Très jeune, je suis tombé amoureux de l’esthétique “cyberpunk”. Le film Blade Runner a marqué mon imaginaire et quand j’ai cherché d’autres jeux de rôle après avoir joué à Donjons et dragons, j’ai acheté le jeu Cyberpunk 2020 que j’ai beaucoup aimé. Est-ce que j’ai besoin de dire que j’étais excité quand CD Projekt Red a annoncé qu’ils allaient faire le jeu vidéo Cyberpunk 2077?

Après plusieurs retards dans la production qui a retardé le jeu de plusieurs mois, nous voici enfin devant un des meilleurs et des pires jeux de l’année. Confus? Je vais essayer d’éclairer votre lanterne pour savoir comment jouer à Cyberpunk 2077 et avoir une bonne expérience.

 

Cyberpunk 2077 en détail

Plateforme : PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, Xbox Series X|S, PC et Stadia
Critique effectuée sur Stadia
Développeur : CD Projekt Red
Éditeur : CD Projekt
Style : Jeu d’action et de rôle
Mode de jeu disponible : Solo
Classement ESRB : M (Mature 17 ans et plus)
Langues disponibles : Français et anglais

 

Trahison, balles et sexe

Mettons toute de suite une chose au clair, l’histoire de Cyberpunk 2077 vous en mettra plein la gueule! Vous incarnez V qui se retrouvera pris dans une histoire rocambolesque où vous devrez subtiliser une biochip à la corporation la plus puissante de la ville, Arasaka. Les habitués du jeu de rôle savent comment cette corporation est machiavélique et puissante alors les choses ne se passent pas comme c’était prévu.

La suite des choses vous amènera dans une trame narrative complexe avec plusieurs personnages tous plus tordus les uns que les autres au travers de Night City une sombre ville gigantesque. C’est sincèrement la deuxième meilleure histoire que j’ai joué cette année après The Last of Us: Part II. Tout un compliment considérant que plusieurs l’ont nommé leur jeu de l’année dont moi! Je ne veux pas trop en dire mais ouf j’ai eu droit à des moments vraiment incroyables.

J’aime particulièrement qu’on puisse choisir l’origine de notre personnage qui influence non seulement où on commence mais aussi l’histoire. En effet, dépendant si on choisit l’origine Nomade, Enfant de la rue ou Corporate, la campagne du jeu va changer. Pas complètement évidemment mais vous aurez des missions juste pour vous avec les trois origines. De plus, vous aurez aussi des options spécifiques de dialogues avec certains personnages reliés avec votre origine. Pour ma part j’ai choisi l’origine Nomade que j’ai beaucoup aimée mais je compte bien le refaire avec l’origine Corporate.

Les relations avec les personnages peuvent devenir assez complexes allant même jusqu’à des relations amoureuses et sexuelles. Bon, ce n’est pas possible avec n’importe qui et certains refuseront même vos avances dépendant de plusieurs facteurs mais c’est bien fait avec bon goût. Et le classement 17 ans et plus est bien mérité puisque certaines scènes sont vraiment très explicites!

La présence de Keanu Reeves dans le rôle de Johnny Silverhands a beaucoup été discuté et j’ai été content de voir que son rôle n’est pas limité à deux trois scènes contrairement à ce que je craignais. Je n’en dis pas plus je le promets.

Pour les curieux, j’ai terminé la quête principale en environ 25 heures mais j’ai pris 15 heures de plus pour faire les autres quêtes secondaires et il me reste beaucoup de choses encore non terminées. Seule déception, on ne peut pas continuer le jeu après la dernière mission de la quête principale. On est simplement remis au moment avant la dernière mission pour continuer.


Vivez votre vie comme vous le voulez

En créant votre personnage, vous aurez beaucoup d’options à votre disposition. Ainsi en plus de choisir le genre de votre personnage, il vous sera possible de tordre le tout en lui assignant des traits associés au genre opposé. Il est même possible de choisir la taille des caractéristiques sexuelles mais ça ne semble pas avoir de réelle importance dans le jeu.

Ensuite, vous devrez assigner des points dans les cinq différents attributs:

  • Corps – Détermine votre santé, votre endurance, si vous pouvez arracher des portes, etc.
  • Réflexes – Votre aptitude à tirer avec des armes à feu, des lames et augmente votre vitesse de déplacement
  • Habileté technique – Permet de créer des armes, déverrouiller certaines portes ou utiliser certaines technologies.
  • Intelligence – Permet de faire du hacking, augmente votre RAM (comme du mana)
  • Cool – Vous donne accès à des dialogues plus posés, offre des habiletés de subterfuge ou de meilleures attaques critiques.

Vous n’avez pas à choisir une classe de personnage puisque vous créez la vôtre dépendant des attributs que vous choisissez. Un petit conseil, si vous désirez avoir un type de jeu spécifique, je vous conseille de lire certains guides pour arriver à bien maximiser vos points dès le départ.

J’aurais une petite montée de lait à faire en ce qui a trait aux habillements des personnages. Sérieusement les créateurs ne pouvaient pas nous offrir plus d’options ou un meilleur système? Mon personnage a eu l’air d’un clown pratiquement tout le jeu parce que je devais porter un casque de bain horrible et un veston d’une horreur incroyable bariolé de couleurs criardes juste parce qu’ils m’offraient une bonne armure. Il me semble qu’il aurait été tellement simple de pouvoir acheter des apparences différentes pour nos différentes pièces d’armures. Fin de la petite montée de lait.

 

Plus près de la stupidité artificielle

Le jeu se déroule complètement à la première personne sauf quand vous conduisez des voitures. À ce moment, vous avez l’option de sélectionner une vue arrière pour simplifier la conduite automobile.

Comme il s’agit d’un jeu de rôle, vous ne pouvez pas aller n’importe où et vous battre contre n’importe quel adversaire en espérant le vaincre. Si vos armes ou votre armure sont trop faibles, vous allez vous faire anéantir. Quand une mission vous dit qu’elle est dure, faites confiance au jeu et allez faire autre chose en attendant. Je l’ai découvert plusieurs fois à mes dépens parce que j’avais négligé cet aspect. À ma défense, c’est pas toujours clairement énoncé quand on enfile les missions une après l’autre.

En général, tirer des armes à feu ou même des armes de mêlée est assez satisfaisant mais là où le bât blesse, est que vos ennemis sont assez imbéciles. Ils se prendront souvent dans des obstacles ou fonceront vers vous sans aucune stratégie. Pire encore, les forces policières apparaissent de nulle part comme si elles possédaient la téléportation de Star Trek dès que vous atteignez un seul niveau de danger. C’est un peu insultant même si j’avoue que ça ne m’est pas arrivé souvent dans mes premières heures de jeu.

 

Peut-on vraiment appeler ça du hacking?

Chaque jeu à sa méthode pour faire du hacking. Certaines sont bonnes, d’autres mauvaises. Dans le cas de Cyberpunk 2077, je dirais que certaines idées sont bonnes mais que l’exécution laisse parfois à désirer. C’est un peu dommage considérant comment c’est une partie intégrale de l’atmosphère “cyberpunk”. En utilisant la visée de scan de votre personnage, vous pourrez voir toutes les choses que vous pouvez pirater. Je suis un peu déçu même si je comprends que ça casserait le jeu, qu’on est souvent limité à ne pas pouvoir essayer de pirater des portes verrouillées par des cartes d’accès. Mon personnage est tellement rendu puissant que je devrais pouvoir essayer ce que je veux. Mais bon. On doit faire des concessions pour le jeu.

Vous avez deux façons de pirater: la première qui est considérée comme du piratage rapide et la seconde de la brèche de protocole.

Dans le piratage rapide, vous serez limités à certains pouvoirs genre “ping” qui dévoilent la position de tous les adversaires immédiats alors que d’autres plus puissants plus tard vous permettront de faire surchauffer vos adversaires. Vous pourrez aussi contrôler et désactiver les caméras de sécurité. La seule limitation que vous avez est la RAM (la mémoire vive) que vous avez. Pensez à du mana. Plus vous avez d’intelligence et d’implants que vous pourrez vous procurer sur le marché noir, plus vous pourrez en faire. Tant que vous avez assez de RAM disponible, vous pouvez pirater ce que vous voulez. Le temps à passer pour pirater diminue aussi avec l’expérience et l’augmentation de vos talents.

Le problème est plutôt du côté de la brèche de protocole. On doit faire un mini-jeu qui est, je dois l’admettre, simple mais ingénieux. Dans le coin de l’écran, vous aurez trois programmes qui sont des suites de chiffres. Ceux-ci auront des effets différents allant de simple comme obtenir des eurodollars, des composantes pour faire des armes et ainsi de suite. Plus le programme est difficile, plus vous obtenez de choses.

Donc, première étape est choisir une colonne qui sera le premier chiffre de votre séquence, ensuite dans cette colonne trouver un autre chiffre qui sera le second chiffre puis trouver le troisième (si c’est nécessaire) dans la rangée assignée où se trouve ce chiffre. Si vous avez besoin d’un quatrième chiffre, vous devrez le trouver dans la colonne où vous avez sélectionné le troisième chiffre. Ça l’air compliqué? Heureusement, ça devient simple avec usage. Il est même possible de faire plus d’un programme en même temps si on est ingénieux.

L’ennui c’est que ça devient vraiment très lassant à la longue. C’est toujours la même chose. Les premières fois, on plonge avec intérêt mais quand on est rendus à la millième fois, on en peut plus. Très souvent, je ne me donnais même pas la peine de les faire tellement j’étais tanné.

 

La vie est dure dans Night City

Quand j’ai vu la carte de Night City pour la première fois, j’ai eu un peu de vertige. Le nombre d’activités, de points d’intérêt et de choses à faire est impressionnant. Pour vous déplacer d’un endroit à l’autre, vous aurez fort heureusement un véhicule. La conduite automobile est un peu étrange par contre. Quand on conduit des petits véhicules ou des motos, c’est assez satisfaisant. Par contre, dès qu’on tombe sur des plus grosses automobiles ou des voitures de course, ça devient pratiquement incontrôlable. Trop de chevaux vapeur je suppose.

Ne craignez rien puisque vous pourrez utiliser des points de transport rapide disposés un peu partout sur la carte. Seul irritant, vous devez partir d’un point pour vous rendre à un autre point.

Pour les armes, vous aurez plein de magasins sur la carte dont un près de votre appartement pour vendre les armes que vous trouvez lors de votre aventure. Si vous ne voulez pas vous en donner la peine, vous pouvez les désassembler tous vos objets pour avoir des ressources pour faire d’autres armes quand vous avez les habiletés. C’est pratique et moins agaçant quand on est pas près d’un magasin.

 

Des bogues en voulez-vous en voilà!

À moins de vivre dans une caverne, vous avez entendu dire que Cyberpunk 2077 comporte un nombre assez impressionnant de bogues. Avec un jeu de cette taille, c’était à prévoir mais j’avoue que c’est quand même très gênant.

Cela dit, la situation n’est pas la même dépendant de la plateforme sur laquelle vous jouez. Ainsi si vous êtes sur Xbox One ou PlayStation 4, non seulement le jeu à beaucoup de bogues mais la performance est aussi très mauvaise. Le jeu peine à atteindre 30 images par seconde la majorité du temps et descend même plus bas que ça à plusieurs reprises lors de batailles.

Sur Xbox Series X|S ou PlayStation 5, c’est un peu mieux. On a une meilleure performance avec 30 images par secondes solide même en 4K mais on a quand même beaucoup de bogues. Les choses s’améliorent avec les rustines (patches) mais il reste encore du travail à faire. C’est clair que le jeu aurait mérité encore quelques mois d’optimisation.

Puisque le jeu a fait partie d’une promotion de Stadia à l’automne(on pouvait avoir un ensemble Stadia avec une précommande), c’est évident que CD Projekt Red a travaillé fort pour optimiser le jeu sur la plateforme. Le jeu fonctionne extrêmement bien à ma grande surprise. On peut opter pour un mode graphisme qui offre 30 images par seconde à 4K ou alors un mode performance qui garde le jeu à 60 images par secondes mais en 1080p.

Autre surprise, les bogues sont un peu moins nombreux et il m’a fallu plus de 20 heures de jeu pour avoir un bogue plus majeur qui m’a forcé à recharger ma partie précédente parce que j’ai été pris dans un mur. Sinon, c’est surtout des problèmes mineurs genre un personnage qui a une arme à la main en conduisant un véhicule lors d’une séquence vidéo ou une autre fois où je me suis retrouvé sous la chaussée après une collision avec un autre véhicule. Sincèrement, sur mes 40 heures de jeu, ça ne m’a pas tant dérangé mais c’est surtout parce que j’ai joué sur Stadia d’après ce que j’ai lu. La version PC est encore mieux mais vous avez besoin d’un sacré ordinateur pour arriver à y jouer.


Visuellement beau mais pas à couper le souffle

Encore une fois, les choses sont très subjectives. Certains se plaignent que Cyberpunk 2077 n’est pas très beau alors que d’autres sont épatés par le détail et l’impressionnante Night City. Personnellement, je me range un peu au milieu étant plus près de ceux qui sont impressionnés que ceux qui n’aiment pas.

Quand on compare le jeu aux premières bandes-annonces sorties en 2018, Cyberpunk 2077 est beaucoup plus beau que ce qu’on avait vu. Plus beau sur les nouvelles consoles ou Stadia faut-il bien préciser. Sur PlayStation 4 et Xbox One, la qualité visuelle est très décevante voir quasiment scandaleuse. Si les consoles n’étaient pas assez puissantes, il aurait été plus sage de passer leur tour.

Night City est reproduite avec beaucoup de détails et ça nous jette par terre quand on y pénètre au début. L’ennui c’est que j’ai trouvé la ville un peu vide. Certes, il y a toujours des passants et des automobiles mais ils n’apportent pas grande vie. Les passants ne sont généralement que des automates qui disparaissent en quelques secondes et ils ne sont pas assez nombreux pour une ville de cette grandeur. Il y a quelques scènes où on a des grandes foules mais elles sont rares. C’est également vraiment dommage que ce soit impossible d’interagir avec eux parce ça coupe un peu de la magie.

C’est le même problème pour les automobiles. On a jamais de bouchons et même certaines rues dans le centre-ville sont pratiquement vides. Comme si c’était crédible! Il n’y pas d’automobiles stationnées dans la rue ou rien de ça. Oui je suis conscient que c’est pour des raisons de performances mais ça diminue un peu l’immersion.

Tout à l’air négatif mais ça ne l’est pas. Je suis impressionné des personnages importants dans l’histoire. Le premier en liste est Johnny Silverhand incarné par Keanu Reeves. On reconnaît facilement Reeves et ses mimiques et il donne beaucoup de vie au personnage. Les autres comme Panam, Jackie et plein d’autres sont vraiment bien animés et leurs visages arrivent à bien partager leurs sentiments. Il m’est arrivé à plusieurs moments de ressentir des connexions fortes avec des personnages ce qui n’arrive pas tout le temps dans des jeux vidéo. Seuls les cheveux sont parfois un peu bizarres et ressemblent plus à des cheveux de laine que des vrais cheveux.


Un riche environnement sonore

 Que ce soit les armes, les sons de voitures ou n’importe quoi d’autre, l’environnement sonore de Cyberpunk 2077 est riche. On se croit vraiment dans une ville du futur. Les acteurs sont tout simplement brillants et on a droit à plusieurs excellentes performances et non pas juste celle de Keanu Reeves mais même celles de certains personnages qu’on ne voit que quelques minutes dans le jeu.

Mais mon coup de cœur est sans contredit la bande sonore. Autant la trame originale que les choix de chansons quand on se promène en automobile sont excellents et travaillent beaucoup à nous mettre dans l’ambiance. Chapeau!

 

Verdict

Vous vous êtes rendus jusqu’ici? Merci! Je sais que c’est toute une critique mais il faut dire qu’il y a tellement de choses à dire sur ce jeu vidéo. Cyberpunk 2077 n’est pas l’échec de 2020 mais il représente bien l’année qu’on vient de vivre. Pour certains, ç’a été une année dure et déprimante alors que d’autres s’en sortent mieux et arrivent à voir l’espoir qui se pointe en 2021.

Je suis convaincu que le jeu sera bien meilleur dans quelques mois après les nombreuses rustines (patches) qui sont prévues. Déjà en quelques semaines, la situation s’est grandement améliorée. Reste à savoir si vous devriez y jouer ou non.

Pour le moment, si vous avez une PlayStation 4 ou Xbox One, je ne le conseille pas. Xbox One X est un peu moins pire mais pas super optimisé non plus. Restent les versions PlayStation 5 ou Xbox Series X|S qui sont en fait les versions des consoles précédentes et donc qui comportent des bogues mais sont plus jouables comme les consoles sont plus puissantes. Sinon, tournez-vous vers la version Stadia qui offre beaucoup de stabilité et qui m’a généralement impressionnée. La version PC est aussi à conseiller mais vous devrez avoir un ordinateur puissant pour y jouer.

Je compte me procurer le jeu sur PlayStation 5 l’an prochain quand la véritable version nouvelle génération sera sur le marché et que le nouveau contenu téléchargeable du jeu sera disponible. J’ose croire qu’elle aura eu beaucoup d’améliorations d’ici là. Pour les intéressés, un mode multijoueur a été annoncé mais rien n’est connu pour le moment ni quand il sortira.

+ Campagne géniale avec beaucoup de rebondissements et d’action de plus d’une trentaine d’heures.
+ Trois origines, trois histoires différentes et beaucoup de contenu différent.
+ Performances d’acteurs sans reproche et pas juste Keanu Reeves.
+ Environnement musical absolument sublime.
+ Beaucoup de latitude pour jouer comme on le veut.
+ Night City est vaste et intrigante mais…

– …les bogues rendent parfois l’exploration laborieuse.
– Ai-je mentionné que le jeu avait des bogues?
– Mécaniques de piratage un peu lassantes à la longue.
– Les ennemis sont vraiment imbéciles.
– TROP DE BOGUES!
– Impossible à jouer sur PlayStation 4 ou Xbox One.

 

ÉVALUATION GLOBALE DE CYBERPUNK 2077

Expérience de jeu : 3.5/5
Graphisme: 3.5/5
Son : 5/5
Durée de vie potentielle / Rejouabilité: 4/5

Note globale : 4/5 (80 % sur Stadia)

Voyez l’ensemble des jeux vidéo disponibles sur le Bestbuy.ca 
Magasinez les jeux vidéo offerts en téléchargement numérique sur le BestBuy.ca 

 

Christian Jarry
Joueur sur PC depuis 1984, j'ai acheté ma première console en 1999: la Dreamcast. Plusieurs autres consoles suivront par la suite mais je demeure toujours attaché au jeux PC. Dans mes autres temps libres, j'aime également m'entretenir sur la techno, la musique et la photographie.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here