sw1.jpgMes parents m’ont invitée à souper la semaine dernière, avec mon frère, ma belle-sœur et leurs quatre enfants. Durant le repas, j’ai soulevé le fait qu’on m’avait récemment envoyé une planche volante mains libres de Swagtron à évaluer pour le compte de Best Buy, et avant même d’avoir terminé ma phrase, j’ai été bombardée de questions par quatre préadolescents envieux. Il semblerait que la planche en ma possession était le premier choix sur leur liste de cadeaux de Noël cette année.

J’avoue avoir été quelque peu étonnée de leur réaction. C’est certain que j’ai remarqué ces planches un peu partout en ville, mais je n’avais pas pris conscience de l’ampleur de leur attrait. Est-ce qu’elles sont vraiment « une révolution pour vos déplacements » comme l’avance Swagtron? Je n’en étais pas convaincue, mais étant donné ma soudaine popularité auprès de mes neveux et nièces durant le souper, j’étais impatiente d’aller essayer la planche de Swagtron pour leur prouver que j’étais effectivement une tante très cool.

 

Qu’est-ce qu’une planche volante?

Avant de vous parler de mon expérience avec la planche volante mains libres de Swagtron, voici en résumé ce qu’est réellement une « planche volante » (ou « planche intelligente » comme certains l’appellent). Contrairement à son nom, la planche volante ne vole pas vraiment. Publicité trompeuse? Peut-être! Mais je pense que ce serait un peu naïf de croire que les aventures de Marty McFly du film Retour vers le futur auraient pu devenir réalité de notre vivant. Il s’agit plutôt ici d’un scooter à deux roues et à équilibrage automatique qui se contrôle par le déplacement du poids de votre corps.

 

Caractéristiques de la planche volante mains libres de Swagtron

sw2.jpgLa planche volante mains libres à équilibrage automatique de Swagtron possède une coque exclusive spécialement conçue en polycarbonate robuste et est dotée d’un fini mat. Elle comprend aussi des roues avec jantes en aluminium de haute qualité, des pneus à traction supérieure et des repose-pieds larges et antidérapants pour une conduite sécuritaire tout en confort.

De plus, elle comporte plusieurs indicateurs à sa surface qui vous informent du niveau de la batterie et de la connectivité Bluetooth, ainsi que trois témoins pour indiquer aux gens vos mouvements lorsque vous vous déplacez. Ces témoins deviendront rouges si vous freinez, bleus si vous accélérez et verts lorsque vous changez de direction.

La planche de Swagtron vient aussi avec une application Bluetooth à laquelle vous pouvez connecter votre appareil audio. Vous pourrez ainsi rouler en écoutant vos chansons préférées à partir de la planche elle-même. J’ai trouvé cette caractéristique plutôt gênante au moment de l’essayer. J’avais l’impression d’attirer trop l’attention, puisque j’avais probablement l’air aussi stable qu’un bébé gazelle qui tente de marcher pour la première fois. J’en conviens toutefois qu’il s’agit d’une caractéristique très plaisante pour celui qui sait assez bien maîtriser la planche de Swagtron pour ne pas avoir l’air d’un fou.

 

Déballage de la planche de Swagtron

sw3.jpgLa première chose que j’ai remarquée quand j’ai reçu la planche de Swagtron a été son poids. À 22 livres, on ne peut pas vraiment l’accrocher à son sac à dos pour décider de l’utiliser plus tard dans la journée. Cela dit, considérant le fait qu’une batterie au lithium-ion est comprise et que la planche peut supporter jusqu’à 220 livres, le poids de la planche reste tout de même raisonnable.

Dans la boîte se trouvaient aussi, en plus de l’appareil, un chargeur, un guide d’utilisateur et des protections en caoutchouc. Je ne savais pas quoi faire des protections de caoutchouc parce que les explications n’étaient pas claires dans le guide, alors je ne les ai pas utilisées. Une chose m’a agacée à propos du guide d’utilisateur par contre : la couverture et le dos du guide étaient imprimés à l’envers. Je ne sais pas si c’était intentionnel, mais ça m’a irritée d’une manière irrationnelle.

 

Configuration

Après avoir sorti tous les éléments de la boîte, j’ai feuilleté le guide pour comprendre comment charger la planche, puis je l’ai branchée sur une prise murale pour la laisser s’alimenter. Environ trois heures furent suffisantes pour charger complètement la batterie. J’étais maintenant prête à y connecter mon téléphone intelligent par Bluetooth. Et ce fut remarquablement facile à faire! Dès que vous mettrez en marche la planche de Swagtron, elle vous dira que la connexion Bluetooth est en attente. Vous pourrez alors la jumeler avec votre appareil audio pour la première fois, ou attendre quelques secondes pour qu’elle se connecte à votre appareil si vous l’aviez déjà configurée lors d’une séance précédente. Après ça, plus rien ne pouvait m’arrêter.

 

Mise à l’essai

sw4.jpgPour être tout à fait honnête, j’étais terrifiée à l’idée d’essayer la planche intelligente T3 de Swagtron. Je suis tellement maladroite que j’ai déjà réussi à me faire mal en dormant. Il va donc sans dire que d’embarquer sur une planche volante de 22 livres était suffisant pour faire ressurgir en moi une certaine frayeur… et c’est pourquoi j’ai décidé de porter un casque!

Mais avant de me lancer dans mon expérience avec la planche de Swagtron, je voulais vous faire part d’une chose qui s’est passée en me rendant à mon premier lieu d’essai. La planche de Swagtron vient avec une bandoulière intégrée au-dessous de l’appareil pour en « faciliter le transport », mais comme j’étais en route pour l’essayer, la bandoulière s’est brisée et l’appareil est tombé de quelques pieds directement sur le ciment. Non seulement la planche a eu droit à quelques rayures, mais la jante de l’une des roues a craqué! Au prix que coûte cet appareil, j’ai été très déçue qu’une si petite chute ait causé tant de dommages.

Comme je l’ai mentionné, j’attire les accidents, donc avant d’embarquer sur la planche pour la première fois, j’ai attaché mon casque de vélo bien serré sur ma tête. C’est ici que ça devient un peu plus cocasse. Je ne suis pas si vieille. En fait, il me reste quelques années avant d’avoir 40 ans, mais je n’ai aucun problème à prendre des risques. J’ai plongé d’une falaise au Mexique, j’ai fait la randonnée de quatre jours menant à Machu Picchu au Pérou, j’ai sauté en parachute… et la liste continue. Mais d’embarquer sur la planche de Swagtron a été l’un des moments les plus étrangement effrayants de ma vie. Je me suis vue tomber à la renverse et me fracturer un os, ou tomber par en avant et puis… me fracturer un os!

Quand j’ai fini par maîtriser l’embarquement, comprendre comment faire bouger la planche a été une tout autre histoire. Heureusement, il y a deux réglages : le mode apprentissage et le mode normal. Alors j’ai évidemment sélectionné le mode apprentissage. Mais ça ne m’a pas facilité la tâche pour autant! Mon premier essai était dérisoire et je n’ai pratiquement fait que des cercles. Au deuxième coup, c’était déjà un peu moins embarrassant. J’ai réussi à avancer sur une bonne distance, mais j’ai agité les bras tout le long, ce qui est à l’inverse des directives qui suggèrent de ne pas faire de mouvements brusques. Après cinq essais avec la planche de Swagtron, j’ai baissé les bras et j’ai laissé un ami l’essayer à son tour. Il a lui aussi eu de la difficulté à la faire avancer et nous avons alors tous deux réalisé que nous n’étions pas la génération ciblée. Ce fait s’est confirmé lorsque nous avons vu sur YouTube un nombre infini de vidéos avec des enfants de l’âge de mes neveux et nièces qui se déplaçaient en planche avec TANT DE FACILITÉ!

Je suis certaine que j’aurais fini par m’habituer à la planche de Swagtron et aux nuances des mouvements pour mieux la contrôler sans saccades, mais ma peur de me blesser m’en a tout bonnement empêchée. Descendre de la planche est tout aussi difficile, et je paierais cher pour voir quelqu’un le faire de façon élégante! On aurait dit que mes pieds avaient pris feu et que, comme pour tenter de fuir les flammes, je me propulsais dans les airs pour mieux avancer en chancelant sur une vingtaine de pieds, jusqu’à ce que je retrouve mes repères.

 

Le verdict

Est-ce que je m’achèterais une planche volante mains libres T3 de Swagtron? Non. Est-ce qu’elle est tendance? Oui. Est-ce que je verrais mes neveux et nièces faire la course et s’amuser avec la planche des heures durant? Absolument! En fait, si j’en offrais une à chacun d’eux ce soir, je serais la meilleure tante du monde, et je suis certaine qu’ils délaisseraient leurs appareils électroniques pendant des heures et des heures. Je les verrais même se rendre à l’école sur leur planche de Swagtron plutôt que d’y aller à pied.

Je ne dis pas que vous devez avoir un certain âge pour apprécier ce que la planche de Swagtron a à vous offrir, mais je crois que vous devez être un certain type de personne. J’aime bien prendre des risques, mais à l’approche de la quarantaine, ces risques se limitent à me lancer en bas d’un avion ou d’un pont. L’idée de me déplacer en ville sur un hybride entre une planche à roulettes et un scooter et d’avoir à contrôler ma descente ne me plaît pas tant que ça!

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here