Tom Clancy's Ghost Recon WildlandsÇa faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un nouveau jeu de la franchise Tom Clancy’s à se mettre sous la dent! Comme des milliers de gamers dans le monde, j’attendais avec impatience Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands, un jeu aux multiples promesses.

  • Éditeur : Ubisoft
  • Développeur : Ubisoft Paris
  • Date de parution : 7 mars 2017
  • Style : Infiltration, jeu de tir
  • Plateforme : PlayStation4 / Xbox One / PC
  • Mode de jeux disponibles : solo / en ligne
  • Classement ESRB : M-Mature
  • Langue d’exploitation : Français (audio et sous-titres)

Dans Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands vous faites partie de l’équipe d’élite des Ghosts. Vos hommes et vous pouvez vous déployer n’importe où sur la planète en un temps record. Rien ne vous arrête. Pour votre dernière mission, on vous envoie en Bolivie. Ce pays d’Amérique latine, situé entre le Pérou, le Brésil, le Paraguay et l’Argentine, n’est plus que l’ombre de lui-même. Un cartel de drogue, qui se fait appeler Santa Blanca, a pris possession du pays. Même la police ne peut rivaliser avec sa puissance.

Votre mission sera d’éliminer la Santa Blanca. Pour ce faire, vous devrez abattre sa tête dirigeante. Mais avant de l’atteindre, vous devrez assassiner chacun de ses lieutenants et de ses sous-lieutenants. J’espère que vous n’êtes pas pressé parce que le travail sera long!

Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands offre un gigantesque monde ouvert

Si vous êtes un peu un gamer, vous savez sans doute que dans les dernières années, Ubisoft s’est lancé dans les jeux en monde ouvert. C’est même devenu sa marque de commerce. Par exemple, Watch Dogs 2 se déroulait à San Francisco, Assassin’s Creed Syndicate à Londres pendant la révolution industrielle, alors que Far Cry Primal se passait pendant la préhistoire.

Sans grande surprise, Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands propose également un monde ouvert. Bien qu’on sent la patte d’Ubisoft, celui-ci n’a pas grand-chose à voir en termes de design avec les dernières production de l’éditeur français.

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands

Découpé en plusieurs zones, le monde de Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands est vaste. En fait, la carte de ce titre est la plus grande jamais conçue pour un jeu d’Ubisoft. Au menu, vous retrouverez des environnements variés comme des villes, des villages, des jungles, des déserts, des cours d’eau et des montagnes.

Vous pourrez explorer ces lieux à pied (je ne vous le recommande pas, ça va vous prendre trop de temps), en voiture, en camion, en bateau et même en hélicoptère.

À ce propos, la conduite des véhicules est assez sensible, un peu comme dans Watch Dogs 2, mais demeure tout de même assez amusante. Personnellement, j’aimais faire des raids en hélicoptère.

Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands propose une bonne durée de vie

L’un des points forts de Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands est son incroyable durée de vie. Juste pour faire le tour de la carte, il faudra compter des dizaines d’heures.

Mais que fait-on dans Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands? Une tonne de choses! Bien sûr, la mission principale est ce qui occupera la plus claire de votre temps. Pour atteindre le dirigeant de la Santa Blanca, vous devrez prendre contrôle de chacune des provinces de la Bolivie. Et pour prendre le contrôle de ces zones, vous aurez à éliminer un par un ses dirigeants.

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands

Il ne suffit pas toutefois d’avancer tête baissée vers un boss pour le tuer. Avant de l’atteindre, vous aurez souvent à récupérer des informations sur lui et interroger des gens qui le connaissent.

Le titre d’Ubisoft regorge aussi de missions secondaires. Elles sont moins scénarisées que dans The Witcher 3, par exemple, mais elles demeurent divertissantes. On vous demandera entre autres de voler différents types de véhicules, d’arrêter des convois ou de prendre possession de certaines places fortes. À ce niveau, on ne s’éloigne pas trop de ce que proposait Far Cry à l’époque.

Ce qui me plait dans ce jeu, c’est son sentiment de liberté totale. Oui, on nous tient toujours un peu par la main, mais on peut faire à peu près ce que l’on veut, dans l’ordre que l’on veut.

Une jouabilité nerveuse

Dans votre mission, vous n’êtes pas seul. En mode solo, vous êtes accompagné de trois soldats contrôlés par ordinateur. Ces compagnons d’armes ne sont pas aussi efficaces que de vrais joueurs (si vous jouez en ligne, des vrais joueurs prendront leur place), mais durant ma partie, ils m’ont sauvé à quelques reprises d’une mort certaine.

Pour venir à bout des ennemis, on peut compter sur un vaste choix d’armes. Par contre, au début de l’aventure, notre choix est très restreint. Pour débloquer de nouvelles armes et de nouveaux accessoires (par exemple, une meilleure lunette pour votre fusil), il faudra trouver des caisses d’armement. Elles sont disséminées un peu partout sur la carte.

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands

Les points de compétences fonctionnent aussi de la même façon. En complétant des missions, vous recevrez des points d’XP que vous pourrez dépenser pour améliorer certaines de vos capacités (plus d’endurance, nouvelles compétences de commandement, etc.). Cependant, certaines compétences, pour être débloquées, vous demanderont des ressources particulières. Ces ressources particulièrement se trouveront, comme les caisses d’armes, un peu partout sur la carte.

Cette particularité, en plus d’accroitre la durée de vie du jeu, favorise l’exploration. Pour chaque zone, on voudra trouver toutes les caisses d’armes et toutes les ressources pour avoir sûr d’avoir le meilleur personnage possible.

D’un autre côté, un joueur qui n’a pas de temps à perdre pourra se concentrer sur la mission principale. Contrairement à un jeu de rôle, on n’est pas obligé d’atteindre un certain niveau pour venir à bout des boss.

Un scénario léger

Ubisoft n’est pas reconnu pour être le studio proposant les scénarios les plus passionnants. Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands ne cause hélas pas de révolution dans ce domaine. Le scénario est intéressant, mais il ne passera pas à l’histoire.

En fait, la mise en scène de ce titre est plutôt discrète. Oui, nous avons quelques cinématiques pour introduire les missions, mais la plupart des informations sur l’univers de ce jeu se récoltent sur le terrain, par exemple, en écoutant la radio.

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands

Et qu’en est-il de la difficulté? Je dirais qu’elle va en augmentant : plus on progresse dans le récit et plus les combats sont rudes.

Heureusement, les ennemis ne sont pas aussi résistants que dans The Division. Il ne faut pas vider 20 chargeurs pour les abattre. Dans ce titre, c’est surtout le nombre qui compte. Quand on attaque une base, on peut souvent avoir affaire à 20, 30, voire 50 soldats, d’où l’importance de privilégier la méthode discrète.

En effet, Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands privilégie l’infiltration. Avant d’attaquer une place forte, on pourra utiliser notre drone ou nos jumelles pour faire du repérage et marquer nos cibles. Il est même possible de désigner des cibles à éliminer par nos coéquipiers.

Il reste que même si on utilise la méthode douce, ça finit presque toujours en affrontement ouvert. Il faudra alors se cacher derrière des objets, comme des caisses ou des murs, pour éviter de se faire descendre.

Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands

Cela dit, les combats, dans leur ensemble, sont bien conçus. On prend beaucoup de plaisir à se cacher et à se relever pour abattre nos agresseurs.

Une chose que j’ai bien aimée des fusillades : bien que le jeu se déroule à la troisième personne, quand on appuie pour viser, on passe automatiquement en vue à la première personne. On a ainsi plus de précision.

Mon verdict de Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands

Dans la lignée des derniers titres d’Ubisoft, Tom Clancy’s Ghost Recon Wildlands est un jeu à monde ouvert qui ne déçoit pas. Il procurera aux adeptes de jeux de tir et d’infiltration de nombreuses heures de jeu en solo ou en multijoueur.

Ce que j’ai aimé

  • Un monde ouvert immense
  • Toujours quelque chose à faire
  • Un grand sentiment de liberté
  • Des combats nerveux

Ce que j’ai moins aimé

  • L’intelligence artificielle des ennemis un peu défaillante
  • Les villes et la jungle manquent de vie

 

Évaluation globale

Expérience de jeu: 4/5
Graphisme: 4/5
Son: 4/5
Durée d’intérêt / Rejouabilité: 4/5

Note globale: 4/5 

Magasinez les jeux vidéo chez Best Buy

PARTAGER SUR
Philippe Michaud
Blogueur pour Branche-Toi depuis sa fondation, Philippe Michaud a toujours été un passionné des technologies. Il adore tester toutes sortes de produits et partager ses découvertes. Au fil des années, il a collaboré pour plusieurs médias dont Québec Micro, Branchez-Vous! et MSN Techno. Il a également été recherchiste pour une émission à ZTÉLÉ.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here