Image principaleLa popularité de l’enregistrement à domicile étant à la hausse depuis plusieurs années, la gamme de microphones devient de plus en plus large. Tellement, que certains manufacturiers commencent à se pencher d’avantage sur le style et l’emballage de leurs produits afin d’attirer l’attention. Créée par les ingénieurs responsables des microphones Blue, Neat est une nouvelle division de Gibson qui adresse ce phénomène.

Pour cette entrée dans le blogue Branche-Toi, j’ai pris le temps d’essayer le Bumblebee et le Beecaster (tous deux faisant partie d’une série de micros inspirés d’abeilles), ainsi que les futuristes Widgets A et C. Étant tous connectés par USB, aucune interface audio n’est nécessaire pour les utiliser avec votre ordinateur. Voyons voir si ces produits d’apparence unique correspondent aux standards de l’enregistrement à domicile d’aujourd’hui.

Bumblebee

EmaballageLe premier microphone nous parvient à l’intérieur d’une merveilleuse boîte inspirée d’une ruche d’abeilles. La boîte en plastique contient des ouvertures en forme d’alvéole et se récupère facilement pour conserver ses accessoires d’enregistrement. Le manuel, en forme d’hexagone, est bien structuré et très informatif, en anglais autant qu’en français. Neat inclut de précieux conseils pour mieux enregistrer des sources variées et pour bien appliquer les diverses options disponibles. De plus, dans la boîte se trouve un fil USB, une figure d’abeille décorative et un pare-vent très pratique conçu spécialement pour le modèle en question.

La construction du micro est très solide. Il est perché sur un bras robuste qui se plie et qui tourne sur sa base. Malgré le fait que je n’ai pas eu de difficulté à ajuster sa position convenablement, la capsule elle-même ne tourne pas, ce qui est contre l’intuition. De plus, étant fixé de façon permanente, le Bumblebee ne peut être installé sur un autre support. Par contre, le condensateur est monté sur une suspension à l’intérieur du boitier, ce qui élimine la nécessité d’acheter d’autres accessoires. La base fournit la sortie USB, une sortie pour casque d’écoute, une option de 3 réglages d’égalisation (musique, voix et neutre) et un ajustement de volume pour les écouteurs et du microphone.

Bumblebee.jpgCes trois options offrent beaucoup de versatilité pour ce micro abordable. Sur l’ajustement neutre, le son est le moins coloré possible et offre un bon résultat prêt à être ajusté au besoin avec une égalisation externe. Les enregistrements dans ce mode semblent fidèles aux sons originaux, sans aucune exagération de fréquences. Dans le mode voix, la clarté et la définition s’améliorent grandement grâce à une augmentation des fréquences médiums. Ceci intéressera probablement celui qui cherche à placer la voix en avant d’un mix chargé. Finalement, l’option musique réduit les médiums et ajoute plus de basses et de hautes, idéal lorsqu’on enregistre un instrument accompagnateur. De plus, lorsque le locuteur ou le chanteur s’approche du micro dans ce mode, on ajoute de la richesse et de l’air à la voix pour un résultat très intime.

Ce premier extrait illustre l’effet des différents modes sur la voix.

Celui-ci démontre la différence entre le mode neutre et musique appliqué sur une guitare acoustique.

Beecaster

Beecaster.jpgLe Beecaster arrive dans le même emballage que son homologue. Les contenus sont similaires, mis à part la figurine en vinyle, qui est propre à chacun des modèles de la série. Malgré que ce microphone a un diaphragme plus large, les spécifications sont les mêmes que le Bumblebee et les deux partagent une identité sonore similaire. En plus d’un bouton muet utile, la principale différence entre les deux produits se trouve à être les options d’image stéréo du Beecaster. Ces réglages remplacent les possibilités d’égalisation du Bumblebee. Grâce au processeur interne, ce deuxième micro permet d’élargir la prise de son avec un seul condensateur. De plus, les microphones partagent les mêmes pilotes, alors aucune installation séparée n’est nécessaire.

Le point fort du Beecaster est sans doute le réglage des signatures sonores. Sans l’aide de plugiciels, ces modes complimentaient mes enregistrements grâce à une égalisation légère ainsi que d’un élargissement de l’image stéréo relative au rôle de l’instrument capté. Par exemple, l’option de l’image stéréo large donne de la vie à une prise de son en agrandissant la performance à droite et à gauche. Le mode stéréo centrée est similaire, mais avec une emphase au centre, parfait pour les passages qui devraient être le cœur de l’attention. Pour les accompagnements, l’ajustement nommé stéréo offre une étendue légèrement plus étroite, éliminant le besoin de doubler ces pistes. Finalement, en mono, le Beecaster devient un microphone traditionnel, prêt à offrir des résultats satisfaisants.

Cet extrait démontre l’effet de ces modes sur une guitare acoustique. Ils sont présentés dans cet ordre : mono, stéréo, stéréo large et stéréo centrée. Je recommande l’utilisation d’un casque d’écoute pour mieux apprécier les différences.

Widget A et C

Widget C.jpgMalgré les différences d’apparence, ces microphones partagent exactement les mêmes spécifications. Cette fois-ci, le thème d’abeille est remplacé par une fusion entre des microphones des années 50 et un épisode des Jetsons. Cette allure digne d’un dessin animé est amusante à contempler et rehaussera le style de n’importe quel vlogger. C’est malheureux que leur construction stylée sacrifie les possibilités d’ajustements; lorsqu’on relâche la vis de support, le microphone ne peut que glisser sur ses rails obliques. Ceci limite les applications musicales et met de l’emphase sur la captation de dialogue. Fabriqués de plastique, les Widgets semblent moins solides que leurs cousins inspirés des apidés. Leurs stabilisateurs internes et pare-vents intégrés ajoutent de la valeur au prix déjà raisonnable de ces produits. Finalement, l’absence d’une sortie d’écouteurs pourrait causer une surprise de feedback aux utilisateurs débutants.

Branché, le Widget performe bien. Comme les autres produits de Neat mis à l’épreuve, le condensateur détaillé reflète bien le timbre de la source captée. Les enregistrements de dialogue sont clairs et précis. Grâce au pare-vent intégré, les consonnes indésirables ne ressortentt pas et le tout semble égal. Ma guitare acoustique résonnait clairement, mais avec une absence marquée de corps. Ceci fut amélioré lorsque j’ai positionné le Widget pour profiter de l’effet de proximité (les fréquences graves sont augmentées lorsqu’une source est placée proche d’un microphone directionnel). Par contre, le confort fut réduit à ce moment dû à la construction sur rails du micro.

Abeilles en vinyleLe point saillant de ces microphones est vraiment leur apparence unique. Grâce à leur construction durable et leurs options utiles, les deux microphones inspirés d’abeilles offrent un excellent rapport qualité/prix. Le Bumblebee serait parfait pour quiconque intéressé par la balado-diffusion, les vlogs et les vidéo-conférences. Le Beecaster est un excellent microphone pour l’enregistrement d’instruments variés grâce à son large diaphragme et ses options d’image stéréo. Par contre, si vous cherchez un micro abordable, stylisé et approprié pour commencer vos enregistrements de dialogue, les widgets sont de bons choix dans leur gamme de prix.

Les microphones Neat seront bientôt disponibles chez Best Buy. Entre-temps, regardez la sélection actuelle de microphones et de matériel d’enregistrement.

 

PARTAGER SUR
Nikolai Olekhnovitch
Nikolaï Olekhnovitch est un guitariste professionnel de la région de Montréal. Sa versatilité, acquise lors de ses études collégiales et universitaires, ainsi que durant son implication au sein de nombreux projets de musique originale, lui a apporté une expérience précieuse dans son évaluation d’instruments de tout genre. Lorsqu’il n’est pas sur la route avec ses multiples formations, il explore les arts martiaux et recherche l’espresso ultime.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here