Reflex.jpg

Ça y est! Vous avez fait « le grand saut » et avez fait l’achat de votre premier reflex. Félicitations!

Au début, tous ces boutons et molettes peuvent sembler intimidants, mais ne vous laissez surtout pas impressionner par ces chiffres et ces lettres, car une fois que vous aurez compris à quoi ils servent, vous allez vraiment savoir ce que vous faites, lorsque vous appuyez sur le déclencheur et ainsi entrer dans un univers passionnant!

Vous n’avez pas encore fait le saut? Lisez quand-même, je vous donne aussi des conseils et quelques suggestions de modèles

  

Notions de base

Tout d’abord, il est important de connaître les trois éléments qui constituent l’exposition, afin de prendre le contrôle sur vos photos et ne plus laisser l’appareil décider à votre place.

Exposition-3-ISO.jpgSensibilité ISO : L’ISO représente la sensibilité à la lumière. On voit généralement des valeurs entre 100 et 12800 sur les appareils. Ce que ça signifie, c’est que plus le chiffre est bas, moins le capteur est sensible (parfait pour les photos au soleil). Par contre, plus il fait sombre, plus on doit augmenter cette valeur.

Toutefois, plus on augmente la valeur, plus on risque de voir du « bruit » dans l’image. Le bruit est l’équivalent du « grain » sur les pellicules. Ce sont des artéfacts (ou points) de couleur qui viennent réduire la qualité de votre image.

Pourquoi augmenter l’ISO alors? Parce que parfois, il n’y a pas d’autre solution pour réussir à prendre la photo, ne serait-ce que pour avoir un souvenir, mais rassurez-vous, les appareils reflex offrent généralement une meilleure performance à valeur ISO élevée qu’un appareil compact ou même un hybride, à cause de la taille du capteur (et des pixels qui le composent).

Voici à quoi ressemble du « bruit » dans une image, plus on augmente l’ISO:

ISO 800 (détails présents et flou d’arrière-plan encore très lisse)

Tests-ISO800.jpg

ISO 3200 (on note l’apparition d’artéfacts dans le flou)

Tests-ISO3200.jpg

ISO 12800 (On note la perte de détail et de qualité partout dans l’image)

Tests-ISO12800.jpg

Exposition-2-Vitesse.jpgVitesse : C’est la vitesse à laquelle l’appareil va capter l’image. Plus elle est rapide, plus elle fige le mouvement. Plus elle est lente (disons 1/60 de seconde, 1/10, etc.), plus il risque d’y avoir de flou de bougé, voire du flou causé par votre simple pression du doigt sur le déclencheur! Comment s’assurer de toujours obtenir la bonne vitesse? On peut opter pour une plus grande ouverture (expliquée ci-dessous) ou en augmentant la valeur ISO. Mais le plus simple, c’est encore d’essayer d’ajouter de la lumière à la scène que vous tentez de capter… si c’est possible.

Exposition-1-Ouverture.jpgOuverture : L’ouverture contrôle la quantité de lumière qui entre jusqu’au capteur. La valeur est représentée par un petit f, comme suit : f4, f5.6, f11, etc.

Plus ce chiffre est petit, plus il entre de lumière jusqu’au capteur et la vitesse augmente (on peut faire un parallèle avec les fractions mathématiques : f4 = 1/4, f11 = 1/11… donc une valeur de 1/4 est forcément plus grande que 1/11), plus elle est grande, moins le capteur reçoit de lumière et la vitesse diminue.

Autre aspect de l’ouverture, c’est que plus on choisit une grande valeur (f2.8, f4…), plus on peut créer du flou en avant ou arrière-plan de notre sujet. Pour un paysage, c’est l’inverse, on ferme le diaphragme f11, f16…) et toute la scène est nette – mais nécessite de la lumière! On parle alors ici de « profondeur de champ » ou de « zone de netteté », qui varie selon l’ouverture choisie.

Pour encore plus de détails et des conseils au sujet des trois éléments qui constituent l’exposition, consultez ce texte que j’ai écrit il n’y a pas si longtemps.

5tips_Mode_Dial.jpgLes modes photographiques

Sur votre appareil reflex se trouve une molette des modes. Maintenant que vous prévoyez faire de la photo un peu plus sérieusement, grâce à votre nouvel appareil, vous voudrez vous concentrer sur les 3 modes suivants : Ouverture (A ou Av, selon la marque), Vitesse (S, T ou Tv, selon la marque) ou Manuel (M).

Peu importe le mode choisi, vous aurez aussi le choix d’opter pour une valeur ISO fixe ou automatique. À vous de voir si l’appareil répond bien, selon le mode choisi. De plus, si l’appareil le permet, fixez une valeur ISO maximale à 800 ou 1600 (la valeur qui donnera le moins de « bruit »), afin d’éviter que l’appareil ne monte jusqu’à 6400 ISO et ne vous donne des images de piètre qualité.

Le mode Ouverture vous permet de régler l’ouverture de façon manuelle, mais c’est l’appareil qui ajustera la vitesse en conséquence, pour éviter une surexposition ou sous-exposition. Pratique si vous voulez créer un flou en arrière-plan (grande ouverture) ou photographier un paysage (petite ouverture).

Le mode Vitesse, à l’inverse, vous permet de choisir une vitesse et l’appareil pourra gérer l’ouverture. Pratique si vous voulez absolument figer une voiture de course, les battements d’ailes d’un oiseau, etc.

Le mode Manuel, lui, vous donne le contrôle sur la vitesse ET l’ouverture. Vous avez donc le plein contrôle.

Vous ne savez pas lequel utiliser pour commencer? Allez-y avec le mode ouverture (A ou Av) et expérimentez sur la même photo avec des ouvertures différentes. Vous verrez son impact sur la vitesse ainsi que la zone de netteté et comprendrez rapidement l’importance de l’ouverture.

RAW_vs_JPEG.jpgRAW ou JPEG?

C’est la question à 100$… à laquelle j’ai une solution toute simple : si vous pouvez vous permettre d’acheter des cartes SD de 16 Go ou plus, optez sans hésiter pour la prise de photos  « RAW+JPEG ». Les fichiers RAW sont des fichiers lourds, non compressés (contrairement aux fichiers JPG), qui contiennent toute l’information de votre photo. C’est un peu comme un négatif numérique, que vous pourrez développer plus tard, avec un logiciel comme Lightroom d’Adobe.

Et croyez-moi, même si vous ne vous y intéressez pas au début, parce que vous n’avez pas le temps, que vous n’y connaissez rien, peu importe la raison, le jour où vous changerez d’avis (parce que ça pourrait fort bien arriver), vous serez très heureux d’avoir conservé des fichiers sur lesquels vous pouvez travailler : corriger la balance des blancs, la saturation des couleurs, etc.

Certes, vous pouvez le faire dans Photoshop ou un autre logiciel, mais un fichier JPEG vous offre moins de latitude, parce que les données sont compressées et qui dit compression, dit perte d’information.

Objectifs

Un bon boitier, c’est bien, mais un objectif, c’est encore mieux! Si vous achetez un appareil reflex et n’utilisez que l’objectif de base qui était vendu avec l’appareil, vous risquez de passer à côté de clichés incroyables. En effet, certains objectifs sont spécialisés et offrent une meilleure qualité d’image encore. Par exemple, un objectif 50mm f1.8 pour faire de la photo de portrait vous donnera de bien meilleurs résultats qu’une photo prise à 50mm avec votre objectif de base, surtout lorsqu’il est question de profondeur de champ, mais aussi de qualité optique. Preuve ci-dessous.

Première photo avec objectif 24-70mm f4 (à f4) OSS Zeiss

ComparatifObj-2470f4.jpg

Seconde photo avec objectif 55mm f1.8 (à f2.8) Sony

ComparatifObj-55f28.jpg

Remarquez la différence de précision dans les cheveux, alors que le premier objectif est pourtant un peu plus fermé et devrait donc offrir PLUS de précision (une plus grande zone de netteté) que sur la 2e photo… et ce n’est pas une question de vitesse qui aurait pu rendre le sujet plus flou, puisque les photos ont été prises à l’extérieur, avec une vitesse d’environ 1/2000 de seconde chacune.

Il existe aussi des objectifs offrant un plus grand zoom, par exemple, un objectif 55-250mm pour Canon ou un 55-200mm pour Nikon … et sachez qu’il existe plusieurs niveaux de qualité dans les zooms, notamment au niveau de l’ouverture maximale ou fixe sur toute la plage focale, comme cet objectif 24-105mm f4 pour Canon, beaucoup plus cher que les exemples ci-dessus, à cause de son ouverture maximale fixe à f4. À considérer avant d’acheter un objectif moins performant juste à cause du prix… et le regretter plus tard.

D’ailleurs, voici les 5 types d’objectifs essentiels pour le photographe, ainsi que le guide ultime pour faire la distinction entre les différents modèles, selon les chiffres et lettres qui y sont inscrits.

Accessoires

Avec un tel appareil, vous aurez intérêt à vous procurer quelques accessoires, comme un sac photo, afin de protéger votre investissement.

Mais quel sac choisir? Il n’y a pas de réponse unique : tout dépend de la quantité d’équipement (objectifs, flash et accessoires) que vous possédez ou prévoyez posséder.

Il est toujours bon aussi d’avoir un sac plus compact (voire presque un étui) pour n’y ranger que votre appareil, équipé de votre objectif de prédilection, ainsi qu’une carte mémoire et une batterie supplémentaires.

Par exemple, je me sers d’un sac Rezo TLZ20 de Lowepro, lorsque je veux de la mobilité, alors que j’utilise un sac style « messager » comme ceux-ci, lorsque je veux avoir plus d’équipement avec moi. Il suffit de vérifier que le sac contient assez d’espace et de compartiments (et pochettes) pour y ranger votre équipement.

Du côté des cartes mémoires, je vous suggère fortement une carte de 8 Go ou 16 Go de Classe 10 et UHS-1 (vous verrez le petit « U » avec le chiffre « 1 » à l’intérieur). Ce sont les cartes SD les plus performantes et les prix baissent constamment. La preuve, j’ai même acheté DEUX cartes 32 Go de ce type, récemment, lors d’une vente. Smiley Happy

CartesSD_Macro.jpg

L’achat de filtres peut aussi être un choix intéressant. Si vous faites beaucoup de photo extérieure, un filtre polarisant est presque nécessaire. Sinon, des filtres à densité neutre peuvent aussi vous aider à créer des effets intéressants en photo.

Un flash externe peut être intéressant si vous photographiez toujours à l’intérieur ou dans des endroits sombres. Voici d’ailleurs quelques conseils pour savoir quel flash acheter et comment l’utiliser.

Enfin, aussi peut s’avérer être un excellent achat, surtout si vous photographiez beaucoup de paysages, la lune ou beaucoup de photo de portrait, puisqu’un trépied stabilise votre appareil et vous permet de faire de la photo dans toutes les conditions d’éclairage. Pensez toutefois à prendre un trépied pouvant supporter le poids de votre appareil avec un gros objectif (tentez de prévoir, si vous n’en avez pas déjà un).

SV_SamiaGraphie.jpg

Le début d’une longue aventure…

L’achat d’un appareil reflex, c’est le début d’une longue aventure. Dans mon cas, ça fait déjà plus de 5 ans et plus le temps passe, plus j’en apprends et plus je suis passionné!

J’espère que ces quelques conseils vous aideront à mieux apprivoiser votre appareil, et ce que ceci vous aidera à aimer faire de la photo.

Un conseil en terminant : essayez de toujours transporter votre appareil avec vous, sinon vous allez finir par l’oublier dans son sac, au fond du placard et ça, ce serait tragique.

Vous n’avez pas encore acheté d’appareil reflex? Ne comparez pas uniquement des prix. Comparez les caractéristiques: nombre de collimateurs croisés pour l’autofocus (plus rapide), enregistrement vidéo HD, écran tactile ou non (si c’est important pour vous), écran inclinable ou pivotant, connectique Wi-Fi (pour partager facilement vos photos), etc.

Voici deux modèles que je qualifierais de « valeurs sûres », si vous cherchez un bon appareil reflex sans tomber dans les modèles « pro » :

(c) 2011 SamiaGraphie

PARTAGER SUR
Stéphane Vaillancourt
Stéphane écrit à propos de la technologie depuis 1999. Son blogue LeTechnophile.net se passe désormais de présentations. Depuis 2010, il a collaboré avec Branchez-Vous, Canoë, Sympatico, ainsi que le magazine Protégez-Vous, en plus de participer à plusieurs émissions de radio et de télé. Passionné de photographie, il anime le podcast Objectif Numérique qui compte actuellement une centaine d’épisodes.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here