protocol1.jpgC’est un excellent jour pour les amateurs de drones, car aujourd’hui, j’en évalue deux pour le prix d’un : vous allez avoir deux évaluations dans un seul et même article! Je vais parler de l’un ou de l’autre tout au long de mes commentaires, mais je ferai toujours en sorte que vous sachiez duquel je parle.

La plupart du temps, je préciserai Manta ou Dronium. Leur nom correct est le quadricoptère téléguidé à 4 canaux Manta Pro-6 de Protocol et le quadricoptère Dronium de Protocol avec caméra. Le Dronium est le plus grand des deux, et le seul possédant une caméra, ce qui est quand même l’un des aspects les plus sympas. Allons-y!

Premières impressions

protocol Manta sideview.jpgJ’ai découvert les drones Manta et Dronium de Protocol en même temps qu’un autre que j’ai reçu le même jour, plus grand et plus évolué, appelé le Galileo. Ça ne leur a pas forcément rendu service, car le Galileo a un peu volé la vedette à ces deux drones plus petits. Malgré tout, quand j’en suis venu à essayer ces deux modèles, j’ai rapidement été impressionné. Le Manta est probablement le plus joli des deux avec sa finition noire furtive (avec fenêtres rouges). Le Dronium est plus grand, environ 1 pi de diamètre. Il est couleur argent et noir (avec des touches vertes), mais il attire beaucoup moins l’attention que le Manta. Par contre, le Dronium compense largement en offrant précision en vol et caméra HD!

 

Points importants

Combien de temps la configuration de ces quadricoptères prend-elle? Il suffit en fait de recharger la batterie de ces drones pour pouvoir les utiliser. Il faut environ 60 minutes pour recharger le Manta et 75 minutes pour le Dronium. Vous bénéficierez d’un temps de vol de 7 minutes pour le Dronium et de 6 minutes pour le Manta (si l’on en croit le manuel d’instructions). Ce sont des estimations très approximatives.
Quelles sont les piles utilisées dans ces drones et combien en faut-il? Chacun des modèles possède une batterie rechargeable intégrée (3,7 V et 350 mAh pour le Manta); il faut 4 piles AA pour chacune des manettes. Le couvercle de la batterie est fixé sur le drone à l’aide d’une vis. C’est un peu énervant, mais au moins le fabricant a fourni un tournevis.
Quelles sont les caractéristiques de mobilité et de portée de ces drones? Malgré sa petite taille, le Manta Pro-6 peut se déplacer à la vitesse de 7,2 km/h et parcourir aisément une distance de 300 pi. Je pense que les deux drones pourraient aller encore plus loin, mais c’était tout l’espace dont je disposais pour les faire voler. Je n’ai trouvé aucune information sur la vitesse maximale du Dronium, mais durant les tests, j’ai trouvé qu’il allait à peu près aussi vite que le Manta.
Les drones de Protocol offrent-ils des effets sonores et lumineux? Le Manta est doté de petits voyants lumineux clignotants rouges à l’avant sous sa carlingue indiquant dans quel sens il vole et le Dronium possède deux voyants rouges (à l’arrière) et deux voyants verts (à l’avant) qui permettent également de le suivre et de piloter la nuit. Les deux drones émettent les vrais sons des hélices quand ils se déplacent.
Quelle est la tranche d’âge suggérée pour ces drones? Ces drones sont destinés aux utilisateurs de 14 ans et plus. Je suis toujours d’accord avec le choix d’une tranche d’âge plus élevée pour les jouets qui volent. Ils sont capables d’aller très loin et, s’ils ne sont pas super rapides, on peut facilement perdre leur trace et les laisser percuter des objets. Il est préférable de commencer avec le mode de vitesse le plus bas lorsqu’on ne fait que débuter. Les trois drones de Protocol que j’ai testés offrent plusieurs modes de vitesse, ce qui est très appréciable.
En ce qui concerne l’effet impressionnant (sur une échelle de 0 à 5), comment se classent ces drones? Le Manta obtient une note de 3/5 et le Dronium de 4/5 surtout grâce à sa caméra HD incluse et à sa facilité de prise en main comparativement au premier. La caméra apporte vraiment quelque chose en plus, et on ressent cruellement son absence sur le Manta. Regardez ci-dessous la mini galerie de photos comportant un gros plan de la caméra et de sa carte SD.

Essai et jeu
Pour être en mesure d’essayer ces drones, je suis allé plusieurs fois dans les parcs à proximité. Comme pour tous les jouets qui volent, il vous faut beaucoup d’espace autour de vous, même si le Manta est classé comme un modèle d’intérieur et d’extérieur. Par je ne sais quel miracle, j’ai réussi à n’envoyer aucun de ces hélicoptères dans un arbre; c’est une grande première! Je vais parler des qualités de vol de chacun individuellement, à commencer par le Manta.

protocol Manta.pngQuadricoptère Manta Pro-6

Le Manta Pro-6 est un quadricoptère téléguidé à 4,5 canaux; il est aussi le moins stable et le plus imprévisible des deux à piloter. Même si le Manta est un peu plus difficile à contrôler, il peut voler très haut et très loin, et il est bien plus amusant à manœuvrer. L’un des aspects qui nous empêchent de contrôler correctement le Manta est la difficulté qu’on éprouve à voir ses voyants indicateurs quand il est à plus de 50 pi. Vous ne savez plus dans quelle direction il est tourné et du coup, vous êtes un peu désorienté (c’est le cas de le dire) pour les commandes. De plus, vous le perdez facilement (de vue) dans les arbres et même à proximité de lignes haute tension. Quand il se trouve à environ 100 pi de distance et à 50 pi de hauteur, il ne ressemble plus qu’à une fine ligne noire. Dès que vous le faites voler devant un arrière-plan autre que le ciel bleu, vous ne pouvez plus voir le Manta. Il est si petit… Enfin, le Manta est rapide. C’est probablement le plus rapide des 3 drones de Protocol que j’ai essayés, ce qui le rend d’autant plus difficile à maîtriser.

Quadricoptère Dronium

Protocol Dronium.pngLe Dronium est un quadricoptère téléguidé à 4 canaux. Son pilotage est un vrai bonheur. J’ai eu l’impression que le pilotage de ce quadricoptère était très semblable à celui du drone Galileo de Protocol que j’ai évalué la semaine dernière et leurs contrôleurs sont pratiquement identiques (en dehors du fait de sa taille plus petite et de son couvercle de batterie qui est vissé). En fait, même le contrôleur du Manta offre une conception similaire (je parlerai de leurs fonctions plus bas). La caractéristique du Dronium que je préfère, c’est sa caméra HD fixée sous la carlingue. J’ai été en mesure d’enregistrer des vidéos vraiment sympas avec cette caméra, que vous pouvez consulter dans l’évaluation vidéo complémentaire ci-dessous sur le Dronium. Il est important de noter également que la batterie du Dronium est chargée à l’aide d’un câble USB branché directement sur votre ordinateur, ce qui est différent du modèle Galileo plus grand.

Manettes 

Protocol controller.jpgComme je le disais plus haut, les contrôleurs (émetteurs) des deux drones sont quasiment identiques. Ils offrent tous deux la fréquence de 2,4 GHz et sont configurés de la même manière. Celui de droite est le contrôleur du Dronium. Celui du Manta est présenté dans la mini galerie ci-dessous. Les principales commandes sont les manches à balai gauche et droit. Le manche à balai gauche contrôle le décollage et l’atterrissage, ainsi que les différents changements de direction des drones. Celui de droite permet d’avancer, de reculer et de les déplacer latéralement en vol. La touche de la caméra du Dronium se trouve juste à droite du manche à balai gauche. La même touche sur le contrôleur du Manta (qui n’a pas de caméra) permet de gérer la puissance des gaz. Sur les deux manettes, vous avez une touche de vol en mode cascade qui se trouve en haut à droite (sur le bord extérieur), ainsi qu’un écran ACL à l’avant et au centre (au bas de la manette de contrôle). Il y a également un voyant indicateur d’alimentation ovale situé au centre de la manette (près du haut, environ à mi-chemin entre l’antenne et l’interrupteur marche/arrêt, qui est lui-même en plein milieu de la manette de contrôle). La petite touche se trouvant en haut à gauche (sur le bord extérieur de la manette) vous permet de choisir le mode de vitesse élevée ou basse. L’utilisation des deux manettes est assez intuitive, donc quand vous aurez maîtrisé l’une d’elles, vous saurez utiliser l’autre.

 

Pour et contre

Protocol Manta top view.jpgLa plus grande qualité du quadricoptère Manta Pro-6 est sa très grande portée pour un si petit drone (classé pour une utilisation à l’intérieur comme à l’extérieur), comme son grand frère. Je n’aurais pas imaginé que le Manta soit capable de voler aussi loin qu’il le fait, c’est-à-dire jusqu’à 200 et 300 pi (et peut-être plus loin).

Le meilleur atout du quadricoptère Dronium est sa caméra (voir ci-dessous) capable de faire des photos et des vidéos de grande qualité. La carte SD de 2 Go incluse n’offre que la moitié de l’espace de stockage de la carte SD du drone Galileo de Protocol (que j’ai évalué la semaine dernière). Ceci étant dit, elle peut contenir jusqu’à 800 photos et 20 minutes de vidéo, ce qui veut dire que la batterie sera à plat bien avant que vous ayez rempli la carte mémoire!

Protocol Dronium camera.jpgLe plus gros inconvénient du Manta est qu’il n’y a pas de manière facile de retirer la batterie rechargeable et donc, si elle vous lâche, vous ne pourrez pas la remplacer, en tout cas, pas facilement. J’imagine que si je voulais vraiment la retirer, j’y arriverais, mais je ne vois pas de moyen simple de le faire et je n’ai pas envie de casser quoi que ce soit pour y arriver. L’autre inconvénient du Manta est qu’il n’est pas aussi facile à piloter que le Dronium. Je ne veux pas dire que c’est un gros problème. D’ailleurs, on peut s’y attendre avec un modèle qui ne coûte que la moitié du prix du Dronium. Mais il est plus imprévisible, et je n’ai pas réussi à le contrôler aussi bien que l’un ou l’autre des drones plus gros de Protocol.

Le plus gros inconvénient du Dronium … en fait, je ne suis pas sûr qu’il en ait un. En fait, il est très impressionnant. Il vole super bien et possède une caméra très efficace. Comment ne pas l’aimer?

dronium.jpgConclusion 

Voici mon verdict : ces deux drones valent le détour, et je dirai qu’il s’agit surtout d’une question de budget. Le Dronium est presque deux fois plus cher que le Manta. Par contre, si vous aimez le fait de pouvoir faire des photos et des vidéos en vol (et si le Dronium entre dans votre budget), alors c’est peut-être le modèle à choisir. Si vous cherchez surtout à vous amuser en pilotant un quadricoptère sympa, ni l’un ni l’autre de ces drones ne vous décevra, tout en sachant que le Dronium est plus facile à contrôler. Quel que soit votre choix, amusez-vous bien!
Si vous êtes déjà un amateur de drones, ou si vous songez à en devenir un, vous devez jeter un œil à la sélection complète de drones pour amateurs de Best Buy. Vous serez heureux de l’avoir fait!

PARTAGER SUR
Leonard Bond
Originaire de la Nouvelle-Écosse, je vis actuellement avec ma femme à Burnaby, en Colombie-Britannique. J’ai également vécu à Toronto et en Nouvelle-Zélande. J’aime voyager et j’adore la littérature classique et les bons films (surtout les films d’espionnage comme les James Bond et les Jason Bourne). Je collectionne également les jouets et les souvenirs (surtout ceux des Transformers) et je m’intéresse beaucoup aux gadgets et à la technologie de toutes sortes. Je suis intrigué par un tas de choses et c’est la raison de ma présence sur le blogue Branche-toi. Je ne sais jamais quelles choses intéressantes je vais découvrir!

1 COMMENTAIRE

  1. Quelle belle technologie !

    Et à prix très abordable Smiley Happy

     

    C’est un « jouet » que j’aimerais utiliser en campagne, sur le bord d’un lac pour faire des vidéos.

    Cela me permettrait de suivre mes « amis » cerfs de virginie du haut des airs.

     

    Beau produit. J’en veux un !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here