tactique qui rend le jeu si intéressant.

Enfin, ce que j’aimais beaucoup de la jouabilité, c’était le contrôle des armes. Je trouve qu’Ubisoft a offert l’équilibre parfait dans la précision et l’effet de recul causé par le retour de force des fusils pour mieux viser. C’est important de tirer de petites rafales sinon on perd rapidement le contrôle de notre arme et on laisse le tout à la chance. Néanmoins, ce n’est pas aussi exagéré qu’avec un jeu comme le premier Counter Strike ce qui fait en sorte que c’est assez accessible à tout le monde.

Beaucoup de destruction

À la défense, l’important est de barricader les entrées et les fenêtres ainsi que renforcer les murs moins solides de manière stratégique sinon les ennemis risquent de vous surprendre. Ainsi, que ce soit avec un bon tir de fusil à pompe ou avec une charge explosive, on peut percer plusieurs surfaces autant sur les murs que sur le sol. D’ailleurs, certaines détonations d’explosif peuvent même pulvériser du béton afin de créer des ouvertures et surprendre vos adversaires. Lorsqu’on doit défendre, c’est ce qui est le plus stressant puisqu’on ne sait jamais par où l’autre équipe va arriver. Un simple petit trou dans un mur peut faire la différence entre une victoire et une défaite. Bref, les meilleurs joueurs seront ceux qui utilisent l’environnement à leur avantage.

R6S-Preview2015_FrenchAlps_4k_FINAL_1444850751.jpg

Les drones à l’avant-plan

Un autre élément super important dans votre arsenal, ce sont les drones. En effet, ces petits robots roulants peuvent se faufiler presque partout et vous permettront de vous donner un atout supplémentaire. En effet, à l’attaque la ronde préliminaire nous permet de trouver l’emplacement des ennemis et on doit s’assurer de ne pas se faire détruire par la défense. Ceux-ci doivent barricader leur environnement et faire attention pour ne pas permettre aux drones de suivre leurs faits et gestes. La caractéristique intéressante de ces petits gadgets, c’est qu’ils possèdent des caméras qu’on peut accéder à tout moment et qui nous permettent de marquer la position des ennemis. L’équipe à la défense a aussi un avantage puisqu’elle peut observer par les caméras dans les zones qu’ils protègent. Bref, c’est un autre aspect tactique important à maîtriser et c’est une idée assez originale qu’Ubisoft a exploitée qui m’a beaucoup plu.

La chasse aux terroristes

Si le multijoueur et le fait d’affronter d’autres joueurs vous effraient un peu trop, la chasse aux terroristes devient donc un mode de choix. Dans celui-ci, les modes sont assez similaires à l’exception qu’on affronte des hordes d’ennemis contrôler par l’intelligence artificielle du jeu. Les trois niveaux de difficulté vont vous permettre de parfaire votre arsenal avant de faire le saut dans la vraie expérience. D’ailleurs, les ennemis dirigés par la console sont assez allumés surtout lorsqu’on passe aux niveaux difficile et réaliste. Il faut être prudent et utiliser tous nos gadgets pour avoir le dessus. Dans l’ensemble, c’est un mode assez plaisant qui réussit à élever notre tension presque autant que le multijoueur régulier.

R6S_screenshot_SpectatorCamFPS_GC_150805_10AM_CET_1438625293.jpg

Pour les nouveaux venus, les situations sont aussi une bonne pratique. Celles-ci nous plongent dans différentes missions qui nous font découvrir les différents opérateurs et chaque aspect du jeu à maîtriser. C’est d’ailleurs un défi intéressant d’essayer de réussir les trois défis supplémentaires qu’inclut chaque situation.

Vivement de bons écouteurs

Bien sûr, ce n’est pas un jeu qu’on choisit pour sa trame sonore extraordinaire. Non, ce qui retient plutôt notre attention, c’est la qualité des effets sonores qui nous permettent de distinguer chaque mouvement dans les parages. C’est le genre d’expérience dont on tire profit en ayant une bonne paire d’écouteurs. Grâce aux sons, on peut entendre la provenance des ennemis ou de leurs gadgets. Chaque pas et chaque tir peuvent être entendus et c’est pourquoi il faut être extrêmement prudent avant de poser chaque geste.

Le titre offre aussi quelque chose d’intéressant au niveau du rendu graphique. On le constate principalement avec les éléments destructibles, les débris qui revolent un peu partout et les environnements très définis.

Trop de problèmes de connexions

Le nouvel opus de la série Tom Clancy’s est sorti depuis 2 semaines et il y a encore énormément de problèmes de connexions. C’est vraiment désagréable et c’est très dommage puisque ça vient miner une expérience qui était autrement très amusante. Encore hier, il y avait toujours un de mes quatre coéquipiers ou moi-même qui nous faisions déconnecter à tout moment sans raison. Je peux accepter que le jour du lancement, les serveurs aient un peu de misères, mais deux semaines après la sortie, c’est un peu ridicule et frustrant. De plus, chaque fois qu’on ouvre le jeu, le temps de chargement est interminable et il nous mène constamment à un message d’erreur. J’espère que la situation va rapidement être corrigée puisqu’elle perdure beaucoup trop.

En conclusion

Tom Clancy’s Rainbow Six Siege est vraiment plaisant en équipe. Lorsque vous avez 2, 3 ou 4 amis pour vous accompagner, c’est là que le jeu prend tout son sens. Dès lors, vous pouvez développer une meilleure stratégie et maximiser votre ratio de victoire. Il est primordial de communiquer pour avoir le dessus sur l’adversaire. Même si, de prime abord, on a l’impression que le jeu n’offre pas beaucoup de contenu, les cartes sont tellement grandes que chaque partie devient une toute nouvelle expérience. Cependant, tous ces points positifs sont minés par des serveurs problématiques et des erreurs de connexions constantes. Bref, il est peut-être plus sage de patienter encore un peu avant de vous procurer cette nouveauté.

Les Plus : 

R6S_screenshot_SpectatorCamTacticalCloseUp_GC_150805_10AM_CET_1438625300.jpg+ Les opérateurs diversifiés

+ Les contrôles agréables

+ Le côté tactique mis de l’avant

+ L’intelligence artificielle très rusée

+ L’environnement destructible

Les Moins : 

– Les problèmes de connexions récurrents

– Le contenu un peu limité

Verdict 

  • Jouabilité : 3,5/5
  • Visuel : 4,5/5
  • Audio : 4,5/5
  • Durée de vie potentielle : 3,5/5

Note globale: 4/5

PARTAGER SUR
Anthony Gravel
Même si sa passion principale est les jeux vidéo, Anthony est passionné par tout ce qui touche la technologie. Vous pouvez le lire sur L'Épée Légendaire/ où il est rédacteur en chef en plus d'écrire sur ce blogue depuis 2012.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here