Mon évaluation du mélangeur sur socle K400 de KitchenAid

Connaissez-vous la gamme de mélangeurs sur socle K400 de KitchenAid ? Il en existe quelques versions et j’ai récemment fait l’essai du modèle à la fois doté du pichet classique de 1,6 L et d’un contenant de 16 oz pratique pour les boissons à emporter.

Superpuissant, cet appareil est doté de trois programmes préréglés (broyage de glace, boissons glacées et boissons frappées) et un cadran à 5 vitesses, permettant de mélanger, réduire en purée, broyer et plus encore.

Après mes trois récentes évaluations sur d’autres petits électroménagers sans fil de KitchenAid, je vous parle maintenant en détail de ce mélangeur sur socle K400.

À quoi s’attendre du mélangeur sur socle K400 de KitchenAid?

Avec sa puissance de 1200 W et sa commande de moteur Intelli-Speed, il pulvérise la glace, les fruits et légumes en un rien de temps. Et que fait la commande de moteur Intelli-Speed, exactement ? En détectant la nature des ingrédients, elle maintient automatiquement une vitesse optimale pour ainsi obtenir un mélange homogène. Tous les ingrédients sont donc parfaitement mélangés ou réduits en purée.

Le gros pichet permet de préparer plusieurs boissons à la fois, une grande quantité de soupe ou plusieurs portions de purée. Sa fonction de démarrage en douceur est également fort utile. En effet, en démarrant le moteur à faible vitesse afin d’attirer les ingrédients vers le fond du contenant, elle augmente graduellement jusqu’à l’obtention de la vitesse désirée. Cette fonction minimise les éclaboussures.

Mélangeur KitchenAid K400

Et quant au plus petit contenant de 16 oz, il est pourvu de sa propre lame et d’un couvercle qui se dévisse. Ainsi, on peut préparer une boisson frappée, retirer la lame et utiliser le couvercle pour apporter un smoothie et le boire en route vers le travail ou l’école. Avec son couvercle étanche, ce contenant de 16 oz est également pratique pour stocker le mélange au réfrigérateur.

Mélangeur KitchenAid K400

Le modèle K400 de KitchenAid est offert avec ou sans contenant de 16 oz et le prix varie selon le cas. Contrairement aux autres petits électroménagers KitchenAid dont j’ai précédemment fait l’essai, ce modèle-ci fonctionne à l’aide d’un fil qui doit être branché dans une prise de courant.

Contenu de la boîte

  • Socle
  • Pichet de 56 oz avec couvercle et bouchon central
  • Récipient de 16 oz avec bouchon
  • Lame pour récipient de 16 oz
  • Pilon

Mélangeur KitchenAid K400

Fonctionnement du mélangeur sur socle K400 de KitchenAid 

Avant de commencer, assurez-vous de nettoyer toutes les pièces. Au tout début, le manuel de l’usager suggère d’essayer différentes vitesses lors de la préparation des recettes afin de déterminer laquelle convient le mieux à ce qu’on s’apprête à faire. En effet, ce mélangeur possède des vitesses variables (de 1 à 5) ainsi que la fonction Pulsation, en plus de trois réglages prédéfinis : broyage de glace, boissons glacées et boissons fouettées. Il y a également un programme d’autonettoyage.

Mélangeur KitchenAid K400

Le tableau ci-dessous, tiré du manuel de l’utilisateur explique en détail comment utiliser les commandes et les préréglages de manière optimale.

Mélangeur KitchenAid K400

Avant d’utiliser le mélangeur, assurez-vous qu’il soit posé sur une surface plane. Le socle est assez lourd. De plus, il faut toujours soulever le mélangeur en le tenant par le socle et non par le pot.

Pichet de 1,6 L

Mélangeur KitchenAid K400

On ajoute les ingrédients désirés sans remplir le pot jusqu’à ras bord, puis on fixe hermétiquement le couvercle. Le pichet doit être bien aligné sur le socle, en orientant sa poignée vers le bouton de commande. On branche ensuite le mélangeur, on tourne le bouton de commande à la vitesse ou au préréglage désiré et on appuie sur la touche de mise en marche. Après avoir terminé, on appuie à nouveau sur la touche de mise en marche pour éteindre le mélangeur. Il est important de le débrancher avant d’enlever le pot du socle.

Pour les vitesses variables, le mélangeur s’arrête automatiquement après 3 minutes et pour les programmes prédéfinis, il s’arrête une fois le programme terminé. Le mode Pulsation peut être utilisé quand on a besoin de donner des petites « secousses » à notre mélange.

Le mélange paraît coincé ? C’est le moment d’utiliser le pilon ! Il suffit de retirer le bouchon central du couvercle et d’appuyer ou remuer le contenu à l’aide du pilon pour diriger les ingrédients vers les lames. Avant de mélanger à nouveau, n’oubliez pas de remettre le couvercle ! Le pilon s’utilise seulement avec le gros pichet de 1,6 L.

Mélangeur KitchenAid K400

Pour mélanger des liquides et ingrédients chauds, il est préférable de commencer à basse vitesse et d’augmenter graduellement. Pour ma part, j’ai utilisé le gros pichet pour préparer un velouté de poireaux et pommes de terre (préalablement cuits).

Avec l’eau de cuisson, tout s’est mélangé à merveille, de manière graduelle. Je n’ai pas eu à ajouter du liquide et j’ai obtenu une belle texture homogène et appétissante.

Récipient de 16 oz (portion individuelle)

Le pot de 16 oz ne doit pas être utilisé pour mélanger des liquides ou d’ingrédients chauds et comme le gros pichet, il ne doit pas être rempli à ras bord.

Selon le manuel de l’utilisateur, on doit ajouter d’abord la glace ou les aliments congelés au fond, puis les aliments plus mous, et ensuite les liquides. On referme le petit récipient avec la lame en le resserrant bien en le tournant dans le sens horaire. Une fois placé sur le socle (lame vers le bas, évidemment), la marche à suivre est la même que celle du pichet de 1,6 L.

Pour faire l’essai du pot de 16 oz, j’ai préparé un smoothie avec des fruits congelés et du breuvage de soya. Premier constat : je n’avais pas ajouté assez de liquide et j’ai dû retirer le pot du socle, mélanger le contenu à la cuillère et ajouter encore plus de breuvage de soya pour terminer le smoothie.

Mélangeur KitchenAid K400

Nettoyage

Le gros pichet peut être nettoyé grâce à la fonction autonettoyante. Il suffit d’ajouter de l’eau chaude jusqu’à la moitié du pichet et d’ajouter une ou deux gouttes de savon à vaisselle. Après avoir remis le couvercle et placé le pot sur le socle, on démarre simplement la fonction autonettoyante. Lorsque le mélangeur s’arrête, on retire le pot, on vide le contenu dans l’évier et on le rince à l’eau tiède, puis on le sèche.

Le socle ne doit jamais être immergé, mais peut être nettoyé avec un chiffon humide. Toutes les autres pièces peuvent être lavées à la main ou au lave-vaisselle.

Points positifs

  • Les vitesses et les préréglages permettent une utilisation rapide du mélangeur.
  • Le moteur est ultra puissant.
  • Avec le pichet de 1,6 L, il est facile de préparer rapidement de grandes quantités de soupe, purée ou autre.
  • Le petit contenant de 16 oz avec couvercle est pratique pour le transporter avec soi.

Points négatifs

  • Le socle est vraiment lourd. Si vous pensez le ranger dans une armoire et le sortir juste au besoin, vous allez peut-être vous faire des muscles à la longue.
  • Ce modèle-ci vient avec un pichet de 1,6 L en plastique rigide et honnêtement, je préfère les récipients en verre. (Plus une préférence qu’un point négatif !)
  • En ce qui concerne les lames qui viennent avec le petit contenant, la qualité m’a paru similaire à un produit plus bas de gamme que je possède. Il a fallu ajouter une très grande quantité de liquide pour venir à bout des fruits congelés.

Conclusion

Et c’est ce qui conclut mon évaluation du mélangeur sur socle K400 de KitchenAid. Encore une fois, ces mélangeurs sont vendus dans une gamme de coloris intéressants que vous pouvez dénicher parmi la gamme de produits KitchenAid en vente sur BestBuy.ca.

Émilie Plante
Geek au tempérament artiste, Émilie est une touche-à-tout qui carbure au café et aux activités culturelles. Éternelle étudiante, elle détient un un baccalauréat en histoire de l’art, une maîtrise en muséologie ainsi qu’un doctorat honorifique en flattage de chats. Depuis 2009, elle écrit pour des blogues d’entreprises ou à thématique spécifique (univers geek, monde de la communication, féminisme, musique électronique), elle oeuvre comme "ghostwriter" et est journaliste culturelle depuis plus 8 ans.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here