assassins-creed-unity-walllpaper.jpg

 

Pour les quelques joueurs qui ne connaissent pas cette série, vous incarnez une personne dans un futur rapproché qui revit les mémoires de ces ancêtres grâce à un terminal vidéo créé par la compagnie Abstergo. Vous êtes plongés dans une guerre entre une secte d’assassins et les chevaliers templiers qui dure depuis un millénaire. Ce protagoniste change de temps en temps au cours de la série mais celui dans Unity n’est jamais nommé. Votre véritable personnage est votre ancêtre Arno Dorian qui a vécu à Paris lors de la Révolution française.

 

À couper le souffle si on est patient

 

Ubisoft a créé un nouveau moteur de graphismes pour démontrer la puissance de la nouvelle génération de consoles et c’est époustouflant. Paris est recréée dans ses moindres détails à une échelle de presque 1 pour 1! Notre-Dame de Paris est exactement la même échelle que la vraie. Vous aurez quasiment plus le goût de jouer au touriste que d’assassiner les truands. Le travail effectué par les artisans de l’entreprise est vraiment impressionnant.

 

2549899-2489723769-24879.jpg

 

De plus, la ville grouille de vie. Ses citoyens et citoyennes vaquent à leurs occupations, parlent entre eux ou se rassemblent en groupe pour protester contre la monarchie. Les foules peuvent atteindre des centaines de personnes et même s’il n’y a probablement pas tant de modèles de personnages différents, on n’y voit que du feu. Par contre, j’ai remarqué qu’il n’y avait pas beaucoup de modèle de templiers ce qui fait qu’on a toujours l’impression de se battre contre les mêmes personnes.

 

assassinscreedunity610.jpg

 

Les visages d’Arno et des autres personnages principaux sont très bien rendus et ils expriment leurs émotions de façon cohérente. La peau est marquée des ravages du temps, les cheveux bougent avec les mouvements et fort heureusement, les yeux sont vivants contrairement à beaucoup d’autres jeux. Le site de jeux vidéo Kotaku a même fait remarquer que les animateurs avaient réussi à rendre un baiser réel. Je me rappelle m’être fait le commentaire avant même d’avoir lu l’article.

 

Autre bonne chose, même si le jeu prend beaucoup de temps à se charger avant qu’on joue, on peut se promener d’un côté de Paris à l’autre sans aucun autre chargement. Excellente utilisation des ressources des consoles en général.

 

En général? L’ennui c’est que, si en théorie tout ceci est magnifique, lorsqu’on joue, le vernis commence à lever. La majorité des plaintes faites sur internet sont à cause des lenteurs du jeu et on ne peut pas nier que le jeu manque d’optimisation ou alors l’entreprise a eu le ventre plus grand que la panse. Il y a beaucoup de lenteur lorsqu’on traverse des foules de gens. Ce n’est pas aussi mauvais que certains le prétendent mais c’est agaçant.

 

Il arrive aussi que le jeu ait des problèmes à charger des textures correctement ce qui cause des problèmes visuels horribles. Des internautes ont partagé des captures d’écran où la texture du visage d’Arno est absente laissant les deux yeux et la bouche flotter dans les airs. Une vision d’horreur assez hilarante. Personnellement, la seule fois où quelque chose m’est arrivé, c’est quand le décor du repaire des assassins ne s’est pas chargé. Ça donnait une image de rêve (ou de cauchemar) et je me suis posé la question si c’était normal.

 

bugs.jpeg

 

Pour une fois, la question de jouer en français ou en anglais ne se posait même pas. Nous jouons en France, j’ai donc opté pour la langue de Molière. Ubisoft a effectué un bon travail et j’ai même découvert que plusieurs acteurs québécois connus (tel que Catherine Bérubé qui a joué dans 19-2) font partie de la distribution. La musique est aussi bien mais elle n’a pas retenu mon attention.

 

maxresdefault.jpg

 

La quête de vengeance est satisfaisante

 

Laissez-moi faire une petite confession: je suis médiocre à ce genre de jeu. Se cacher, attendre dans l’ombre et planifier sa stratégie, ce n’est pas pour moi. Cette série n’est donc pas une de mes préférées même si j’aime bien l’atmosphère et l’histoire en général. Assassin’s Creed Unity est le premier de 3 jeux de la série que je désire vraiment terminer. Non, l’histoire n’a rien d’extraordinaire (encore une fois, vous jouez un orphelin qui désire venger la mort de son père) mais c’est assez captivant pour garder mon intérêt.

 

Le jeu arrive aussi à me garder intéressé grâce à ses mécaniques de jeu. Courir au travers de la ville est un vrai charme. C’est facile de monter un édifice, sauter d’un toit à l’autre, monter des cheminées ou traverser les foules en poussant les passants. Bien sûr, il y a quelques petits accrocs de collisions et il arrive que nos membres passent au travers des autres personnages. C’est fort heureusement assez rare et donc pas trop dérangeant.

 

Ce qui m’a le plus agacé c’est que le personnage semble avoir plus de misère à descendre des structures que d’y monter. C’est particulièrement tannant quand on se tient au-dessus de notre proie et qu’on attend le bon moment pour l’attaquer.

 

Le combat a fait beaucoup de progrès depuis le premier épisode et il semble beaucoup au point. Se battre est très simple. Vous avez une attaque, un bouton pour parer l’adversaire et un autre pour esquiver. On se met alors à enchainer les attaques de manière fluide donnant l’impression d’une excellente bataille scriptée. Belle réussite.

 

Assassins-Creed-Unity.jpg

 

Les lames fantômes sont une autre belle addition de taille dont on peut se servir pour tuer vos adversaires à distance. C’est un mélange entre votre lame et une arbalète. C’est très commode mais on a une limite de cinq.

 

L’arbre de talent d’Arno est diversifié et il est recommandé de faire plusieurs missions secondaires pour augmenter vos points et faciliter votre vie lors des missions principales. D’ailleurs, les missions sont pas mal ce qu’on s’imagine pour un jeu du genre (escorter, assassiner, traquer etc.) et on n’assiste pas à une grande révolution.

 

Vous aurez finalement l’option de jouer à des missions en mode coopératif avec 3 de vos amis. Première déception, vous ne pouvez pas faire de missions principales avec vos amis. Au moins, elles sont quand même bien faites et structurées. Les quelques fois que j’ai essayé, j’ai pu me connecter avec quelqu’un rapidement et je n’ai eu aucun délai ou ralentissement. J’ai pu constater que je ne suis pas le seul qui n’est pas très bon à ce genre de jeu

 

Multi.jpg 

 

Finalement, je m’en voudrais de ne pas mentionner une chose qui m’a irrité j’ai nommé la connexion à l’application sur téléphone intelligent. Si on veut utiliser celle-ci comme carte, je n’ai pas de problème mais quand je dois jouer à des missions pour débarrer des coffres, je décroche. J’ai essayé de m’y intéresser mais je ne vois pas vraiment l’intérêt. Ce n’est pas la fin du monde mais j’ai acheté un jeu sur console pas sur téléphone intelligent.

 

Verdict

 

La question qui tue: est-ce que malgré ses problèmes, ça vaut la peine de jouer à Unity? Je crois que oui. Oui, il y a beaucoup d’irritants et Ubisoft aurait du attendre avant de sortir ce jeu mais ce qui est important à se rappeler, c’est qu’aucun problème n’empêche de jouer au jeu. Si vous êtes irrités par les ralentissements, il serait peut-être plus judicieux de passer votre tour. Si vous êtes prêts à vivre avec quelques désagréments, je crois que le jeu vaut la peine.

 

Appréciation globale

 

Jouabilité : 3 /5

Graphisme : 5/5

Son : 4/5

Rejouabilité : 3/5

Note globale : 3,5/5

 

Rendez-vous sur le site de Best Buy pour vous procurer la version PS4 ou la version Xbox One.

PARTAGER SUR
Christian Jarry
Joueur sur PC depuis 1984, j'ai acheté ma première console en 1999: la Dreamcast. Plusieurs autres consoles suivront par la suite mais je demeure toujours attaché au jeux PC. Dans mes autres temps libres, j'aime également m'entretenir sur la techno, la musique et la photographie.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here