L’année dernière, l’Oculus Quest arrivait sur le marché. Le casque de réalité virtuelle produit par une filiale de Facebook avait rapidement conquis les consommateurs. Ces derniers étaient d’ailleurs nombreux à attendre la prochain modèle : l’Oculus Quest 2. Moi-même, j’avais hâte de l’essayer! C’est maintenant chose faite, ayant passé les dernières semaines en sa compagnie.

Un casque de réalité virtuelle autonome

Contrairement à d’autres casques de réalité virtuelle, l’Oculus Quest 2 ne nécessite pas l’emploi d’un ordinateur pour fonctionner. L’appareil peut être utilisé de façon autonome.

Pendant la configuration, vous devrez toutefois télécharger l’application Oculus sur votre téléphone intelligent. Cette application, qui permet d’accéder au magasin Oculus, à l’onglet social et aux paramètres du casque, est essentielle pour terminer l’installation de l’appareil.

Par contre, pendant mon essai, je n’ai jamais eu à l’utiliser après la configuration. Toutes ses fonctions sont disponibles directement dans le casque.

Pendant l’installation, l’Oculus Quest 2 m’a aussi demandé de le connecter à internet et de le lier à mon compte Facebook. Cette étape est obligatoire. Si vous n’avez pas de compte Facebook, vous devrez vous en créer. Autrement, vous ne pourrez pas vous en servir.

Définissez votre zone

Une fois la configuration terminée, j’ai enfin pu accéder à la réalité virtuelle. Mais avant de m’évader dans un autre monde, j’ai dû configurer ma zone de jeu. Cette frontière virtuelle évite aux joueurs de se blesser en fonçant, par exemple, dans le téléviseur.

En fait, l’Oculus Quest 2 offre deux possibilités. Vous avez le mode guardian qui s’utilise si vous jouez debout et le mode stationnaire destiné aux utilisateurs qui jouent assis.

Pour configurer le mode guardian, il suffit de tracer un périmètre autour de vous à l’aide d’une des télécommandes du casque. À cette étape, l’Oculus Quest 2 active ses caméras embarquées, ce qui vous permet de voir en temps réel votre environnement sans avoir à le retirer de votre tête. J’ai trouvé cette fonctionnalité très bien conçue.

Le mode stationnaire, lui, se configure automatiquement. Il suffit d’indiquer au casque que vous être assis.

Lors de mes autres séances de jeu, le casque me demandait parfois de reconfigurer ma zone guardian ou stationnaire. Dans les deux cas, le processus de configuration ne prenait que quelques secondes.

Honnêtement, j’ai trouvé la zone de jeu très pratique, en particulier le mode guardian. Quand on accède à la réalité virtuelle, on perd rapidement nos repères avec le monde réel. Plus d’une fois, l’écran du casque m’a montré une sorte de barrière bleue pour m’indiquer que j’étais à proximité des limites de ma zone de jeu. Ça m’a évité bien des accidents fâcheux!

Un casque confortable pour de courtes périodes

Comparativement à d’autres casques de réalité virtuelle, l’Oculus Quest 2 tient bien sur la tête. J’ai pu l’ajuster correctement grâce aux trois sangles (une au-dessus de la tête, une à droite et une autre à gauche).

Par contre, au début de mon utilisation, j’ai souvent déplacé les deux lentilles réglables qui permettent d’améliorer la netteté de l’image, un peu comme avec des jumelles. L’image était toujours un peu floue.

J’ai finalement réalisé que ce n’était pas un problème de lentilles, mais plutôt d’alignement du casque : il n’était pas parfaitement aligné verticalement à mes yeux. J’ai donc desserré un peu les sangles pour le monter un peu vers mon front, et le problème était réglé!

Même si le casque est assez confortable, j’ai rarement dépassé les 60 minutes d’utilisation. En effet, passé une heure, je commençais à ressentir de la chaleur sur mon front, un peu comme quand on écoute trop longtemps de la musique avec un casque d’écoute. Le casque ne surchauffait pas. C’était seulement mon front qui avait chaud!

Des contrôles intuitifs

Pour contrôler l’Oculus Quest 2, vous devez utiliser les deux télécommandes incluses. Elles comprennent chacune un joystick, deux gâchettes et le bouton Oculus, qui permet de revenir au menu principal.

Dans les différents jeux et applications, je n’ai toutefois pas eu à utiliser souvent les joysticks. Un peu comme des manettes de Wii, les manettes de l’Oculus Quest 2 sont munies de la détection de mouvement.

Dans le menu principal, vous « voyez » d’ailleurs vos manettes à l’écran, comme si elles étaient devant vous. Dans les jeux, elles prennent plutôt la forme de mains, de pinces, de gants ou de pattes! Quand vous appuyez sur les gâchettes ou les boutons, vous voyez même les doigts virtuels se refermer.

Dans le premier jeu que j’ai essayé, Echo VR, j’ai même sursauté quand j’ai vu « mes » mains robotiques bouger en même temps que mes vraies mains.

Une immersion totale

L’Oculus Quest 2 ne recrée pas seulement vos mains. Le casque peut tourner dans toutes les directions, comme si vous étiez projeté dans un vrai univers en trois dimensions. Vous pouvez regarder en avant, en haut, en bas, et même en arrière.

Et pas besoin de se trouver dans un jeu vidéo pour comprendre le principe. Dans les premières minutes d’utilisation, je suis arrivé dans une sorte de chalet construit en haut de montagnes. Instinctivement, j’ai crié « Wow, c’est magnifique! ». Sérieusement, je me croyais vraiment dans un autre univers.

Lors de mes autres utilisations, le chalet était toujours présent. En fait, j’ai réalisé que c’était l’écran d’accueil du menu principal!

Le son est aussi au rendez-vous grâce à des haut-parleurs intégrés. Étant donné qu’il ne s’agit pas d’écouteurs, il faut faire attention à ne pas mettre le son trop fort pour ne pas déranger les autres, un peu comme si on regardait la télévision. Pendant mon utilisation, ma conjointe et mes enfants m’ont d’ailleurs demandé plusieurs fois de baisser le volume du casque ; ils entendaient tout, même s’ils étaient situés un étage au-dessus de moi!

Des jeux vidéo immersifs

Étant un joueur dans l’âme, j’ai été heureux de voir qu’il y avait beaucoup de choix.

Comme je l’ai dit plus haut, Echo VR a été le premier jeu que j’ai essayé. Il s’agit d’une sorte de jeu de soccer futuriste dans lequel vous incarnez un robot qui peut voler. Votre objectif : lancer le disque dans le but adverse. Même s’il y a beaucoup de contrôles à maitriser (vol, déplacement, lancée), le titre demeure très intuitif… et immersif! En plus, il supporte le multijoueur!

Beat Saber est un autre de mes coups de cœur. Dans ce jeu, vous devez battre le rythme avec deux sabres laser. Le titre est très addictif et m’a fait perdre toute notion du temps. C’est l’exemple parfait du produit simple, mais efficace.

J’ai également adoré Superhot VR, un jeu de tir à la première personne (FPS). Les graphismes ne sont peut-être pas aussi évolués que dans un FPS traditionnel. Par contre, jusqu’à ce jour, aucun titre n’avait reproduit avec une telle précision le fait de tenir une arme.

N’étant pas un amateur de manèges, j’avoue avoir eu un peu mal au cœur dans Epic Roller Coasters. Comme son nom l’indique, le titre permet de faire des tours de montagnes russes dans des endroits épiques, dont un parc rempli de dinosaures.

Des expériences interactives et des vidéo en VR

Si vous n’êtes pas fan de jeux vidéo, il existe également plusieurs expériences interactives. The Key narre par exemple l’incroyable histoire d’une réfugiée de façon poétique. Vous pouvez vous promener dans les niveaux et récupérer certains objets, comme des clés.

De plus, il y a un grand choix de vidéo en VR. J’ai particulièrement aimé celle portant sur la reconstruction de Notre-Dame-de-Paris. Jamais je n’ai regardé un reportage aussi intéressant. J’avais l’impression d’y être!

Ajoutons à cela que l’Oculus Quest 2 inclut les accès aux applications VR de Netflix et de Prime Video. J’ai particulièrement aimé celle d’Amazon qui nous transporte dans une salle de cinéma. On peut ainsi regarder nos émissions préférées sur un écran faisant plusieurs dizaines de pieds de diagonale.

Lier le casque à son ordinateur

Même si l’Oculus Quest 2 offre énormément de contenu, vous pourrez le brancher à votre ordinateur pour accéder à des jeux en réalité virtuelle. Vous aurez cependant besoin d’un câble Oculus Link et d’un ordinateur assez puissant.

Verdict

L’Oculus Quest 2 est un casque de réalité virtuelle impressionnant. Fonctionnant de manière totalement autonome, il donne accès à un grand catalogue de jeux vidéo, d’expériences interactives et de vidéos en VR. Bref, il s’agit d’une excellente porte d’entrée à la réalité virtuelle.

+ Beaucoup de contenu
+ Facile à configurer
+ Une bonne autonomie (3 heures environ)

– Le son émis peut déranger les autres utilisateurs
– Inconfortable après une heure

Achetez l’Oculus Quest 2 en format 64 Go et 128 Go.

Magasinez tous les jeux vidéo offerts chez Best Buy
Magasinez tous les jeux vidéo numériques offerts chez Best Buy

172 COMMENTS

  1. J’aimerais l’utiliser pour écouter des films et séries, et pour jouer à des jeux virtuelles.Merci pour ce beau concours !

  2. Wow, ce casque de réalité virtuelle Oculus Quest 2 semble assez extraordinaire, afin de visiter virtuellement de nouvelles destinations voyages. Super concours…MERCI!

  3. J’adore qu’il soit sans fils et j’ai bien hâte de faire l’expérience de jeux en réalité virtuelle!

  4. j’aime la qualité de ses graphisme et le faite qu’il soit sans fil, je le donnerait en cadeaux a mon frère

  5. Un rêve d’avoir un casque aussi immersif pour regarder des films et jouer à des jeux vidéo de plus en plus réaliste

  6. J’adore l’Oculus Quest 2 parcequ’il fait bouger le joueur dans les jeux de tactiques ce qui est beaucoup mieux que rester assie. Je vais l’utiliser pour jouer avec mes enfants.

Comments are closed.