Odin Sphere Leifthrasir.jpgNeuf ans après la sortie du titre original sur PlayStation 2, le studio Vanillaware nous offre aujourd’hui l’occasion de redécouvrir Odin Sphere, un des jeux les plus populaires à l’époque sur PlayStation 2, cette fois sur PlayStation 3, PlayStation 4 et PlayStation Vita. Intitulée Odin Sphere Leifthrasir, cette nouvelle édition propose un visuel plus peaufiné avec une résolution en 1080p et une fluidité grandement améliorée grâce à 60FPS (sur PS4). Les habiletés des personnages ont aussi été revues pour le mieux et les possibilités de combos pendant les combats sont encore plus développées. Enfin, il y a de nouveaux paliers de difficultés et le système de pointage permet plus facilement d’obtenir un meilleur rang et de meilleurs items. Bref, c’est bien plus qu’une simple réédition en HD.

Odin Sphere Leifthrasir est développé par Odin Sphere Leifthrasir Boite.jpgVanillaware et publié par Atlus

Date de parution : 7 juin 2016

Plateformes : PlayStation 4 / PlayStation 3 / PlayStation Vita

Style : Action RPG en 2D

Classement ESRB : T (Adolescents, 13 ans et plus)

Langue d’exploitation : jeu disponible en anglais seulement

En résumé

Odin Sphere Leifthrasir raconte l’histoire de cinq protagonistes qui tentent de faire leur place dans le royaume de Erion. D’abord, il y a Gwendolyn, la fille du roi Odin, qui est une puissante Valkyrie. Durant son aventure, elle se retrouve déchirée entre son père, qu’elle a toujours voulu rendre fier, et son beau chevalier Oswald. Le jeu nous présente ensuite un chapitre sur le prince Cornelius. Ce dernier est amoureux de Velvet, la princesse de la forêt. Malheureusement, son père n’approuve pas du tout son choix. Puis, alors qu’il est en route pour rejoindre sa belle, il se fait embusquer et se retrouve banni dans l’au-delà en plus d’être transformé en étrange créature nommée Pooka. La troisième histoire raconte celle de Mercredes, la princesse de Ringford qui cherche à venger la mort de sa mère aux mains du roi Odin. Elle devra donc mener son armée contre lui, mais elle devra d’abord passer à travers plusieurs obstacles. Le livre suivant nous permet d’incarner le puissant chevalier Oswald dont les talents de combattant sont reconnus à travers le royaume. Celui-ci est au service de son père adoptif Melvin qui l’envoie sur toutes sortes de quêtes. Finalement, la dernière protagoniste est Velvet, la fille illégitime d’Odin et de la princesse Valentine. Son but durant ce chapitre est de s’assurer que la prophétie se réalise et qu’elle prévienne ainsi l’Armageddon.

Odin Sphere Gwendolyn.jpg Bon du début à la fin

D’abord, je dois préciser que je n’ai pas eu la chance de jouer au titre original puisque je n’avais pas de PlayStation à l’époque. J’ai donc été encore plus charmé par le fait que le jeu était pas mal avancé sur son temps avec des protagonistes féminines très fortes et des personnages qui ne sont pas trop sexualisés. C’est un peu ironique parce que le jeu est paru avant Dragon’s Crown, développé par le même studio, qui avait justement été fort critiqué sur cet aspect.

L’histoire d’Odin Sphere est en plus très intéressante. La raison principale est que même si à première vue, on pourrait penser que chaque chapitre est totalement indépendant des autres, on se rend compte que tous les personnages sont liés d’une manière ou d’une autre. Or, dans les chapitres subséquents, les protagonistes sont souvent des personnages qu’on a déjà vus auparavant et c’est ce qui nous donne toujours envie d’en apprendre plus sur le scénario. Pour ma part, ce fut aussi la partie que j’appréciais beaucoup d’essayer de devenir le prochain protagoniste et quelle partie de l’histoire le jeu tentera-t-il de nous révéler. Après quelques heures de jeux, cela nous permet de constater que le portrait global de l’histoire est beaucoup plus profond que ce qu’il laissait paraître au départ et le tout conclut sur une finale assez splendide. Enfin, c’est important de rester alerte au récit et à la prophétie si vous voulez être sûr d’avoir la bonne fin.

Odin Sphere Oswald.jpgUne jouabilité hautement satisfaisante

Les jeux d’actions RPG se démarquent généralement du lot grâce à leur jouabilité toujours assez intense. Or, celle d’Odin Sphere Leifthrasir est particulièrement satisfaisante et disons que c’est en partie dû aux améliorations qui ont été apportées. Par exemple, dès le début du jeu, on incarne Gwendolyn, une valkyrie très puissante. Un des aspects vraiment amusants à développer avec cette héroïne, c’est de réussir à enchaîner les combinaisons de coups sans permettre à l’ennemi de riposter. Avec cette protagoniste, il est possible de projeter les ennemis dans les airs pour les matraquer de coups et les anéantir avant qu’ils ne retombent au sol. Chacun des personnages possède aussi plusieurs habiletés qui déstabilisent les adversaires afin d’en venir à bout le plus rapidement possible. Avec toutes ces chaînes de combinaisons de coups, j’avais parfois l’impression d’être dans un jeu de combat comme Mortal Kombat.

Parallèlement à cet aspect de la jouabilité, le jeu encourage les joueurs à terminer chaque combat avec le plus de points possible. Plus on n’accumule de points plus notre rang sera élevé et plus les récompenses seront intéressantes. Avec la pratique, on développe nos habiletés et il devient vraiment amusant d’essayer de maximiser chaque bataille. Le jeu nous fait sentir en parfait contrôle de notre personnage et je me suis vraiment amusé dans l’aventure du début à la fin. Ce qui est aussi vraiment génial, c’est que d’un chapitre à l’autre, les pouvoirs des protagonistes sont très différents ce qui nous permet de passer outre la redondance du titre. De plus, en progressant dans l’histoire on peut développer encore plus de pouvoirs magiques ce qui permet à chaque joueur de créer sa propre expérience. Je ne me suis jamais lassé de détruire mes adversaires.

Odin Sphere Leifthrasir Velvet.jpgConcocter vos potions et vos mets préférés

Dans Odin Sphere Leifhrasir, il est primordial de ramasser des matériaux pour préparer vos propres potions et obtenir les ingrédients nécessaires pour que le cuisiner vous fasse de bons plats. D’une part, la nourriture est la façon la plus rapide de monter de niveau. Il existe donc différentes façons d’en créer. Le premier étant simplement de planter des graines d’un aliment et ensuite utiliser les orbes de phozons gagnés en tuant des ennemis pour faire pousser l’aliment. Le seul désavantage, c’est que ces orbes sont aussi bien utiles pour augmenter la puissance de nos pouvoirs magiques. Or, il faut s’assurer de garder un juste milieu entre les deux. Puis, il y a aussi un cuisinier qui peut mélanger les ingrédients que vous avez trouvés afin d’offrir des plats un peu plus élaborés. Ainsi, vous gagnerez encore plus d’expérience et vous devez lui trouver les recettes cachées un peu partout dans le jeu. En second lieu, le principe est un peu le même pour les potions. Il faut trouver des fioles vides, les bons ingrédients et les recettes appropriées pour concocter la bonne préparation et celles-ci ont différentes utilités. Par exemple, il y a les potions qui lancent une tornade aux ennemis, il y en a d’autres qui font exploser un volcan. Bref, gérer l’inventaire est quand même assez divertissant. Le seul défaut est qu’il faut souvent faire le ménage de son inventaire, car le jeu nous limite beaucoup à ce niveau.

Un des plus beaux titres

J’ai pris le temps d’aller voir quelques séquences de la version PlayStation 2 et j’étais impressionné de la qualité visuelle considérant qu’il s’agit quand même d’un titre vieux de neuf ans. Cette fois, il est plus joli que jamais avec sa résolution en 1080p qui rend les couleurs encore plus éclatantes et les personnages mieux définis. Si vous avez joué à Dragon’s Crown et à Muramasa’s Rebirth, du même studio dans les dernières années, on reconnaît facilement le style visuel de Vanillaware. Tout semble dessiné comme un manga qui a été animé par les développeurs. J’ai particulièrement apprécié mon expérience qui s’est déroulée sur PlayStation Vita. Les contrôles répondent bien et le jeu profite bien de l’excellent écran de la console. En plus, tous les dialogues sont joués par des acteurs ce qui rend le tout plus réaliste. Ajoutez à cela une très bonne trame sonore et on obtient un tout vraiment solide.

Odin Sphere Leifthrasir Oswald.jpgParmi les meilleurs

Je sais pertinemment bien que la PlayStation Vita n’a pas connu une énorme quantité de bons titres. Par contre, Odin Sphere Leifthrasir fait facilement partie de mon top 5 paru sur la console depuis son lancement et peut-être même top 3. Les amateurs d’Action-RPG seront comblés par la jouabilité et le niveau de difficulté qui posent tout un défi lorsqu’on l’augmente alors que les amateurs d’histoire seront charmés par le scénario. On peut dire que Vanillaware a trouvé vraiment le parfait milieu entre ces deux aspects ce qui devrait facilement attirer un grand nombre de joueurs. J’espère que plus d’amateurs de jeux vidéo prendront le temps de découvrir cette aventure avec cette réédition, car il en mérite pleinement l’achat.

Odin Sphere Leifthrasir Gwendolyn.png
+ L’excellente jouabilité
+ Le scénario impeccable
+ Une très bonne durée de vie
+ Le style visuel
+ La fluidité en 60 FPS
+ Les éléments de RPG bien développés
– L’inventaire qui nous limite
Verdict

  • Jouabilité: 5/5
  • Visuel: 5/5
  • Audio: 4/5
  • Durée de vie potentielle: 5/5

Note finale: 4,75/5 (95 %)

Pour commander Odin Sphere Leifthrasir sur PlayStation 4
Pour commander Odin Sphere Leifthrasir sur PlayStation 3
Pour commander Odin Sphere Leifthrasir sur PlayStation Vita

PARTAGER SUR
Anthony Gravel
Même si sa passion principale est les jeux vidéo, Anthony est passionné par tout ce qui touche la technologie. Vous pouvez le lire sur L'Épée Légendaire/ où il est rédacteur en chef en plus d'écrire sur ce blogue depuis 2012.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here