ACSintro.jpg

Développé chez Ubisoft Québec, Assassin’s Creed: Syndicate est le dernier-né de cette franchise qui nous fait revivre l’histoire à sa manière. C’est dans la peau des jumeaux Jacob et Evie Frye que nous parcourons les rues de Londres en 1868. Cette époque où le monde est en plein changement est le terrain de jeu des Assassins qui se battront pour la liberté d’une population ouvrière oppressée par une société plus nantie.

Assassin’s Creed: Syndicate est développé par Ubisoft Québec et publié par Ubisoft.

ACScover.jpgDate de parution: 23 octobre

Plateformes: Édition standard – PlayStation 4 / Xbox One / PC

Édition Gold (comprenant la passe saisonnière) – PlayStation 4 / Xbox One / PC

Style: Monde ouvert

Classement ESRB: M (Mature, 17 ans et plus)

Langue d’exploitation: Jeu disponible en français

« Celui qui prend le contrôle de Londres prend le contrôle du monde. »

Cette manière de voir les choses motive Jacob à vouloir reprendre Londres à Crawford Starrick quartier par quartier et défaire l’emprise des Blighters. Il va former le gang des Rooks que nous ferons grossir en recrutant des alliés. Ceux-ci arpentent la ville, jouent de leur influence en notre faveur et peuvent être appelés à tout moment. Pour certaines missions, ils vont nous aider en se battant à nos côtés.

Complicité fraternelle

Alors que Jacob joue les durs à cuire, Evie voit les choses autrement. Elle veut trouver le fragment d’Éden tant convoité, qui est d’ailleurs le but premier des Assassins et le fil conducteur de toute cette saga. Dans Syndicate, même si les deux protagonistes ne voient pas toujours les choses de la même manière, ils demeurent quand même en symbiose.

Des points de compétence sont distribués pour devenir de meilleurs combattants et attribuant ça à ‘l’effet jumeaux’, les points acquis avec l’un deviennent automatiquement disponibles pour l’autre. Pouvant améliorer chacun séparément, j’ai permis à Jacob d’être plus coriace physiquement alors qu’Evie est ma spécialiste du travail fait en subtilité.

Voir les jumeaux Frye interagir est rafraîchissant. J’aime les voir discuter, se taquiner. Tous deux travaillent pour le même objectif mais agissent différemment dans la manière d’y arriver. On peux jouer l’un et l’autre librement sauf pour certaines missions spécifiques. Si j’ai le choix selon la séquence en cours, je pars en compagnie d’Evie.

Une mécanique tout en douceur et des rencontres marquantes

La franchise est plus agréable à parcourir à chaque nouvelle sortie. Syndicate est assurément le meilleur du lot. Je me balade tellement facilement, c’est d’un naturel évident. La tyrolienne est l’outil que j’utilise à profusion. Elle permet d’atteindre les toits éloignés en quelques secondes. Si j’aperçois des gardes, je peux m’arrêter juste au-dessus et les assassiner en sautant. Prenez soin de déverrouiller le double assassinat pour encore plus d’efficacité! Quel privilège d’avoir fait réparer ma première tyrolienne par nul autre qu’Alexander Graham Bell. Je pense même qu’il a un œil sur Evie…

ACS_SC_45_GamesCom_EvieKnifeThrow_watermark_1438728151.jpgParmi les illustres personnages que j’ai rencontrés, il y a Charles Darwin, Charles Dickens et bien sûr la reine Victoria. On l’aperçoit brièvement, regardant dehors de sa fenêtre au palais de Buckingham en tout début de jeu.

J’ai aussi fait la rencontre de Jack Talons-à-Ressort qui sème la terreur sur son passage. Sans faire partie de la trame principale, cette mission est l’une de celles que j’ai préférées jusqu’à maintenant. Avec la vision d’aigle, je devais repérer les traces laissées par celui que je pouchassais et trouver sa cachette pour l’affronter dans un combat assez intense. Jack est futé et très fort. Utilisant une poudre hallucinogène pour nous déstabiliser, il faut savoir rester alerte ce qui n’est pas évident! Même après avoir réussi à le vaincre, j’ai le sentiment que je n’en ai pas fini avec ce mystérieux personnage qui, selon la rumeur, aurait des griffes et peut sauter très haut.

Des heures de plaisir

Que ce soit les objets à collectionner, les coffres à dévaliser ou encore les contrats d’associés à remplir, je ne m’ennuie pas. Les missions pour libérer les quartiers de Londres vont de l’assassinat du chef de gang adverse à la libération d’enfants confinés au travail forcé dans des usines. On peut s’y prendre comme bon nous semble mais naturellement, il sera plus facile de s’aquitter de nos tâches en y allant discrètement. S’ils sont alertés, les gardes vont sonner l’alarme et nos opposants deviendront plus aggressifs. Les combats au corps à corps s’exécutent sans anicroche et j’adore voir mes héros prendre du gallon.

Certaines cibles doivent être emmenées vivantes vers un lieu de ralliment. On va donc l’enlever pour ensuite la faire entrer dans un char qu’on conduit au lieu de livraison. Monter à cheval est connu dans l’univers Assassin. Cette fois, ce sont des voitures tirées par des chevaux que nous conduisons. J’y vais parfois (souvent!) en zigzaguant et je trouve la circulation trop lente car je fonce dedans à répétition mais malgré tout, je m’amuse!

ACS_SC_46_GamesCom_OverlookingDemoArea_Watermark_1438728152.jpg 

Trop facile?

En pleine rue et sans me cacher, j’assassinais pas mal tous les gardes que je croisais dans la ville. À part crier au scandale et dire à tout vent: « Oh mon dieu, il y a eu un meurtre! », personne ne nous met de bâtons dans les roues. La population poursuit ses activités, ne bouge même pas, ne se sauve pas, ni ne nous retiens. J’étais libre d’agir comme je le voulais sans crainte d’être poursuivie, à part bien sûr lorsque je mettais les pieds en territoire ennemi. Même là, la tyrolienne me tire d’affaire souvent. Une fois alertées, je me sauvais sur les toits des bâtiments, attendant gentiment que les autorités abandonnent leurs recherches. Je pouvais ensuite pourvsuivre ma mission. L’intelligence artificielle est correcte mais lâche le morceau un peu facilement.

Une belle réussite signée Ubisoft Québec

Londres est immense et d’une grande beauté. La fluidité des mouvements rend l’expérience de jeu tellement agréable qu’on veut y passer du temps. Je n’ai aucune difficulté d’y jouer plusieurs heures d’affilée et je ne vois pas le temps passer. J’ai toujours aimé la série mais cette fois, les frustrations sont beaucoup moindres qu’avant. Assassin’s Creed: Syndicate est une belle réussite de la part de Ubisoft Québec, qui a de quoi être fier du boulot accompli!

ACS_SC_25_GangStronghold_watermarked_1436565487.jpgLes plus:

+ Fluidité entre les cinématiques et la portion jouable

+ Des combats intuitifs

+ Incarner deux assassins aux personnalités différentes diversifie notre approche

+ La tyrolienne facilite les mouvements

Les Moins:

– Les gens nous laissent assassiner les gardes sans risposter, même en plein jour!

– Accrocher les mauvaises poutres et tomber en bas des murs par accident arrive encore, mais moins souvent qu’auparavant.

Verdict

  • Jouabilité: 4/5
  • Visuel: 4/5
  • Audio: 3,5/5
  • Durée de vie potentielle: 5/5

Note finale: 4/5

Procurez-vous Assassin’s Creed: Syndicate en édition standard pour PlayStation 4 / Xbox One / PC

Procurez-vous Assassin’s Creed: Syndicate en édition Gold pour PlayStation 4 / Xbox One / PC

ACSJacob.jpg

PARTAGER SUR
Mélanie Boutin-Chartier
Joueuse invétérée, j'ai eu la chance de travailler comme monteure sur l'émission M.Net à MusiquePlus. Mon expérience vidéo ludique s'est étendue aux évaluations de jeux vidéo pour Jouez.com, Le Blogue Techno de Future Shop et l'Épée Légendaire. N'hésitez pas à me suivre sur Twitter, ma page Facebook, YouTube et Twitch.tv (Matante75) où je diffuse régulièrement mes parties sur Xbox One et PlayStation 4!

Twitch.tv

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here