EOS RP de CanonLe modèle RP EOS de Canon est le deuxième modèle d’appareil photo sans miroir plein format de l’histoire de Canon. Il s’agit d’une version allégée du modèle R original s’adressant aux photographes amateurs à la recherche d’un appareil photo plein format abordable.

Le RP est muni d’un capteur CMOS de 26,2 Mpx et d’un des plus petits boîtiers d’appareil photo plein format sur le marché. Il peut prendre 5 photos par seconde à une sensibilité ISO maximale de 40 000. Son écran tactile ACL s’incline et pivote dans toutes les directions. Il dispose d’une connectivité Wi-Fi, alors on peut le contrôler à distance et enregistrer les images instantanément sur un téléphone intelligent.

Cliquez ici pour voir la vidéo (en anglais seulement)

Écran tactile pleine fonction

Discutons d’abord de l’ergonomie. Comme on le voit sur les illustrations ci-dessous, le modèle RP est minimaliste en ce qui concerne les boutons et cadrans, mais il en a assez pour offrir un accès facile à toutes les fonctions nécessaires. L’écran tactile est un avantage énorme, car il permet d’accéder à tous les réglages. En fait, c’est la première fois que j’utilise un appareil avec un écran tactile pleine fonction; c’est-à-dire qu’on peut s’en servir comme on s’y attend, comme changer les paramètres, ouvrir les menus, faire défiler les photos et agrandir une partie de l’écran avec ses doigts. On peut même appuyer dessus pour rapidement refaire la mise au point et reprendre une photo. Utilisez cette fonction avec l’écran vers l’avant et vous serez au paradis des égoportraits.

Un très petit appareil photo sans miroir

Comme le démontre mon évaluation vidéo, je trouve que le RP est un peu trop petit, finalement. Quand je le tiens en main, mon petit doigt n’a nulle part où se poser. Comme je n’aime pas les courroies de cou, je dépends entièrement de ma capacité à garder une bonne prise sur mon appareil photo, et le tenir avec trois doigts au lieu de quatre me semble moins sécuritaire. On verra sûrement une poignée d’alimentation éventuellement, mais cet accessoire n’existe pas encore pour le RP.

D’ailleurs, tout avantage qu’on pourrait tirer d’avoir un appareil photo avec un aussi petit boîtier disparaît aussitôt qu’on y fixe son objectif, qui est bien plus lourd. Comme vous le verrez dans ma capsule vidéo et dans la photo plus haut, l’objectif 24-105 mm ressemble à un monstre quand on le fixe à ce petit boîtier.

Le RP de Canon a un nouveau type de monture pour objectifs RF, alors si vous êtes déjà un amateur d’appareils photo Canon et que vous avez des objectifs EF, vous allez devoir ajouter un adaptateur pour les utiliser. J’attends de pied ferme la sortie de nouveaux modèles d’objectifs RF pour les évaluer.

Capacités vidéo

Je filme beaucoup dernièrement, alors j’avais hâte de tester la capacité vidéo du RP. Ses caractéristiques n’ont rien de spectaculaire : il filme en 4K à 30 images/s et en HD intégrale à 60 images/s. J’aurais voulu augmenter à 120 images/s pour des images au ralenti vraiment somptueuses. Cela dit, pour les vidéastes amateurs, ou même un cinéaste de documentaire qui cherche un appareil léger et portatif, le RP est une possibilité sérieuse. L’écran inclinable fonctionne très bien, il a son propre déclencheur et gère très bien l’exposition, afin de compenser automatiquement aux changements d’éclairage graduels. La mise au point automatique est bien aussi et assez fluide. On peut même s’en servir pour changer de point focal par commande tactile.

Une autre fonction qui a bien fonctionné pour moi est la stabilisation d’image vidéo. Ce n’est pas une stabilisation d’image réelle, qui impliquerait un mouvement par le capteur lui-même pour compenser le mouvement de la main. C’est plutôt un algorithme appliqué par le processeur aux images filmées. Tout de même, combiné à la stabilisation d’image de l’objectif que j’utilisais, il produisait des images d’une fluidité étonnante.

Déplacement du point focal : le vrai coup de génie du RP EOS de Canon

L’une des premières choses que j’ai cherchées quand j’ai déballé le RP, c’est l’espèce de petit manche que j’ai sur mon 5D, qui sert à déplacer le point focal. Je n’aime pas laisser l’appareil décider du sujet de mes photos, alors j’ai vraiment besoin de déplacer facilement mon point focal entre chaque cliché. Quand on compose ses images sur le grand écran ACL du RP, ce n’est pas un énorme problème, car on n’a qu’à toucher l’écran au point où son sujet se trouve. Mais je compose régulièrement mes images avec le viseur, en particulier les jours ensoleillés, et quand je mettais mon œil au viseur, l’écran tactile devenait noir. Je ne comprenais pas vraiment, jusqu’à ce que je trouve qu’on peut déplacer le point focal avec un doigt sur l’écran, même avec l’œil sur le viseur, ce qui s’avère être le meilleur système que j’ai jamais vu! Si simple et intuitif.

Comme je disais, l’écran va au noir quand on met son œil au viseur, et c’est l’écran à l’intérieur du viseur qui s’active. Malheureusement, quand on passe son doigt près du viseur lorsqu’on utilise l’écran tactile, le capteur le prend souvent pour une utilisation du viseur, et l’écran principal s’éteint pour rien.

Presque rechargeable par USB

En lisant les caractéristiques du RP, j’étais très heureux de constater qu’il est rechargeable par USB. J’adore cette fonction, car elle permet de recharger l’appareil pratiquement n’importe quand, n’importe où. C’est brillant pour les voyages, car USB est une norme universelle. Toutefois, en y regardant de plus près, j’ai découvert que cette fonction demande une batterie spéciale, vendue séparément. C’est énormément décevant. J’ignore comment Canon est arrivée à cette solution, mais c’est une grave erreur.

Obturation un peu lente

Un autre inconvénient du RP est sa vitesse d’obturation de 1/4000 seconde, ce qui est très lent, particulièrement pour un appareil photo sans miroir. C’est en effet la norme pour les appareils d’entrée de gamme, mais tout de même, c’est une limitation importante. Les photographes professionnels recherchent une vitesse minimale de 1/8000 seconde, car les photos en très fort éclairage à profondeur de champ faible, d’où provient le flou d’arrière-plan si populaire, demandent une ouverture très large et rapide. Les appareils photo sans miroir ont souvent une fonction appelée obturateur électronique, qui prend des photos avec une ouverture à 1/32 000 seconde qui est aussi silencieuse, sans le bruit d’obturateur habituel. Cette fonction n’apparaît pas sur le RP, malheureusement.

Conclusion

En général, mon évaluation du EOS RP de Canon est très bonne. Il a vraiment des fonctions pratiques, et je sens que j’en aurais découvert encore plus avec un peu plus de temps. La qualité des images répond entièrement à mes attentes pour un appareil de Canon, et malgré quelques inconvénients, je crois qu’il représente un bon investissement pour les amateurs de photo sérieux.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here