Quand douze agents spéciaux sont envoyés à Séoul pour sauver la planète de la destruction, on peut s’attendre à de l’action explosive. Ajoutez-y un grain de folie et cela donne le jeu d’action à la troisième personne Agents of Mayhem. Sans en être une suite, le jeu possède le même esprit déjanté de Saints Row développée par Volition. Inspiré par la culture populaire, et en particulier ce qui tourne autour des superhéros, attelez-vous pour vivre une aventure loufoque.

Agents of Mathem pochetteAgents of Mayhem est développé par Volition et publié chez Deep Silver

Date de parution : 15 août 2017
Style : Action
Plateformes : PlayStation 4 / Xbox One / PC
Mode de jeu disponible: solo
Classement ESRB : M (Mature, 17 ans et plus)
Langue d’exploitation : Jeu disponible en français écrit avec dialogues en anglais

Des agents bien spéciaux

Agents of Mayhem suit une équipe de super agents envoyés en mission pour intercepter un missile dirigé vers la planète. Derrière ce plan diabolique, on retrouve les membres du groupe L.E.G.I.O.N. dirigé par Morningstar et Docteur Babylone.

Notre escouade est constituée d’agents provenant de toutes les sphères de la société. Hollywood est un acteur ayant probablement eu son heure de gloire dans les années 80 ou 90. Daisy est championne de roller derby et semble avoir un faible pour Friday, l’assistante de Perséphone à la base. Pour sa part, Rama manie l’arc à la perfection alors que Yeti lance un jet frigorifiant ses assaillants. C’est par une mission spéciale qu’on les recrute un à un. Ceci permet de se les approprier et de connaître leur motivation à joindre l’escouade. En passant du temps sur un héros spécifique, on apprivoise ses mouvements et on s’entraîne avec son arme de prédilection. Une fois dans l’équipe, l’agent s’ajoute à notre sélection.

Agents of Mayhem 4Nos missions sont compilées à la base ARK où l’on choisit notre prochaine destination après avoir fortifié notre arsenal. Au début, je ne portais pas attention aux missions secondaires mais j’ai bloqué rapidement en ne suivant que la trame principale. Mes héros n’avaient pas le niveau d’expérience nécessaire ou il me manquait celui qui mènerait à bien la mission. Je me suis donc lancée dans le recrutement pour avoir les meilleurs agents sous la main.

On part avec trois agents et d’un clic, on peut changer de personnage principal. Ceci permet de sélectionner le meilleur selon les ennemis rencontrés ou de poursuivre un affrontement quand le premier est K.O. Pour changer de trio, on doit nécessairement revenir à l’ARK. Ce va et vient allonge le temps d’attente mais si on conserve notre sélection, on peut passer d’un objectif à l’autre sans problème en demeurant sur le terrain.

Une carte ouverte

Notre objectif est indiqué sur la carte et les missions font en sorte de nous faire déplacer aux quatre coins de la ville. Bien qu’on puisse appeler une voiture fournie par l’agence, il est toujours amusant d’emprunter le véhicule d’un passant. Je choisissais parfois de m’y rendre à pieds afin de détruire une base LEGION au passage et de fouiller les environs pour ouvrir les coffres et récupérer des éclats de cristaux. C’est plus long mais les items ramassés sont utiles pour améliorer notre équipement.

Un style de bande dessinée, à l’image de ce que nous offre le scénario

Agents of Mayhem 6Avec son style rappelant un dessin animé, les développeurs ont trouvé la meilleure facture visuelle pour illustrer Agents of Mayhem. C’est une grande amélioration comparativement à ce que je me souviens de Saints Row dont le graphisme était l’un de ses points faibles. Je souris toujours en croisant des citoyens aux bornes de réalité virtuelle qui, casque sur les yeux, font semblant de nager ou de faire des cabrioles.

Mis à part les agents qui ont leur propre personnalité, on remarque rapidement une redondance dans les décors, les bases ennemies et les gens peuplant l’environnement. Cette répétitivité est marquante notamment car la ville n’est pas si grande donc on visite les mêmes lieux constamment. On revoit donc les mêmes personnes qui font les mêmes activités à longueur de journée.

Des missions communautaires

Agents of Mayhem 3Il n’y a pas de multijoueur à proprement parler dans Agents of Mayhem. Toutefois, on peut activer des missions qu’on rend disponibles à la communauté. Ce sont des objectifs à atteindre comme de tuer un nombre d’ennemis spécifiques ou d’amasser une somme d’argent déterminée. Une fois activées, ce que l’on fait durant notre partie est comptabilisé. On serait donc fou de ne pas le faire, non ?

L’autre activité disponible pour nos agents est de les envoyer en repérage dans les autres régions de la planète. Le but est de ramener des objets pour la fabrication d’armement et des informations à l’agence pour savoir ce que complotent nos ennemis. Concrètement, ce n’est pas grand-chose pour nous car pour progresser, il faut trouver des dossiers de renseignements. Ceux-ci sont difficiles à trouver donc j’ai stagné à ma deuxième région pendant un long moment. J’ai préféré me concentrer sur ce que je pouvais accomplir moi-même dans le jeu avec l’histoire principale.

Impressions générales

Au final, Agents of Mayhem ne réinvente absolument rien. Il vogue sur la vague de la culture populaire et s’en inspire pour nous divertir. Je me suis amusée avec les personnages, chacun apportant sa touche personnelle. J’ai d’ailleurs trouvé cocasse qu’Hammersmith intercepte notre radio quand on communique avec la base. Comme un enfant qui écouterait nos conversations téléphoniques, on le laisse faire sans trop s’en préoccuper, bien qu’il fasse partie des vilains. Le titre ne se prend pas au sérieux et cette légèreté dans le scénario fait en sorte que malgré tout, Agents of Mayhem est plaisant à parcourir même si j’ai dû refaire quelques combats un peu trop coriaces au niveau normal.

+ Belle facture graphique
+ On se retrouve en terrain connu avec toutes les références de la culture populaire, autant au niveau du gameplay que dans le scénario
+ La personnalité unique des agents
+ Quinze niveaux de difficulté pour ceux qui recherchent un défi
– Quelques bogues rencontrés, dont une mission qui ne s’enclenchait pas
– La carte est pauvre en contenu hors mission
– Une redondance s’installe
– La personnalisation et l’interface sont un peu lourdes à gérer

ÉVALUATION GLOBALE

Expérience de jeu : 3/5
Graphisme : 3,5/5
Son : 3,5/5
Durée d’intérêt/Rejouabilité : 4/5

Note globale : 3,5/5 (75 %)

Procurez-vous Agents of Mayhem pour la PlayStation 4 et Xbox One.

La copie média ayant permis de réaliser ce test a été fournie par l’éditeur.
Les images illustrant cet article proviennent de ma partie sur PlayStation 4 en édition standard.

PARTAGER SUR
Mélanie Boutin-Chartier
Joueuse invétérée, j'ai eu la chance de travailler comme monteure sur l'émission M.Net à MusiquePlus. Mon expérience vidéo ludique s'est étendue aux évaluations de jeux vidéo pour Jouez.com, Le Blogue Techno de Future Shop et l'Épée Légendaire. N'hésitez pas à me suivre sur Twitter, ma page Facebook, YouTube et Twitch.tv (Matante75) où je diffuse régulièrement mes parties sur Xbox One et PlayStation 4!

Twitch.tv

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here