Kazuma Kiryu est de retour pour ce nouvel opus. Le jeu de rôle nous ramène à Kamurochō, où la mafia japonaise est toujours active. Même s’il est resté à l’ombre pendant plusieurs années, celui que l’on surnomme le Dragon de Dojima fera sa marque dans cette nouvelle aventure. Les combats au corps à corps sont partie prenante de Yakuza 6 : The Song of Life où Kiryu jongle entre l’univers des Yakuza et le sort d’un enfant dont il a pris la garde.

Yakuza 6 pochetteYakuza 6 : The Song of Life est développé par Ryū ga Gotoku Studio et publié par SEGA

Date de parution : 17 avril 2018
Style : Jeu de rôle et d’action
Plateforme : PlayStation 4
Modes de jeu disponibles : solo / multijoueur local (1 à 2 joueurs)
Classement ESRB : M (Mature, 17 ans et plus)
Langue d’exploitation : Jeu disponible en japonais sous-titré en anglais

Un accident suspect incite Kiryu à s’occuper d’un poupon

Dès les premiers chapitres de Yakuza 6 : The Song of Life, Kazuma Kiryu prend sous son aile Haruto, le fils d’Haruka Sawamura, une amie qui lui est chère. Il s’occupe du bébé et va se battre pour en avoir la garde. En parallèle, il enquête sur les circonstances ayant provoqué le coma dans lequel Haruka est plongée. L’accident de voiture dont elle fut victime est suspect. Souhaitant lever le voile sur cet événement, Kiryu cherchera, entre autres, à retrouver le père de l’enfant. Heureusement qu’il a encore quelques amis avec lui.

Notre protagoniste a le don de provoquer la bataille mais également de juger du caractère des gens de manière juste. Cela va lui servir pour sa quête car il a besoin de toutes les informations utiles qu’il peut obtenir. La tension est forte entre les clans japonais et chinois. En suivant la piste pour retrouver sa protégée, Kiryu est entraîné malgré lui dans l’univers qu’il souhaitait laisser derrière lui après sa sortie de prison.

L’histoire est politique. On est embourbé dans des scènes de dialogues qui n’en finissent plus entre les clans des différentes villes dont le clan Tojo tenu par les ennemis de Kiryu. Pour aimer Yakuza 6, il faut s’installer pour de bons moments sans toucher à notre manette de jeu. On suit un scénario développé soigneusement, mais également divertissant car les personnages ont tous un côté caricatural.

Un jeu axé sur les combats de rue

Yakuza 6 : The Song of Life est un jeu où les combats sont partie prenante de sa jouabilité. En se promenant dans les rues de la ville, Kiryu attire l’affrontement. Si on s’en approche trop, les caïds sentent la provocation et se ruent sur notre personnage. Tout prétexte est bon pour se battre, même dans le scénario. Chacun veut défendre ses idées, ses convictions. Pour cela, il n’y rien de tel qu’un bon combat de coq, non ?

Yakuza 6 image 3En déverrouillant vos compétences, allez-y stratégiquement. Étant donné que les combats sont plus difficiles en avançant, j’essayais de déverrouiller de nouvelles actions pour varier mes coups. Les points se divisent en catégories selon l’attaque, la défense, la santé et l’intellect ou la chance. Une bonne répartition générale nous rend plus efficace dans l’ensemble. Les points s’acquièrent en gagnant des batailles mais aussi en gardant un estomac bien rempli. Il en va de la réputation du Dragon de Dojima qui peut prendre plusieurs adversaires en même temps. C’est quand même satisfaisant quand on gagne la partie !

Un jeu digne de son temps

Suivant la tendance actuelle, toute la mécanique de jeu part du téléphone intelligent de Kiryu. Il reçoit ses missions par message texte, et même les remerciements de ceux qu’il aide dans les missions secondaires. Si on le souhaite, on peut leur répondre par émoticône et nos contacts répondent selon l’humeur qu’on envoie. Les menus de personnalisation, de compétences et les options de sauvegarde du jeu sont toutes accessibles par le téléphone de Kiryu.

Yakuza 6 image 5On est constamment notifié par une situation se déroulant à proximité. On a le loisir de suivre ces quêtes ou non mais les missions secondaires amènent une diversité au jeu. Elles sont légères, à la limite du ridicule pour certaines. J’ai discuté avec des jeunes filles souhaitant elles aussi devenir des idoles, à l’image de Haruka. On sentait que Kiryu souhaitait les rassurer comme il l’aurait fait avec elle. Ailleurs, je suis allée acheter du papier à un gars pris dans les toilettes publiques, tenté de sauver un homme suspendu à une poutre et j’ai passé une soirée dans le costume d’une mascotte.

Des limitations qui elles, ne sont pas de notre temps

Malgré qu’on ait l’impression d’être libre, des barrières nous empêchent d’explorer la ville complètement. On s’aperçoit aussi du graphisme qui est beau mais pas fantastique. Ayant joué sur ma PlayStation 4 originale, j’ai trouvé le jeu correctement rendu mais il ne va pas vous impressionner outre mesure. Toutefois, les personnages bougent bien et j’anticipe les mouvements de mes assaillants pour être capable de riposter convenablement. Les voix japonaises suivent les lèvres des personnages et on ajoute même l’opportunité d’entendre le son du téléphone sur la manette DualShock 4 quand on navigue dans les menus.

Prenez le temps de vous arrêter aux tables de jeux

Yakuza 6 : The Song of Life présente une aventure solo. On peut toutefois s’amuser à des mini-jeux installés partout en ville. Si le « clavardage coquin » n’est pas ma tasse de thé, j’ai été divertie par une partie de Majong. Mes victoires m’ont permis de remplir mon portefeuille pour acheter de la nourriture et des objets nécessaires à ma progression.

Le seul mini-jeu que j’ai vraiment détesté est celui où il faut calmer bébé Haruto aux 30 secondes pendant une bonne vingtaine de minutes. C’est fatiguant à la longue et en plus, ça fait partie de la trame principale. Impossible de s’en sauver.

Finalement, Yakuza 6 : The Song of Life présente un mode multijoueur local où deux amis peuvent s’affronter à deux titres classiques de SEGA. Puyo Puyo est une version arcade du jeu paru l’an passé sur PS4 et Switch, Tetris en moins. La musique et les sons sont similaires et le graphisme est d’aussi bonne qualité. Quant à Virtua Fighter 5 : Final Showdown, on s’amuse dans une arène avec l’un des dix-neuf personnages disponibles. C’est peu de choix et l’image est plus pixélisée que Puyo Puyo mais ça change de la routine pour une heure ou deux avec un ami à la maison.

Deux éditions pour collectionneurs alléchantes

Pour les collectionneurs, Yakuza 6 : The Song of Life vient en deux éditions spéciales. Alors que la Essence of Art Edition nous offre un livret d’illustrations enveloppé dans un boîtier spécial, j’aime particulièrement ce que propose la After Hours Premium Edition. Dans la boîte de présentation, le jeu est accompagné de deux sous-verres, glaçons et des verres à boisson personnalisés. Avec un cocktail frais entre les mains, vous voilà prêts pour quelques heures dans la peau de Kazuma Kiryu.

Impressions générales

Soyez prévenu que Yakuza 6 : The Song of Life est un titre qui demande un investissement de votre part. Le scénario est lent, les cinématiques sont nombreuses et longues. On dirait qu’on suit une série télévisée. Ceci nous attache à l’histoire et aux personnages mais il est difficile à prendre à petites doses. Malgré tout, j’avais hâte de reprendre ma manette et suivre la piste de Kiryu afin qu’on puisse connaître ce qui s’est passé avec Haruka, puis Haruto.

Un menu du jeu nous présente un résumé des cinq premiers volets de la série mais il n’est aucunement nécessaire d’y avoir joué pour apprécier celui-ci. S’ils semblent faciles au premier regard, les combats deviennent vite stratégiques. Avec les bonnes compétences et un entraînement adéquat, vous viendrez à bout de tous les caïds de la région.

Yakuza 6 image 8

+ Des personnages intéressants à suivre
+ Le système de progression pour nos talents
+ L’audio en japonais contribue à l’immersion
+ Bon résumé des cinq jeux précédents dans un menu dédié

– Graphisme correct sans plus
– Prévoyez de longues plages horaires pour y jouer convenablement
– Le mini-jeu pour calmer le bébé devient agressant

ÉVALUATION GLOBALE

Expérience de jeu : 3,75/5
Graphisme : 3,75/5
Son : 4/5
Durée d’intérêt/Rejouabilité : 5/5

Note globale : 4/5 (80 %)

Procurez-vous Yakuza 6 : The Song of Life pour PlayStation 4

 

Merci à SEGA of America pour la copie média ayant permis de réaliser ce test.
Les images illustrant cet article proviennent de ma partie sur PlayStation 4 en édition standard.

PARTAGER SUR
Mélanie Boutin-Chartier
Joueuse invétérée, j'ai eu la chance de travailler comme monteure sur l'émission M.Net à MusiquePlus. Mon expérience vidéo ludique s'est étendue aux évaluations de jeux vidéo pour Jouez.com, Le Blogue Techno de Future Shop et l'Épée Légendaire. N'hésitez pas à me suivre sur Twitter, ma page Facebook, YouTube et Twitch.tv (Matante75) où je diffuse régulièrement mes parties sur Xbox One et PlayStation 4!

Twitch.tv

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here