Tokyo est la proie d’une attaque surnaturelle qui fait disparaître pratiquement tous les habitants du célèbre quartier Shibuya. Le personnage principal Akito se réveille à la suite d’un accident de moto qui aurait dû le tuer et il semble être la seule personne encore vivante. Autour de lui se trouvent plein de fantômes et monstres terrifiants. La prémisse de Ghostwire : Tokyo est définitivement intrigante et fort heureusement et ce jeu vidéo arrive à bien tenir le joueur intéressé malgré les quelques petits problèmes du jeu.
 

Ghostwire : Tokyo en détail

Plateforme : PlayStation 5
Test effectué sur PlayStation 5
Développeur : Tango Gameworks
Éditeur : Bethesda Softworks
Style : Jeu d’action et d’aventure
Mode de jeu disponible : Solo, multijoueur
Classement ESRB : T (Teenager – Adolescent)
Langues disponibles : Voix en japonais avec sous-titre, français et anglais

 

Découvrez le quartier fantomatique de Shibuya

On tombe rapidement dans l’action avec Ghostwire :Tokyo puisque comme le personnage principal Akito, on se retrouve dans une situation inexpliquée qu’on devra essayer de démêler sans trop tarder. Même si l’accident devrait avoir tué notre protagoniste, il se rend rapidement compte qu’il partage désormais son corps avec l’esprit d’un détective décédé qui lui confère des pouvoirs magiques pour se défendre contre les monstres qui se trouvent autour de lui. La relation entre Akito et KK est un gros point fort du jeu et même à des échanges similaires à Eddie Brock et Venom.

Sans vouloir en dire trop sur l’intrigue, c’est définitivement le point fort du jeu et cela même si le rythme n’est pas parfait. Vous aurez des rencontres assez impressionnantes et certaines séquences sont même troublantes sans pour autant être épeurantes.

Lorsqu’on débute Ghostwire : Tokyo, on a l’impression qu’on aurait droit à un monde ouvert et bien qu’on aille beaucoup de liberté, on découvre assez vite qu’on est plutôt dans un gros couloir. Oui, vous pouvez vous promener dans votre environnement pratiquement comme vous le voulez mais vous devrez libérer des arches hantées afin de vous aventurer dans des sections contenant un gaz empoisonné.

Ça rend donc le jeu assez linéaire puisque vous aurez toujours besoin de purifier ces fameuses arches pour finalement avancer au prochain point de l’histoire. Ce n’est pas nécessairement négatif pour autant et on pourrait même dire que ça donne un peu de structure à ce genre de jeu.

Vous aurez besoin d’une quinzaine d’heures pour terminer le jeu et vous pouvez facilement rajouter trois autres heures pour compléter toutes les missions secondaires afin que de trouver tous les objets à collectionner.

 

Mécaniques de jeu qui heurtent le rythme du jeu

On pourrait penser que Ghostwire : Tokyo est un jeu de tir à la première personne assez conventionnel lorsqu’on débute. Immédiatement, on contaste que ce n’est pas le cas puisqu’au lieu d’utiliser des armes à feu, on utilise des pouvoirs élémentaux.

Au départ, on n’a que des pouvoirs de l’air et on peut déverrouiller d’autres pouvoirs comme le feu et l’eau. L’arbre de compétence vous permettra d’augmenter la puissance de vos attaques ou même le nombre que vous en projetez. Vous aurez même un autre type d’arme qui arrivera plus tard pouvant servir à disposer de vos adversaires de façon subtile. Il y a une bonne sélection de pouvoirs et vous aurez besoin de faire toutes les missions secondaires si vous désirez tous les posséder.

Le problème majeur est que les contrôles sont assez lents à réagir et que c’est un peu complexe de garder le focus sur vos ennemis. Il existe une option permettant de garder votre curseur sur votre adversaire mais il ne le fera que quelques secondes et perdra le focus. Ce n’est pas si pire au début quand vous vous battrez contre un seul fantôme mais vous déchanterez quand vous en aurez trois ou quatre à gérer.

Je dois quand même admettre qu’on s’habitue aux contrôles du jeu même si je pense qu’on aurait vraiment pu faire mieux. C’est vraiment très lent à réagir même quand on les ajuste dans les menus.

Manque de diversité et de challenge

Les ennemis de Ghostwire : Tokyo sont terrifiants au début. Que ce soit les grands hommes ténébreux rappelant Slenderman ou les jeunes collégiennes sans tête courant dans votre direction, vous serez vraiment épaté les premières fois que vous les rencontrez.

Mais vous serez beaucoup moins enchanté après 15 heures de jeu quand vous aurez constaté qu’il n’y a même pas une dizaine de modèles de monstres différents (sans compter les quelques boss) et que mis à part qu’ils foncent vers oui avec férocité, ils sont pratiquement tous assez stupides. Ils arrivent à vous traquer assez longtemps quand ils vous ont aperçu mais le défi du jeu est plutôt quand vient le temps de se battre contre les contrôles ou même quand on doit se battre contre plusieurs ennemis à la fois.

On vit aussi un peu la même situation avec les missions secondaires. Certaines sont bien alors que d’autres sont plus que minimales. Une en particulier me vient à l’esprit alors qu’on devait aider un esprit à se libérer en lui trouvant du papier de toilette. Au moins, je l’ai bien ri !


Très joli sans pour autant vous laisser pantois

En jouant à Ghostwire : Tokyo, je ne pouvais pas m’empêcher de pense que je jouais à un très beau jeu de fin de vie de la PlayStation 4 plutôt qu’un jeu de PlayStation 5. Les effets de ray tracing sont jolis quand il y en a et ça donne définitivement beaucoup d’atmosphère et détail.

Cependant, on a l’impression que le monde bien qu’assez bien représenté est quand même toujours un peu simple. Il y a un effet plastique qui demeure un peu partout et enlève un peu de crédibilité à ce monde. Je ne veux pas paraître trop négatif parce que le jeu demeure vraiment bien et n’a aucun problème à garder ses 30 images par seconde en mode ray tracing.

Sinon, vous pourrez aussi opter pour un mode 60 images par seconde en 4K sans ray tracing ou un autre en 1080p mais avec ray tracing. Au moins, le rythme plus lent des combats fait que vous n’aurez aucun problème à jouer à 30 images par seconde et apprécier le paysage. Vraiment, il est beau mais j’ai été plus impressionné par d’autres jeux récemment.

Côté sonore, j’ai adoré mettre les voix en japonais en gardant simplement les sous-titres. Ça aide énormément à plonger dans l’atmosphère nipponne. Et oui, vous avez quand même l’option de mettre les voix en anglais ou en français. La bande sonore est bonne mais si elle n’est pas mémorable pour autant.

 

Ghostwire : Tokyo offre une aventure intrigante malgré ses défauts

En lisant ma critique, on pourrait croire que je n’ai pas aimé Ghostwire : Tokyo mais ce n’est pas le cas. L’histoire de ce jeu vidéo est très bonne et bien présentée mais j’avoue que j’aurais encore plus aimé mon expérience avec de meilleures mécaniques de jeu.

Fort heureusement, on peut vivre avec et terminer le jeu avec une bonne opinion. Après tout, n’est-ce pas le principal? Ghostwire : Tokyo est disponible dès maintenant sur PlayStation 5.

+ Bonne histoire bien racontée du point de vue de son protagoniste Akito.
+ Une bonne représentation du célèbre quartier Shibuya de Tokyo.
+ Plein d’options de configuration de jeu pour avoir la meilleure expérience de jeu possible.
+ Excellente relation entre Akito et KK qui donne plusieurs bons moments en jeu.

– Des mécaniques de combat peu commodes.
– Peu de types d’ennemis qui sont très peu intelligents.
– Plusieurs de missions secondaires sont vraiment très simples.

 

ÉVALUATION GLOBALE DE GHOSTWIRE : TOKYO

Expérience de jeu : 3.5/5
Graphisme: 4/5
Son : 4,5/5
Durée de vie potentielle / Rejouabilité: 3.5/5

Note globale : 3,88/5 (78%)

Procurez-vous Ghostwire : Tokyo pour PlayStation 5
Procurez-vous Ghostwire: Tokyo Edition Deluxe pour PlayStation 5

Voyez l’ensemble des jeux vidéo disponibles sur le Bestbuy.ca 
Magasinez les jeux vidéo offerts en téléchargement numérique sur le BestBuy.ca 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here