blues junior front small.jpgUn autre petit joujou s’est récemment rendu dans le coeur de mon studio pour un petit banc d’essai et un article sur ce blogue. Cette fois-ci, il s’agit du fabuleux Blues Junior III de Fender. Un excellent amplificateur à tubes électroniques (en opposition aux autres utilisant des circuits et des transistors) de 15W que j’ai eu le plaisir de pousser jusqu’à ses limites ultimes. Ce fut un réel plaisir, et ce n’est pas du tout une surprise : l’auteur de ce texte utilise un Fender Blues Junior un peu plus ancien depuis plusieurs années pour la scène, le studio et les répétitions.

 

 

Lampes versus transistor

 

Tout d’abord, il serait important de discuter des différences entre les amplificateurs à lampes (ou encore ampli à tubes ou « valve amp » en anglais) et de tous les autres amplificateurs de guitare utilisant les transistors. Et avant de faire une comparaison, laissez-moi être honnête : à mon humble avis, le Blues Junior de Fender est l’un des meilleurs vendus chez Best Buy. Et cet avis vient d’un guitariste qui a trimbalé sont Blue Junior (acheté en 2009) partout sur scène, en studio et en répétition. J’ai vraiment utilisé cet amplificateur dans toutes sortes de contextes musicaux, et je peux dire qu’il fait maintenant partie de mon arsenal « de base ». La personnalité de mon son de guitare s’est façonnée à partir du Blues Junior. Ce n’est pas peu dire.

 

Maintenant vient le moment du « Pourquoi ». Mais pourquoi donc un amplificateur à lampes, plus dispendieux, plus fragile et plus difficile à transporter ? La réponse en un mot : le son. Il se passe quelque chose d’indescriptible lorsque l’on utilise un amplificateur qui est muni à la fois d’un préamplificateur à lampes et une section « puissance » à lampes. Une sorte de cordialité et vivacité des fréquences fait que l’on en redemande. C’est l’expérience que plusieurs musiciens en font d’ailleurs.

 

Mais détrompez-vous : j’aime également jouer avec des amplificateurs de guitare à transistors (et même les numériques), tels que les produits de la série CUBE de Roland. J’admire leur polyvalence et leur fiabilité. Les amplis à transistors repoussent les limites technologiques tandis les produits à tubes se basent sur les sons qui ont défini pratiquement tous les styles de musiques des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. N’oublions pas que les simulateurs présents sur la plupart des CUBE de Roland (pour ne nommez que ceux-là) tentent de reproduire les timbres de guitare des amplificateurs classiques à lampes.

 

Alors, je pense à mon Fender Blues Junior comme ma grosse Cadillac toute propre que je sors pour les occasions importantes. Puis à mon Roland CUBE-60 comme la petite Civic que j’utilise pour faire des courses rapides près de la maison. Et quelle belle comparaison !

 

 

Un peu d’histoire : la révolution du transistor

 

Un transistor est un dispositif semi-conducteur inventé en 1947 et le terme transistor provient « transfer resistor » en anglais. Le transistor est un énorme progrès face au tube électronique : plus petit, plus léger et très robuste, fonctionnant avec des tensions faibles, autorisant une alimentation par piles, et il fonctionne presque instantanément une fois mis en marche. En comparaison, les lampes électroniques demandent toujours une dizaine de secondes à réchauffer, ont une consommation énergétique importante et ont besoin de tensions élevées (dans les centaines de volts).

 

Ce fut alors une révolution électronique au-delà des années 1950, permettant la miniaturisation et la modernisation de notre société. Le transistor a rendu possible la petite radio dans la cuisine chez vos grand-parents, la laveuse à linge, les lecteurs CD dans les voitures, les dispositifs de navigation dans les avions de ligne et le programme Apollo de la NASA … et n’oublions pas toutes poussées technologiques dans les instruments de musique aux composantes électroniques.

 blues junior panel zoom.jpg

Donc, pour en revenir aux d’amplificateurs : pour une même quantité de décibels requis, un ampli à lampes peut facilement être deux fois plus massif que son parallèle fonctionnant entièrement à transistors. Et c’est sans parler de l’entretien pratiquement inexistant d’un amplificateur à transistor. Les amplificateurs de guitare à transistors ont envahi le marché des instruments de musique à partir des années 1960. Plus légers, plus fiable et surtout n’ayant pas tendance à surchauffer, ils sont certainement d’une grande utilité pour les musiciens actifs.

 

 

Versus prise 2 : la différence

 

Alors, qu’est-ce qui cause la réelle différence ? Même les experts ne s’entendent pas sur le sujet. Mais je ne suis certainement pas le seul à adorer les amplis à lampes. Pour se sauver de tous les détails techniques, résumons en quelques points :

 

  • La production de la saturation est différente dans les amplificateurs à tubes. On la qualifie souvent de « plus chaude ». Les blues junior panel.jpgguitaristes recherchent toujours à ajouter une distorsion au son, et les tubes agissent différemment que les transistors dans les harmoniques, l’étalement et les niveaux du signal à la sortie.
  • Un « clipping » non linéaire se produit dans les amplis à tube, et ce son est très recherché. Un « clipping » provenant de transistors est simplement désagréable. Avez-vous déjà entendu de la musique numérique dépasser le seuil du zéro décibel ? C’est ce genre distorsion qui n’est pas voulu dans les amplis de guitare à transistor. On tente donc de simuler la sensibilité des tubes électroniques avec des circuits et des transistors dans les amplis.
  • Les tubes interagissent avec le transformateur de l’ampli pour créer de riches niveaux de distorsion harmonique de second niveau. Ceci nécessiterait un logiciel pour obtenir un résultat similaire à partir des amplis numériques.
  • L’amplificateur à tubes électroniques nécessite un soin particulier. On doit éviter de trop les secouer, et les lampes ne réagissent pas très bien aux changements de températures. La majorité du son passe par des lampes et des soudures (contrairement à des circuits imprimés pour les amplis à transistor).

En bref, un amplificateur à tubes tel que le Blues Junior est chaudement recommandé pour un musicien qui voyage peu avec son équipement. Excellent pour un studio, quelques répétitions par mois et le concert occasionnel. Le musicien occupé (moi par exemple !) est activement à la recherche de problème s’il apporte un ampli à lampes dans des modes de transports comme le métro ou l’autobus. C’est donc encore et toujours pourquoi je réserve mon Blue Junior pour les concerts et répétitions « importants ».

 

 

À propos du Blues Junior III de Fender

 

Le Blue Junior, le sujet de ce banc d’essai, fait partie de la série d’amplificateurs Hot Rod chez Fender. Mon ancien Fender Blues Junior est difficile à dater (à moins d’appeler Fender avec le numéro de série). Mais selon mon estimation et mes discussions avec l’acheteur original, il a été fabriqué au milieu de la décennie précédente. Alors on peut dire que le Blues fender hot rod.jpgJunior III de Fender présentement offert chez Best Buy est environ 5 ans plus jeune que celui que je possède puisque « la version III » a été mise sur le marché par Fender en 2010.

 

 

Mises à jour : rendre un classique encore meilleur

 

Le Blues Junior III de Fender a subi plusieurs mises à jour visuelles, électroniques et internes. Tout d’abord, les cadrans et boutons sont maintenant plus faciles à lire grâce à un arrière-plan tout noir, et les chiffres se lisant en regardant « vers le devant ». Il y a également de petits ajouts esthétiques tels qu’un nouveau sigle Fender, une nouvelle poignée plus jolie et un témoin lumineux DEL rouge de style bijou.

 

Dans le ventre de la bête, on retrouve une mise à jour de toute l’électronique pour donner un « éclat » (la compagnie Fender utilise le terme « Sparkle » pour les modifications aux circuits) ainsi qu’un dispositif permettant de réduire les secousses aux tubes électroniques. Finalement, le haut-parleur spécialement construit pour les amplis Fender « lightning bolt » d’Eminence pousse toutes les fréquences de façon magnifique.

 

Petite critique ici, par contre : le haut-parleur est gradé à 50W, mais le blues Junior est un amplificateur de 15W. Ce qui veut dire qu’on peut pousser le bouton de volume au maximum et ne jamais endommager le haut-parleur ni les composantes électroniques. J’aimerais bien utiliser un Blues Junior avec un haut-parleur à un plus petit wattage, disons 25W. Ceci blues junior back small.jpgpermettrait de pousser le haut-parleur et faire ressortir la véritable personnalité de l’ampli. Mais dans ce cas, il faut toujours être prudent de ne pas pousser le volume au maximum !

 

 

Mises à jour : ce qui n’est pas décrit sur le site

 

Et pour ce qui a trait à mon opinion, quelques petites choses qui ne sont pas mentionnées dans le manuel sont différentes sur le Blues Junior III. Il y a un grillage métallique à l’arrière (au lieu d’un trou béant) pour protéger les lampes des intrusions. Je trouve que l’ensemble de l’amplificateur a l’air simplement plus solide et mieux bâti que son prédécesseur. La personnalité du design des cadrans (arrière-plan tout noir) donne une impression de qualité et de fiabilité. Je n’ai jamais aimé le style « miroir » de l’arrière-plan des boutons sur les anciens Hot Rod. Et finalement, mes oreilles me disent qu’il y a une légère différence dans le son du nouveau Fender Blues Junior III. Outre les caractéristiques techniques, à mes oreilles, tout ce que je joue sonne plus clair, avec une quantité plus grande de fréquences plus hautes (dans le treble en anglais). Les notes et les accords « pop » un peu plus qu’avec l’ancienne version, je trouve. Et c’est positif. Bref, mon ampli favori depuis des années et devenu encore meilleur !

 

Cliquez ici pour magasinez tous les produits Fender dans le magasin en ligne de Best Buy

PARTAGER SUR
Marc-André Séguin
Marc-André Séguin est le créateur, administrateur et professeur du meilleur site web pour apprendre les rudiments de la guitare jazz : JazzGuitarLessons.net. C'est de son expérience à titre de guitariste jazz professionnel et d'enseignant que Marc-André prend l'inspiration qui alimente ses articles sur le BlogTechno. Il est également webmestre et copropriétaire de Country-Music-Hoedown.com.

1 COMMENTAIRE

  1. Wow ! cool votre résumé sur cet amplificateur magique, étant un jeune vieux musicien de sous-sol, mon premier Blues junior à sauté et pogné en feu quel expérience désagréable, je viens tous juste de me procuré un nouveau Blues junior iv que je vais recevoir dans quelques jour.

    Votre description de cette ampli correspond très bien à la réalité, une vrai cadillac.

    Bravo pour votre texte.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here