Battleborn.jpg

Alors qu’on attend des nouvelles de ce qui se trame derrière leur nouveau studio situé dans la belle ville de Québec, Gearbox Software nous présentait tout récemment une nouvelle franchise intitulée Battleborn. Après un succès formidable avec trois opus de Borderlands, voilà que l’équipe de développeurs basés au Texas voulait passer du côté des jeux multijoueurs. Avec Battleborn, ils nous arrivent avec un jeu de tir à la première personne qui emprunte quelques pages du livre des MOBA comme League of Legends, Dota 2, mais sous une nouvelle perspective de caméra. Est-ce que ce fut la bonne approche ?

Battleborn Pochette.jpg

En résumé

Parce que même si le jeu met beaucoup l’accent sur le multijoueur, on a aussi droit à une partie solo qui vaut la peine d’être mentionnée. Battleborn commence avec une légende. D’après une importante prophétie, la première civilisation de l’univers traça une idée dans une roche. Celle-ci était à propos de la fin du monde dont ils prédisaient la venue. La conclusion de cette prophétie devait être la fin de tout incluant même l’extinction de toutes les étoiles plongeant l’univers dans les ténèbres. Après des années de misères, l’espoir renaîtrait grâce à la survie d’une seule et dernière étoile. Tous les êtres vivants toujours en mesure de se déplacer se dirigèrent vers cette lueur d’espoir dans le but d’échapper à la pénombre. Malheureusement, au lieu d’unir ces êtres, cette course allait provoquer une guerre entre tous les peuples survivants. Mais la prophétie parlait aussi de la naissance de champions qui allaient renaître des cendres de ces conflits afin de ramener un peu d’espoir dans l’univers. Ce sera donc à vous d’incarner un de ces 25 héros et combattre ensemble afin de sauver l’univers de sa fin imminente.

Battleborn est développé par Gearbox Software et publié par 2K Games

Date de parution : 3 mai 2016

Plateformes : PlayStation 4 / Xbox One / PC

Style : Jeu de tir à la première personne, multijoueur

Classement ESRB : T (Adolescents, 13 ans et plus)

Langue d’exploitation : jeu disponible en français

Une campagne sans saveur

Gearbox Software est reconnu pour ses scénarios plutôt loufoques et ses nombreux personnages tous plus déjantés les uns que les autres. Or, la campagne nous lance un total de huit missions qui offrent une approche plutôt similaire. Celles-ci se séparent toutes de la même manière c’est-à-dire quelques vagues d’ennemis, une défense de zone et un boss ce qui rend l’expérience un peu ennuyante. Qui plus est, malgré quelques discussions qui prouvent que les développeurs derrière Gearbox Software n’ont pas perdu leur sens de l’humour, le scénario n’est pas très entraînant et passe rapidement au second plan. Je sais ce que le studio a la capacité de nous offrir quelques choses de mieux et c’est pourquoi les huit heures de scénario n’ont pas vraiment su répondre à mes attentes.

Alors que je m’attendais à ce que le scénario soit le point fort de cette campagne, c’est finalement plutôt le design de niveau qui a su capter mon attention à quelques reprises. Il y a plusieurs endroits qui offrent des mécaniques particulièrement intéressantes et en coop, cela devient encore plus excitant à traverser. D’ailleurs, c’est aussi pratiquement la seule manière de terminer le jeu. Avec quelques amies pour vous redonner des vies, vous avez plus de chance de rester debout et de vous rendre jusqu’à la fin.

D’ailleurs, parlant de coop, c’est là que le jeu devient beaucoup plus intéressant. Seul, j’ai eu beaucoup de difficulté à avoir du plaisir, mais avec quelques amis, l’aventure devient beaucoup plus amusante. La tension monte, les vagues d’ennemis sont plus nombreuses que jamais et la difficulté et le rythme montent d’un cran. De plus, lorsque vous avez déjà investi plus d’une heure dans une mission, ça devient encore plus stressant, mais c’est aussi ce qui rend le défi plus amusant. Enfin, c’est même possible de jouer en « couch coop » si vous préférez cette option plutôt que jouer avec vos amis en ligne.

Battleborn Personnages.jpg

Vive la diversité

Ce qui est payant par contre dans cette aventure, c’est la diversité des 25 différents personnages qui proposent des approches différentes. Il faut donc savoir bien exploiter leurs forces et leurs faiblesses. Par exemple, certains seront bien meilleurs lors de combat au corps à corps alors que d’autres seront carrément inutiles dans cette même position. Comme tous les MOBA, vous deviendrez expert lorsque vous serez en mesure d’évaluer les forces et faiblesses de chaque personnage afin de pouvoir les exploiter. C’est aussi grâce à la synergie de votre groupe que vous serez en mesure de tirer votre épingle du jeu. Bref, soyez prêt, car c’est très compétitif.

L’autre élément qui est très payant, c’est que Gearbox offre une très bonne approche pour apprendre chaque personnage. Lors d’une session, on démarre au niveau 1 et tranquillement on se rend jusqu’au niveau 10 et à chaque palier il faut choisir un nouvel attribut. Ainsi, on apprend à un rythme adéquat à bien maîtriser notre nouveau personnage.

Par contre, revenons à la diversité parce que je trouve que ça fait une bonne partie du charme de ce jeu. Je ne sais pas qui est responsable des designs de personnages, mais il doit vraiment se faire un plaisir fou. Chacun d’entre eux est complètement différent et proposent un look aussi déjanté que l’humour du studio. De plus, chacun a une personnalité qui cadre bien avec son look et évidemment les habiletés de ceux-ci sont aussi très diversifiées. C’est grâce à cette originalité qu’on peut dire que le jeu propose une assez longue jouabilité et même lorsqu’on se tanne, le simple fait de changer de personnage va vous faire redécouvrir Battleborn.

Battleborn Fusil.jpg

Un multijoueur bien développé

Ce qui est particulièrement impressionnant avec le multijoueur, c’est que malgré la présence de seulement trois modes, ils sont tellement bien ficelés qu’on ne s’en ennuie pas. D’abord, il y a le mode incursion où on mélange un peu des éléments de campagne avec la multijoueur puisqu’il faut réussir à envahir le territoire ennemi afin de détruire les robots et les sbires ennemis pour en prendre le contrôle. Personnellement, ce fut d’ailleurs mon mode préféré. Il y a aussi le classique mode capture qui propose une jouabilité rapide et assez excitante. Enfin, le dernier mode s’intitule Meltdown et c’est celui-ci qui tente de mélanger le style FPS au genre MOBA.

Par contre, même pour moi qui ne suis pas particulièrement amateur du style, je peux quand même assez facilement détecter que le mix n’est pas vraiment idéal. Comme on a une vue à la première personne, notre champ de vision est beaucoup plus limité et c’est difficile d’adopter une stratégie aussi poussée qu’avec une vision isométrique classique. Avec ces trois modes assez différents, on a aussi droit à deux cartes par modes qui ont été bien optimisés pour répondre aux besoins de chaque style de jeu. Cependant, même si la diversité des personnages et des modes est intéressante, j’aurais bien aimé que le jeu propose plus d’environnements. Bref, il faudra espérer que le studio nous prépare un peu de contenu supplémentaire gratuit.

Battleborn Animé.jpg

Le même style visuel iconique du studio

On reconnaît désormais facilement le style visuel de Gearbox grâce à ces graphiques qui semblent sortir directement d’une bande dessinée. Par contre, il semblerait que même si on a fait un saut de génération de console, l’engin semble avoir régressé plutôt que d’avoir progressé. J’imagine que cela s’explique par le fait que le studio a dû diminuer un peu la qualité au profit de la stabilité puisqu’un bon taux de rafraîchissement dans un jeu multijoueur est tout simplement primordial. Par contre, j’étais un peu déçu de ne pas voir de progression de ce côté. J’ai vraiment hâte que le studio mette à jour son engin graphique. Ce qui m’a quand même bien plu, c’est les séquences cinématiques qui ressemblent à un animé. Les dessins étaient particulièrement beaux autant les personnages que les décors. Enfin, pour accompagner le tout, Gearbox Software nous a aussi offert une excellente trame sonore comme pour ces précédents titres.

En conclusion, je crois que Gearbox Software nous offre un jeu qui devrait plaire aux amateurs de jeux multijoueurs qui se cherchent un nouveau titre à jouer avec quelques amis. Cependant, le « timing » semble moins qu’idéal puisque Overwatch vient aussi tout juste de paraître et il risque d’attirer une plus grande communauté assez rapidement. Pour ma part, je vais passer à autre chose quand même assez vite et je vais patiemment attendre à Borderlands 3 qui risque de répondre beaucoup plus au style de jeu que je préconise.

Les Plus

+ La diversité des 25 personnages

+ Les trois modes assez différents

+ Quelques flashs d’humour

+ La trame sonore et l’animé

+ Meilleur en coop

Les Moins

– Le timing est mal choisi

– La campagne assez ennuyante

– Le visuel moins beau que le titre précédent du studio

Verdict

  • Jouabilité : 2,5/5
  • Visuel : 3/5
  • Audio : 4/5
  • Durée de vie potentielle : 4/5

Note finale : 3,4/5 (68 %)

Procurez-vous Battleborn sur PC

Procurez-vous Battleborn sur PlayStation 4

Procurez-vous Battleborn sur Xbox One

PARTAGER SUR
Anthony Gravel
Même si sa passion principale est les jeux vidéo, Anthony est passionné par tout ce qui touche la technologie. Vous pouvez le lire sur L'Épée Légendaire/ où il est rédacteur en chef en plus d'écrire sur ce blogue depuis 2012.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here