TMNT_Header.jpg

La dernière adaptation d’une série animée classique par PlatinumGames était stupéfiante, Transformers: Devastation offrant des heures de jeu passionnantes. L’annonce d’un jeu TMNT dans le genre d’un porte-monstre-trésor en 3D ne fut donc pas une surprise. Avec un nouveau style artistique et les héros classiques à carapace, le jeu Teenage Mutant Ninja Turtles: Mutants in Manhattan peut-il offrir une expérience du même niveau?

L’héritage des années 80 n’est pas mort

TMNT_1.jpgEn matière de jeux vidéo, les tortues ninja ont connu des hauts et des bas. Le premier jeu à mettre en vedette les quatre tortues auquel j’ai joué était un jeu de plateforme-action sur la console de Nintendo intitulé tout simplement Teenage Mutant Ninja Turtles, et je peux vous dire qu’il n’avait rien d’extraordinaire. Pourtant, étant enfant à la fin des années 80, cela ne m’a jamais dérangé. Les quatre tortues étaient toutes des personnages jouables et on y trouvait des pizzas, la fourgonnette des tortues, Shredder, le technodrome et plus encore. Le jeu en tant que tel était toutefois totalement raté, avec des sauts impossibles à réussir, des ennemis qui ressuscitaient sans arrêt, une difficulté ridicule pour le niveau du barrage, un dernier niveau complètement aléatoire, et j’en passe. Il fut plus tard suivi du jeu Teenage Mutant Ninja Turtle II: The Arcade Game sur la console de Nintendo. Celui-ci était un jeu de combat en coopération à deux joueurs de type « beat’em up » qui restituait bien l’esprit de la saga et semblait être un jeu légitime pour la série. Par la suite, sur la génération de consoles suivante, nous avons eu des jeux d’arcade aussi bien sur la Super Nintendo que sur la Genesis de Sega; la plupart des gens se souviennent de Turtles in Time sur Super Nintendo, mais je lui préfère la version de Sega intitulée The Hyperstone Heist. Pour la plupart de ceux d’entre nous qui ont grandi avec les tortues originales, c’est à peu près là que l’histoire et la nostalgie s’arrêtent. Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y a plus eu de jeux vidéo; à l’instar des jouets, des bandes dessinées, des dessins animés et des films, les jeux sur les tortues ninja continuent d’affluer. Nous voici donc en 2016, équipés des consoles de jeux de dernière génération, pour accueillir le jeu le plus récent mettant à l’honneur nos quatre amis héroïques : Teenage Mutant Ninja Turtles: Mutants in Manhattan.

Détails du jeu

TMNT_Case.jpgPlateformes : Xbox OnePlayStation 4, Xbox 360, PlayStation 3 et PC

Développeur : PlatinumGames

Éditeur : Activision

Genre : Action, Porte-Monstre-Trésor

Modes de jeu : Solo, coopération multijoueur en ligne

Classement ESRB : T (adolescent)

Le pouvoir T.O.R.T.U.E à l’état pur

TMNT_2.jpgPour commencer, ce jeu s’inscrit bien dans l’esprit des tortues ninja. Globalement, le style artistique est splendide et va comme un gant aux tortues. Sur le plan visuel et sonore, les personnages adoptent tous les caractéristiques individuelles des tortues ninja; par exemple, Michelangelo est toujours le plus petit des quatre et tous les méchants sont affreux à souhait. Krang avec ses cris perçants ou Bebop et Rocksteady qui s’expriment comme des caïds des rues de New York. En incarnant les tortues, il nous faut toujours venir à bout de vagues innombrables de soldats Foot de toutes les couleurs, tout en s’employant à saboter les plans de Shredder et de Krang. La pizza est comme toujours l’unité standard mesurant le niveau de vie des tortues Ninja, qu’il s’agisse d’une pointe ou d’une pizza complète. Le jeu se déroule dans les égouts ainsi que dans les réseaux d’égouts et du métro de la ville de New York. Je pourrais vous citer tous les éléments de la saga des tortues Ninja repris dans ce jeu, mais il semble pourtant rater son but pour ce qui est du jeu dans son ensemble.

TMNT_3.jpg

Le jeu aurait pu être tellement mieux

Les jeux Teenage Mutant Ninja Turtle ont toujours privilégié certains genres plus que d’autres, mais les jeux du type porte-monstre-trésor constituent un excellent exemple et font des merveilles sous la marque des tortues. Pour couronner le tout, PlatinumGames excelle dans les jeux porte-monstre-trésor en 3D, tels que Bayonetta et le récent Transformers: Devastation (découvrez mon article sur ce jeu ici [en anglais]). À la base, la jouabilité générale de Mutants in Manhattan est assez bonne, mais il lui manque l’énergie ou le petit truc en plus qui confère vraiment aux jeux de PlatinumGames ce quelque chose de spécial. Il se joue effectivement comme un « beat’em up » plus ancien, mais ce genre de jeu ne fait pas toujours bon ménage avec les mécanismes plus modernes qui caractérisent les jeux d’aujourd’hui, et malheureusement, ce jeu en est un bon exemple. La progression des mouvements spéciaux semble ajoutée après coup, elle est plutôt simple et du fait qu’elle est la même pour les quatre tortues jouables, elle manque cruellement de profondeur ou de stratégie. Ceci est particulièrement évident dans les mouvements standard que peuvent exécuter les tortues : un bouton pour les attaques rapides et un autre pour les attaques puissantes. Vous pouvez donc vous contenter de matraquer ces boutons et venir à bout de tous les éléments du jeu en mode normal. Les ennemis de fin de niveau, bien qu’ils soient fidèles aux personnages de l’œuvre originale, sont tous assez prévisibles et n’ont pas la dimension et le caractère exceptionnel offerts habituellement par les ennemis de PlatinumGames.

TMNT_4.jpg

Tous les niveaux présentent les lieux classiques où évoluent les tortues, comme les égouts, les rues de Manhattan et ainsi de suite, mais ils ne se traversent pas directement de façon linéaire en allant du point A au point B. Chaque niveau constitue plutôt une série de sections reliées entre elles dans lesquelles vous devez progresser tout en effectuant des missions aléatoires qui remplissent une barre située en haut de l’écran. Une fois pleine, cette barre déclenche le combat avec l’ennemi du niveau en question. Si chacun de ces ennemis est acceptable, la plupart d’entre eux ressemblent plus à des ennemis de mi-niveau et ne sont vraiment pas difficiles à vaincre, surtout si vous jouez en ligne en coopération avec de vrais joueurs. Pouvoir incarner les quatre tortues est incontournable dans tout jeu TMNT et les voir toutes à l’écran combattre ensemble est un vrai plaisir, mais lorsqu’elles ne sont pas contrôlées par vos amis, elles ont plutôt tendance vous laisser tomber. Dans l’ensemble, l’IA du jeu est assez risible, qu’il s’agisse des vagues interminables de soldats Foot ou de vos frères à carapace.

Impressions générales

S’il n’y a rien de vraiment mauvais dans ce jeu, il n’y a rien non plus qui le fasse sortir du lot. Il s’agit sûrement d’une adaptation en règle fidèle à l’esprit des tortues ninja et contenant les éléments d’un jeu décent, mais qui semble globalement bâclée. Le jeu offre bien un mode de coopération en ligne à quatre joueurs, mais il semble tout à fait inadapté étant donné que les meilleurs jeux de la série Teenage Mutant Ninja Turtle se sont toujours joués assis sur un canapé ou autour d’une borne d’arcade. Le plus dommage, toutefois, c’est que toutes les choses que le jeu a ratées étaient vraiment faciles à réaliser, surtout si l’on tient compte des prouesses habituelles de PlatinumGames dans ce domaine. L’influence des anciens jeux est évidente, mais PlatinumGames aurait dû s’en tenir à ce qu’il sait faire de mieux. Cela étant dit, il vaut mieux réserver Teenage Mutant Ninja Turtles: Mutants in Manhattan aux vrais passionnés des tortues.

+ Excellente conception des personnages

+ Très bons doublages

– Pas de coopération en mode local

– Combats sans intérêt

– IA médiocre

– Trop court

LES NOTES

Jouabilité : 2,5/5

Graphismes : 4/5

Son : 4/5

Durée de vie/Rejouabilité : 2,5/5

Note globale : 3,25/5 (65 %)

Obtenez votre exemplaire du jeu Teenage Mutant Ninja Turtles: Mutants in Manhattan sur Xbox One

Obtenez votre exemplaire du jeu Teenage Mutant Ninja Turtles: Mutants in Manhattan sur PlayStation 4 

PARTAGER SUR
Brad Pajuluoma
Enfant des années 80, Brad a passé son enfance à jouer à tous les jeux 8 bits et 16 bits qu’il pouvait trouver. En grandissant, les jeux vidéo sont devenus sa grande passion. Il est maintenant chef de l’assurance de la qualité pour un des plus grands développeurs pour appareils mobiles de Toronto. En plus de jouer à autant de jeux vidéo que permet son horaire très chargé, Brad est aussi DJ. Il travaille dans des clubs branchés de Toronto.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here