Le jeu d’aventure Paper Mario: Color Splash pourrait être l’une des dernières sorties majeures pour Nintendo sur sa console Wii U. Ce n’est toutefois pas la moindre car j’ai bien du plaisir à taper sur les ennemis et remettre ses couleurs à l’île Barbouille dans ce jeu de plateforme en 3D qui nous met dans la peau de Mario de Papier.

papermario-colorsplashPaper Mario: Color Splash est développé et publié par Nintendo.

  • Date de parution: 7 octobre 2016
  • Style: Action / Aventure
  • Plateforme: Wii U
  • Mode de jeu disponible: solo
  • Classement ESRB: E (Pour Tous)
  • Langue d’exploitation: Jeu disponible en français

En visite chez Mario, Peach et Toad sont inquiets de ce qui se passe à Port-Barbouille. Apportant un Toad de papier chiffonné et blême comme un drap, on s’aperçoit que toutes ses couleurs ont disparu, le rendant inerte. On ira donc enquêter afin d’aider les habitants à résoudre ce mystère. C’est dans l’esprit propre à Nintendo que nous embarquons dans cette aventure amusante où le marteau de Mario lance de la peinture et que nous parcourons des tableaux mélangeant le jeu de plateforme en 3D et les combats en mode tour par tour contre nos ennemis de toujours.

En débarquant à Port-Barbouille, on constate que c’est tout l’environnement qui est victime de cette calamité occasionnée par une armée de Maskache qui aspire les couleurs à la paille. On fait la connaissance de Peinturion, ce personnage en forme de pot qui sera notre guide tout au long du jeu. Il nous explique que la fontaine qui nourrit l’île en couleurs est à sec et des taches blanches empêchent les objets de fonctionner correctement. Notre mission est de retrouver les étoiles maîtresses qui alimentent la fontaine.

Les régions sont accessibles l’une après l’autre en recueillant l’étoile de chaque tableau. Pour celles qui ont plus d’une étoile à atteindre, on y retournera en mode libre. Même si ça peut sembler répétitif, j’en profite pour repérer les bouts de décors que j’ai pu oublier de repeindre afin de les compléter à 100%. Ça fait partie de mon plaisir dans ce type de jeu, d’autant plus que quelques sections deviennent accessibles à notre second passage. Je veux mon petit drapeau à côté de chaque région sur la carte!

Savoir jouer ses cartes

paper-mario-tv2xChaque endroit repeint libère quelques gouttes de peinture, des sous et des cartes de combat. Ces dernières sont précieuses car elles s’ajoutent à notre paquet quand vient le temps de se battre. On est alors propulsé dans un mini-jeu où chacun son tour, les adversaires lancent une attaque. De notre côté, on choisit une carte dans notre paquet sur laquelle on ajoute de la couleur pour augmenter sa puissance. Même quand je peux sélectionner deux ou trois cartes, j’essaie toujours d’en prendre le minimum selon la force de mes adversaires car une carte inutilisée est perdue.

En plus des classiques bottes, marteaux et fleur de feu ou de glace, nous avons la possibilité de faire goûter à nos ennemis leur propre médecine avec des cartes représentant des Goomba, Koopa ou Maskache qui deviennent nos alliers pour un tour. Toutefois, la grosse nouveauté de Paper Mario : Color Splash est l’arrivée d’objets réels à utiliser autant en combat que pour résoudre certaines énigmes. Ce sont des éléments en 3D que l’on tord pour en retirer la couleur, qui sont ensuite aplaties sur une carte à jouer. Les premiers que l’on croise sont le ventilateur, un énorme débouche tuyau, un citron bien juteux ou encore l’extincteur géant qui soufflera impitoyablement sur une vague d’ennemis. Très efficace en cas de besoin!

Un titre rigolo qui tire profit des possibilités de son décor cartonné

Paper Mario: Color Splash s’inscrit dans la série où l’on évolue dans un monde dans lequel Mario et ses amis sont minces comme une feuille. Ceci apporte une mécanique de jeu unique à cette franchise en utilisant cette caractéristique particulière. Voir les personnages en papier et les décors en carton qui tiennent par des bouts de ficelle, de la colle ou du ruban adhésif m’a toujours plu. Les détails vont jusqu’aux briques dont le couvercle rebondit comme une boîte de carton quand on tape dessus par en-dessous et aux objets qui se froissent après un coup de marteau. On peut même découper un morceau du décor au ciseau afin d’atteindre une nouvelle section ou entrer dans une fissure un peu cachée dans l’environnement. Visuellement, je n’ai rien à redire!

Les dialogues entre les personnages sont rigolos. En présentant Mario à notre nouvel ami Peinturion, Peach le décrit comme celui qui « saute sur des choses et les frappe avec un marteau lorsque nécessaire ». Il y aussi une allusion au métier de plombier de notre héros quand on doit aider un Toad pris dans un tuyau qui m’a fait sourire. J’aime cette légèreté humoristique qui rend le jeu agréable à parcourir. Au niveau de la musique, j’ai bien apprécié entendre les thèmes classiques selon l’endroit où l’on se trouve, comme celui des sousterrains que l’on reconnaît aussitôt même si la trame a été retravaillée au goût du jour.

Paper Mario : Color Splash est amusant et facile d’approche, tout en demandant une certaine réflexion devant plusieurs portes verrouillées ou passages hors d’atteinte au premier regard. Même si les régions de l’île Barbouille se révèlent l’une après l’autre, plusieurs va-et-vient sont nécessaires pour progresser dans le scénario. On peut passer presque une demi-heure sur un tableau selon la complexité des casse-têtes proposés pour atteindre l’étoile colorée. Ensuite, on est libre d’y retourner pour la seconde étoile ou les autres missions à terminer mais on pourra en ressortir à tout moment étant donné qu’on l’a terminé une première fois.

paper-mario-slurp-guy2xLes Toad nous en font voir de toutes les couleurs car leurs péripéties sont nombreuses tout au long du jeu. Ils s’amusent même à organiser une fête et des tournois de Roche-Papier-Ciseau, ce qui en passant est le lieu idéal pour faire le plein de pièces. Une victoire nous en donne jusqu’à 1 800 ce qui est parfait pour acheter des cartes de combats à la boutique.

Saurons-nous libérer Barbouille de la présence de ces Maskaches et trouver la raison pour laquelle ils en retirent ses couleurs? Je m’y applique assurément car Paper Mario : Color Splash est le style de jeu que j’apprécie comme passe-temps quand je souhaite passer un après-midi tranquille à la maison.

+ Chaque région a son thème spécifique

+ L’humour du jeu est rafraîchissant

+ Excellente traduction en français

+ Peut se jouer entièrement sur l’écran du GamePad de la Wii U

– La répétition des instructions données par Peinturion devient agaçante par moments

– La gestion des cartes de combat est laborieuse quand on en détient beaucoup. J’aurais aimé pouvoir parcourir mon paquet avec la croix analogique ou les boutons gauche-droit du Gamepad.

Verdict

  • Jouabilité: 3,5/5
  • Visuel: 4,5/5
  • Audio: 4/5
  • Durée de vie potentielle: 3,75/5

Note générale: 4/5 (82%)

Procurez-vous Paper Mario: Color Splash pour la Wii U

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here