Les jeux de course offrent souvent des expériences endiablées. Codemasters, le studio derrière le jeu de Rallye Dirt, nous revient avec une expérience totalement différente dans Onrush. La fin de semaine passée, nous avions droit à un bêta de ce jeu et mon expérience a été assez plaisante et intrigante. Bienvenue dans Onrush le jeu de course et combat de véhicules!

Depuis longtemps, un bon nombre de joueurs demandent une suite à la série MotorStorm qui avait été très populaire sur PS3. Si Onrush n’est pas une suite directe, il a été développé par une nouvelle équipe chez Codemaster qui a précédemment travaillé sur la conception de cette série et aussi le jeu Driveclub sorti exclusivement sur PS4.

La course dans ce jeu n’est qu’une excuse dans ce jeu 6 contre 6 joueurs. Votre équipe doit marquer le plus de points alors que vous dévalez la piste à une vitesse effarante. Collisions et destruction spectaculaire sont au rendez-vous!

Précommandez Onrush maintenant sur PlayStation 4

Précommandez Onrush maintenant sur Xbox One

 

Direction artistique réussie

Visuellement, le jeu est très beau. Les modèles des véhicules sont intéressants et détaillés. Bien que la vitesse vous empêche de profiter pleinement du décor, c’est évident que les artistes ont passé beaucoup de temps à créer des environnements riches.

On note aussi beaucoup d’effets de déformation du paysage comme des traces dans le sable ainsi qu’une température changeante. C’était un des points le plus aimés de la série MotorStorm et les concepteurs ont livré la marchandise encore une fois. Ils ne sont que cosmétiques puisqu’on a ici un jeu de course arcade et non pas une simulation.

Sinon, vous aurez aussi droit à des conditions différentes de la luminosité pour simuler le jour et la nuit. Vraiment du côté visuel, vous serez gâtés.

Je tiens aussi à lever mon chapeau à une bande sonore un peu éclectique qui mélange le rock solide et l’électro. Disons qu’elle m’a agréablement surpris et elle contribue beaucoup à mettre dans l’atmosphère folle du jeu.

 

Onrush : clairement arcade, clairement déjantée!

Première étape, le tutoriel. Celui-ci explique bien les habiletés RUSH de chaque véhicule qui seront utilisées pour disposer de vos adversaires ou dans d’autres cas, pour survivre plus longtemps. Pour les utiliser, vous devrez accumuler votre « boost » en prenant des risques (frôler vos adversaires ou des obstacles), détruire les petits véhicules gris, en sautant haut et longtemps dans les airs et en collectant des pierres tombales. Les premières fois que votre véhicule va faire un tonneau de côté et réatterrir sur ses roues, je vous garantis que vous allez faire tout un sourire!

Quand votre gauge de « boost » est pleine, vous aurez finalement accès à la gauge RUSH qui vous offrira dix secondes de vitesse et pouvoir démesuré. C’est avec ce pouvoir que vous pourrez finalement surprendre vos adversaires et faire beaucoup de points. Les contrôles sont simples puisqu’ils sont limités à un bouton pour l’accélération, un pour le « boost » et un pour votre gauge RUSH. Heureusement, la conduite est très précise et l’effet du poids des différents véhicules est très bien rendu.

Dans le bêta, nous avions accès à quatre véhicules soit Blade, Vortex, Interceptor et Titan. Chaque véhicule comporte leurs propres forces et faiblesses. Le Blade est ni plus ni moins qu’une moto pratique pour esquiver les attaques de vos ennemis alors que le Vortex ressemble à un « dune buggy » qui peut créer une tornade qui déstabilise les adversaires derrière vous.

Pour ma part, les deux véhicules avec lesquels j’ai eu le plus de plaisir sont l’Interceptor et le Titan. Le premier remplit sa gauge de RUSH chaque fois que vous disposez d’un adversaire alors que le second agit comme un protecteur qui augmente la défense de vos alliés. Détruire vos adversaires en les frappant à pleine vitesse m’ont rappelé d’excellents souvenirs de Burnout et Carmaggedon.

 

Multiples modes, multiples façons de gagner

Deux modes étaient disponibles lors du bêta : Countdown et Overdrive. Pour Countdown, vous devez franchir des portes qui se retrouvent un peu partout sur le parcours. Chaque fois que vous franchissez une porte, vous ajoutez du temps à l’horloge de votre équipe. La première équipe qui n’a plus de temps à l’horloge perd. C’est assez simple. Un peu trop même.

Heureusement, le jeu compense avec les cascades, les accidents et la vitesse mais j’avoue avoir beaucoup plus trouvé mon compte avec le second mode Overdrive.

La première équipe à faire 1000 points gagne le round. Vous devez gagner deux rounds pour remporter la partie. C’est en évitant les obstacles, en exécutant des cascades ou en détruisant vos adversaires que vous pourrez faire vos points. Pour y arriver, vous pouvez aussi aligner les combos qui vous permettront de terminer le round plus rapidement. Le revers de cette médaille est que vous devez être prudent de ne pas perdre votre dit combo en rentrant à pleine vitesse dans un élément du décor ou pire encore, vous faire détruire par un adversaire.

Au début, le jeu semble un peu chaotique et ce n’est pas clair comment vous et votre équipe pourrez gagner. Je suppose qu’avec le temps, certaines stratégies ressortiront du lot et le jeu en sera meilleur. On nous promet que le jeu en équipe sera grandement récompensé. Disons que c’est une promesse pour le moins intrigante

Contrairement à d’autres bêtas, je n’ai aucun problème de performance à rapporter. Ça donnait le goût de jouer au jeu!

Bien que le jeu semble axé surtout sur le monde en ligne, vous aurez aussi une campagne hors ligne qui pourra être jouée en coop.

Précommandez Onrush maintenant!

Moi qui suis un amateur de jeu de course arcade et de combat véhiculaire, je suis très intéressé par le produit final. Les quelques heures passées avec le jeu m’ont semblé très amusantes et j’ai bien hâte de voir ce que le jeu final aura à nous apporter.

N’oubliez pas de précommander Onrush tout de suite pour vous assurer d’avoir votre copie à sa sortie le 5 juin prochain.

Précommandez Onrush maintenant sur PlayStation 4

Précommandez Onrush maintenant sur Xbox One

PARTAGER SUR
Christian Jarry
Joueur sur PC depuis 1984, j'ai acheté ma première console en 1999: la Dreamcast. Plusieurs autres consoles suivront par la suite mais je demeure toujours attaché au jeux PC. Dans mes autres temps libres, j'aime également m'entretenir sur la techno, la musique et la photographie.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here