Attendu pour le 24 avril prochain, Predator: Hunting Grounds est l’un des jeux vidéo multijoueurs les plus attendus du printemps. Pour permettre aux joueurs de se faire une idée du titre avant sa sortie, et de tester leurs serveurs, les développeurs de IllFonic ont offert, ce weekend, une démo gratuite. Ça a été l’occasion pour moi de tester ce titre qui s’annonce comme étant très prometteur.

Détails de Predator: Hunting Grounds

Plateforme : PlayStation 4
Testé sur : PlayStation 4
Développeur : IllFonic
Éditeur : Sony Interactive Entertainment LLC
Genre : Jeu de tir en ligne
Mode de jeu disponible : Multijoueur
Classement ERSB : M-Mature (17+)
Langues d’exploitation : Français et anglais (voix et texte)

Chasser ou être chassé

Comme c’est de plus en plus la mode dans l’univers des jeux multijoueurs, Predator: Hunting Grounds propose deux types de jouabilité différents. Vous pouvez incarner l’un des quatre membres de Fireteam, une unité d’élite spécialisée dans les missions paramilitaires, ou encore le puissant et agile Predator.

Pour ma première partie, j’ai incarné l’un des soldats de Fireteam. Je devais me rendre, avec mes trois autres frères d’armes, dans la jungle pour arrêter des trafiquants de drogue. J’avais plusieurs objectifs à accomplir (saboter des installations, éliminer des soldats contrôler par l’intelligence artificielle, trouver des preuves, etc.) comme s’il s’agissait d’un jeu solo.

J’avoue que j’ai été assez surpris de voir que le jeu comportait un arc narratif. Certes, celui-ci semble assez mince, mais Predator: Hunting Grounds n’est pas qu’un simple jeu dans lequel deux clans s’affrontent sans but particulier.

Attention au chasseur

Quand vous incarnez un soldat de Fireteam, le jeu est de type « jeu de tir à la première personne ». Par contre, j’ai trouvé les contrôles un peu plus « mous » que dans la majorité des autres FPS. Notre soldat est moins agile et regarder autour de nous est plus difficile. Il a aussi un peu plus de difficulté à viser avec son arme.

En parlant des armes, nous avons le choix entre plusieurs types d’armes comme des mitraillettes, des fusils de chasse, des grenades et des pistolets. Lors des premières parties, le choix d’armes est toutefois assez faible.

À l’instar d’un jeu comme Call of Duty, il faut monter de niveaux et déverrouiller de nouvelles armes avant de pouvoir changer son arsenal. Même si notre équipement de base est assez modeste, nous sommes bien armés pour nous défendre contre tout type de menace, à condition de savoir jouer en équipe.

Après quelques parties, j’ai en effet découvert que la clé du succès pour combattre le Predator était de rester près de ces trois autres coéquipiers. Le Predator n’est pas invincible, mais quand on est seul, on devient une proie facile.

Dans une des parties, j’étais avec mes trois compagnons et le Predator a sauté sur le sol et s’est approché de l’un de mes équipiers pour tenter de l’éliminer au corps à corps. La bête n’a pas fait long feu, tandis que nous étions les quatre à tirer toutes les munitions que nous avions en sa direction.

Des cartes de grande taille

Je n’ai pu jouer qu’à la démo, mais d’après ce que j’ai vu, les cartes s’annoncent d’assez grande taille. Elles sont situées dans la jungle et comportent leur lot de cachettes. On ne sait jamais quand va frapper le Predator, si bien qu’une certaine tension plane au-dessus de la carte, juste à temps que le chasseur décide à se montrer.

Le temps de jeu étant fixé à 15 minutes, nous ne pouvons tout simplement pas nous mettre dans un coin et attendre que le Predator attaque. Il faut progresser en accomplissant les différents objectifs, tout en pensant à regarder derrière son épaule.

Devenir le chasseur

Après avoir joué quelques parties avec un soldat de Fireteam, j’ai eu la chance d’incarner enfin le Predator. En début de partie, on ne choisit pas notre personnage, le jeu décidant pour nous.

Le Predator a des contrôles sensiblement différents de ceux des soldats. Tout d’abord, la vue passe à la troisième personne. On n’a donc une meilleure vision de notre environnement et de nos proies.

Comme dans les autres jeux mettant en vedette l’effroyable personnage, nous avons accès à une panoplie de technologies. Une touche permet premièrement d’activer la vision thermique qui permet de retrouver facilement les sources de chaleur dans la jungle. Un autre bouton permet, quant à lui, de devenir invisible, à condition de ne pas bouger.

Comme arme, nous disposons de base d’un laser et d’une arme de corps à corps. Comme si ce n’était pas assez, le Predator peut sauter aux arbres et se promener de branche en branche sans jamais toucher le sol. Il peut même effectuer d’immenses sauts.

Si les différentes technologies du Predator sont amusantes à utiliser, il faut s’en servir avec parcimonie. Pourquoi? Tout simplement parce que chaque technologie utilisée consomme de l’énergie. Quand votre barre se retrouve à zéro, vous êtes presque sans défense. Heureusement, celle-ci se régénère assez vite.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le Predator exige au joueur de faire preuve d’un peu de finesse s’il veut avoir une chance d’éliminer les quatre soldats. Foncer tête première vers les soldats n’est pas une solution efficace et finira la plupart du temps par votre mort.

Pour avoir une chance de gagner, il faut plutôt agir comme un vrai prédateur : être discret et éliminer les cibles affaiblies ou éloignées.

Honnêtement, j’ai trouvé qu’il était plus difficile de jouer avec le Predator. Retrouver les quatre soldats, même avec la technologie infrarouge, est parfois assez laborieux. Puis, une fois qu’on les a retrouvés, les éliminer l’est encore plus. Si on tombe sur une bonne équipe de joueurs, ils vont rester ensemble, ce qui nous amènera à prendre certains risques.

Verdict

Ma première impression de Predator: Hunting Grounds a été très bonne. Le jeu propose deux jouabilités totalement différentes qui sauront plaire à une large gamme de joueurs. Les joueurs préférant jouer en équipe aimeront incarner les soldats de la Fireteam, tandis que les joueurs solitaires préfèreront jouer le rôle du Predator. Reste à voir si le jeu final aura assez de contenu pour conserver l’intérêt des joueurs pendant plusieurs mois. Réponse le 24 avril prochain.

+ Deux jouabilités différentes
+ De grandes cartes
+ Les différentes technologies du Predator

– Les contrôles parfois « mous »

Précommander Predator: Hunting Grounds pour PlayStation 4

Magasinez tous les jeux vidéo offerts chez Best Buy
Magasinez tous les jeux vidéo numériques offerts chez Best Buy

Philippe Michaud
Blogueur pour Branche-Toi depuis sa fondation, Philippe Michaud a toujours été un passionné des technologies. Il adore tester toutes sortes de produits et partager ses découvertes. Au fil des années, il a collaboré pour plusieurs médias dont Québec Micro, Branchez-Vous! et MSN Techno. Il a également été recherchiste pour une émission à ZTÉLÉ.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here