The_Witcher_3_Wild_Hunt_You--re_just_delaying_the_inevitable.jpg

Depuis sa sortie, The Witcher III: Wild Hunt jouit d’un bon succès. Ce jeu de rôle et d’action à monde ouvert nous lance à la chasse aux monstres dans de vastes étendues peuplées de créatures n’attendant que notre passage pour nous attaquer.

Witcher3cover.JPGThe Witcher III: Wild Hunt est développé par le studio polonais CD Projekt Red et publié en Amérique du Nord par Warner Bros. Interactive Entertainment.

Date de parution: 19 mai 2015
Styles: Jeu de rôle et d’action à monde ouvert
Plateformes: PlayStation 4 / Xbox One / PC
Classement ESRB: M (Mature, 17 ans et plus)

En résumé

Dans The Witcher III: Wild Hunt, on suit le sorceleur Geralt de Riv dans une aventure épique mélangeant les enjeux politiques aux combats enlevants se déroulant sur le continent et l’archipel de Skellige. Il parcourt le monde à la recherche de Ciri, princesse de Cintra. Le chasseur possède des pouvoirs surhumains dus à une mutation génétique de par son statut. Il est donc engagé pour libérer les villages de l’oppression de bêtes sauvages ou de retrouver des gens disparus. La présence des monstres fait craindre les habitants qui n’osent plus s’éloigner de leur demeure.

Un scénario autonome

J’ai été contente d’apprécier que dès le départ, même si je n’avais pas eu la chance de jouer aux deux chapitres précédents de The Witcher, je comprenais très bien le scénario introduit dans Wild Hunt. En compagnie de Vesemir, Geralt discute de la vie, de leur histoires et de la situation géopolitique se déroulant dans la région. C’est bien car les déplacements paraissent plus animés et ça m’en dit plus sur le climat de l’endroit et comment vivent les gens sur place. Quelques lignes de dialogue soulignent des événements passés entre certains protagonistes mais c’est à légère dose. C’est un beau clin d’œil pour les fans de longue date de la série alors que les nouveaux venus ne s’y sentent pas rejetés et peuvent deviner, par exemple, qu’il y a une histoire mémorable entre Geralt et la sorcière Yennifer. La nonchalance de mon héros fait partie de sa personnalité. Cette façon qu’a Geralt de dégainer son épée en la faisant tourner dans sa main m’a fait penser au même mouvement fait par Aragorn dans les films du Seigneur des Anneaux. Ça m’a charmé instantanément.

The_Witcher_3_Wild_Hunt_Alas,_poor_Yorick.jpg

Le jeu débute alors que le sorceleur cherche à retrouver sa belle, l’amour de sa vie. Ce sera ensuite la femme et la fille du Baron qui nous sera demandé de retrouver. De gré ou de force, il interroge les gens qui pourraient lui fournir des indices de son passage. J’aime la portion d’enquête où les talents du sorceleur sont mis à contribution. Il peut capter des indices invisibles aux humains et possède un sens inné pour l’analyse d’une scène de crime. En partie parce qu’ils peuvent contrôler les pensées des gens, les sorceleurs ne sont pas toujours les bienvenus. Durant notre aventure, on accepte des contrats pour débarrasser un village d’un monstre ou tout autre quête pour leur venir en aide mais une fois le travail accompli et la récompense en poche, on reprend notre chemin rapidement. Mon héros de cherche pas la bisbille et n’insiste jamais plus que ce qui est nécessaire pour son travail.

The_Witcher_3-Wild_Hunt_Skellige_is_a_beautiful_place.jpgUne vaste région à explorer

En plus de la ligne principale, une foule de missions secondaires sont proposées et on peut aller librement dans ce territoire immense. Avec tout le terrain à parcourir, notre jument, Ablette, est un atout non négligeable. Elle est présente dès le départ et on peut la siffler à n’importe quel moment. Si Ablette sait trotter et galoper, elle ne peut pas sauter ce qui est étrange pour un cheval. Aussi, je trouve dommage de devoir obligatoirement en descendre pour cueillir des plantes.

Il y a énormément de détails sur la carte, allant des nombreuses plantes à cueillir pour la concoction de potions et autres remèdes, de gens à rencontrer, de lieux à explorer, de quêtes à remplir. S’il fallait que je m’arrête partout, j’en perdrais le fil de l’histoire! Bien que j’aie fait peu de quêtes secondaires, j’accourais toujours lorsque je croisais des gens qui avaient besoin d’aide. Ils étaient attaqués par des loups, d’autres animaux sauvages ou des bandits. En échange de ma lame, ils m’aidaient en retour avec des informations ou amélioraient mon équipement à rabais.

Des combats relevés

Les combats se déroulent en temps réel et représentent pour la plupart un bon défi. Combattre des colosses demande du doigté. Il faut savoir maîtriser les coups d’attaque, les combiner aux sorts qu’on peut lancer, le tout sans oublier d’esquiver au bon moment. On croise de nombreux ennemis sur la route comme cette bande de malfrats qui se sont avérés plus difficiles à défaire que l’ours que j’ai abattu juste avant! En groupe, tous se jettent sur nous en même temps. Il faut apprendre à évaluer la situation rapidement et réagir promptement. C’est ce qui rend les combats intéressants dans The Witcher III: Wild Hunt. Je gardais toujours de la nourriture en réserve parce que je les prenais souvent durant une bataille. Heureusement, on en obtient à l’issue de quelques affrontements. La viande des animaux qu’on a éliminés est excellente pour nous revigorer. Les monstres peuvent être énormes comme ce griffon, assez gros pour attraper une jument entre ses griffes. Celui-ci sera d’ailleurs notre première véritable bête à abattre donné à contrat.

The_Witcher_3_Wild_Hunt_The_sirens_may_look_beautiful_in_the_water-but_once_they're_out_of_it-they_change_into_deadly-flying_creatures..jpg

Toute cette région à parcourir en temps réel donne le sentiment d’y appartenir. Le temps passe de façon telle qu’en échouant une mission, on peut l’avoir faite une fois en plein jour et la reprendre la nuit venue. Mais attention, traverser un cimetière de nuit nous amènera à croiser des spectres. La faune sauvage s’adapte à la ligne temporelle.

L’ampleur du visuel est grandiose. La lumière est étincelante et on constate toute la richesse des couleurs à l’écran. Chaque fois que je lance ma partie, j’ai un bon résumé d’où je suis rendue dans l’histoire alors je m’y replonge facilement. Le bat blesse dans quelques sections cinématiques qui semblent cocher à l’occasion et les petits accrocs graphiques, si minimes soient-t-ils, dans cette oeuvre aux proportions immenses. Malgré tout, ce titre est un incontournable pour les fans de jeux de rôle fantastiques. J’adore mon expérience en compagnie du Witcher.

The_Witcher_3_Wild_Hunt_Each_village_in_Skellige_varies_in_population_and_architecture-offering_a_new_experience..jpgSi vous aimez les scénarios à saveur politique et les épopées chevaleresques où vous avez une pleine liberté de mouvement, The Witcher III: Wild Hunt, justifie la centaine d’heures de jeu promises par ses développeurs. La multitude de missions à accomplir et la grandeur du terrain à couvrir dans ce jeu à monde ouvert n’est que la pointe de l’iceberg car vingt-huit contenus additionnels sont annoncés dont seize d’entre eux seront offerts gratuitement. C’est énorme!

Appréciation générale

  • Jouabilité: 4/5
  • Visuel: 4/5
  • Audio: 4,5/5
  • Durée de vie potentielle: 5/5

Note globale: 4,25/5

Procurez-vous The Witcher III: Wild Hunt pour la PlayStation 4

Procurez-vous The Witcher III: Wild Hunt pour la Xbox One

Procurez-vous The Witcher III: Wild Hunt pour PC

 

PARTAGER SUR
Mélanie Boutin-Chartier
Joueuse invétérée, j'ai eu la chance de travailler comme monteure sur l'émission M.Net à MusiquePlus. Mon expérience vidéo ludique s'est étendue aux évaluations de jeux vidéo pour Jouez.com, Le Blogue Techno de Future Shop et l'Épée Légendaire. N'hésitez pas à me suivre sur Twitter, ma page Facebook, YouTube et Twitch.tv (Matante75) où je diffuse régulièrement mes parties sur Xbox One et PlayStation 4!

Twitch.tv

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here