Je dois commencer cette critique par une petite confession: je suis un joueur de jeux de rôle sur table depuis plus de 20 ans mais, à part quelques exceptions, je n’aime pas les jeux de rôles sur PC ou sur consoles. Une des raisons pourquoi j’aime moins ce type de jeu est qu’on est souvent un peu limité dans nos choix. Bioware a toujours offert des jeux assez ouverts que j’ai appréciés et c’est pour cette raison que j’ai finalement succombé à Dragon Age Inquisition.

 

10854256_10152403113246396_7493803739094701197_o.jpg

 

C’est le premier jeu de cette série que je joue alors je pense qu’il est légitime que je me considère un novice. Première chose à faire dans le jeu, c’est de créer votre personnage. Vous pourrez choisir parmi une des quatre races suivantes: humain, nain, elf et qunari. Il est possible de jouer un personnage mâle ou femelle de toutes les races.

Prochaine étape, le choix de la classe. Encore une fois, c’est assez typique rien de bien spécial (voleur, magicien ou guerrier) mais il y a des sous-classes comme guerrier à deux armes ou avec un bouclier.

 

Vient ensuite le choix de la difficulté et la création de personnage. Il n’est pas possible de modifier à notre guise l’apparence de notre personnage de façon aussi détaillée que The Sims 4 par exemple. Le jeu offre avez des listes très importantes  de coiffures, nez, bouches et toutes les autres parties du corps afin de permettre de créer un personnage à votre goût. Finalement, on commence.

 

En plein dans l’action

 

Dragon Age Inquisition ne perds pas de temps à vous expliquer l’histoire et vous projette directement dans l’action. Pour les habitués de la série, l’histoire se déroule encore sur le continent de Thedas. La guerre entre les mages et les templiers fait toujours rage. Pour essayer de calmer le jeu, les clercs organisent une conférence de paix avec les deux factions. Malheureusement, alors que la conférence commence, une explosion souffle les dignitaires des mages et des templiers ainsi que la tête dirigeante des clercs. Suite à l’explosion, des démons commencent à sortir de failles magiques qui se mettent à émerger en plein ciel partout sur le continent.

 

Une seule personne a survécu à l’explosion. Je vous laisse deviner qui? Smiley Wink

 

Vous êtes donc le nouveau sauveur du continent parce que vous avez sur votre main une marque qui vous permet de fermer ces failles. Seul problème, vous n’avez aucun souvenir de ce qui s’est passé. Deux des anciens assistants du Divin, le chef des clercs, vous enrôlent pour exécuter le dernier ordre de celui-ci: créer une inquisition qui agira indépendamment de la crise, fermera la Brèche et trouvera les coupables.

 

10841910_10152403113421396_6805867949917031125_o.jpg

 

Un bon mélange d’intrigue, action et de bataille entre les factions. Comme c’est souvent le cas dans les jeux de Bioware, vous aurez à faire des choix qui soit vous mettront certaines factions à dos ou bien alors les transformeront en alliés. La grosse différence c’est que vous prendrez ces décisions avec votre conseil de guerre.

 

Vous gagnez des points de pouvoir et d’’influence en complétant des quêtes, quand vous saisissez des campements, fermez des failles ainsi que de plein d’autres façons. Les points de pouvoir sont ensuite utilisés pour obtenir de nouvelles

missions sur la table de guerre qui vous feront progresser l’histoire principale. Les points d’influence quant à eux, vous donneront des avantages dans le jeu.

 

Ensuite, vous devrez choisir quelle mission vous désirez entreprendre. Les plus simples prendront quelques minutes à compléter alors que les plus complexes prendront des heures. Ce qui est très intéressant, c’est qu’elles se complètent par elles-mêmes. Vous décidez quel assistant vous envoyez pour faire votre mission. Vous aimez la méthode douce ? Envoyez votre diplomate. Les secrets sont plutôt votre genre ? L’espion est fait pour vous. Le dernier préfère la méthode forte.

 

10869827_10152403112836396_8329493187725015132_o.jpg

 

 

Quand vos assistants reviennent, leur rapport vous avisera de ce que vous avez gagné. Parfois, vous gagnerez de l’argent, d’autres fois des objets ou bien un nouvel endroit que vous pourrez explorer.

 

Sur le champ de bataille

 

Quand vous vous rendez dans un nouvel endroit, vous devez choisir quels compagnons vous accompagneront. En commençant, vous en aurez trois, une guerrière humaine, un elfe magicien et un nain voleur. Vous en rencontrerez plusieurs autres lords de votre aventure et vous pourrez faire un groupe à votre goût en peu de temps.

 

Le combat est possiblement une des choses que j’ai le plus aimées du jeu. Je suis un amateur de jeux de rôles où chacun joue son tour l’un après l’autre. Dragon Age Inquisition arrive à faire un combat en temps réel et un combat tour après tour en même temps. Si vous avez une rencontre facile, vous pouvez simplement laisser l’ordinateur se charger de contrôler vos personnages non joueurs alors que vous attaquerez votre ennemi directement. Les personnages non joueurs agiront selon les règles que vous leur avez donnés dans les menus. C’est tout à fait génial.

 

 

Si à un moment donné, vous voyez que le combat ne va pas bien et que vous voulez changer de stratégie, vous n’avez qu’à appuyer sur le pavé tactile de la manette du PS4 pour arrêter le combat. Dans ce menu, vous pourrez alors guérir un personnage ou le faire attaquer une autre créature. Quand vos ordres sont donnés, vous appuyez sur R2 pour faire avancer le temps. Si vous le lâchez, le temps s’arrête de nouveau. C’est simple et tellement bien fait.

 

Ne croyez pas que les combats sont simples ou faciles. C’est encore plus complexe quand vous devez tuer des ennemis et fermer une faille en même temps. Ça fait beaucoup de choses à gérer mais c’est un défi intéressant. Vraiment la meilleure partie du jeu.

 

Une présentation impeccable

 

Côté visuel, c’est très bien mais ce n’est pas exceptionnel. Les personnages sont bien faits mais je trouve l’animation un peu minimale. Sinon les environnements sont bien réussis, détaillés et assez grands. Vous êtes complètement libres d’aller où vous voulez dans les missions que vous obtenez. On est loin de Skyrim mais c’est un bon compromis.

 

Les menus sont bien organisés et simples d’utilisation, la musique est bonne mais peu mémorable et il n’y a pas de problèmes avec le jeu ! Cette saison de Noël, ça semble vraiment être l’exception à la règle mais je n’entends personne qui va s’en plaindre. Certainement pas moi !

 

10865818_10152403112706396_7605767159214553478_o.jpg

 

Évidemment, vous pourrez choisir les armes et armures que vous ou vos compagnons portez, quelles habiletés vous choisirez quand vous progresserez comme tout bon jeu de rôle. Le jeu est décidément très complet et on voit bien la marque de Bioware.

 

 

Verdict

 

Il y a tellement de choses à faire dans ce jeu. Vous pouvez modifier vos armures, vos armes, créer de nouvelles potions et trop d’autres choses. Et vous savez quoi, j’ai joué 20 heures et je n’ai même pas encore rencontré un dragon !

 

Le mode multijoueur, je ne l’ai même pas essayé. J’ai passé tout mon temps sur le mode solo. Pour les intéressés, le mode multijoueur propose de courtes missions de 20-30 minutes en mode coopératif à 4 joueurs. Vous gagnerez des points d’expérience pour améliorer vos personnages mais ce mode n’a aucun impact sur le mode solo.

 

Si vous avez des centaines d’heures à passer sur un jeu, en voici un qui a tout. Une mécanique de jeu intéressante, une histoire captivante et une quantité industrielle de choses à faire et à trouver. Aucune surprise qu’il soit le jeu de l’année de tant de monde.

 

Appréciation globale

 

Jouabilité : 5/5

Graphisme : 3.5/5

Son : 4/5

Rejouabilité : 5/5

Note globale : 4.5/5

 

Rendez-vous sur le site de Best Buy pour vous procurer Dragon Age Inquisition. Le jeu est disponible pour PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One et PC

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here