LG tente de se démarquer de la compétition avec le G7, un téléphone au design familier mais qui, sous le capot, cherche à renouveler la façon d’utiliser un téléphone intelligent. Le suffixe « ThinQ » dans le nom du G7 fait référence à l’intégration de celui-ci à la stratégie de LG en matière d’intelligence artificielle pour le domicile, qui inclut aussi des électroménagers, des hauts-parleurs, des robots, et sans doute encore bien d’autres surprises qui viendront bientôt s’ajouter à cet écosystème en développement. Le téléphone comporte donc des fonctions « intelligentes », notamment en ce qui concerne la caméra.

Cliquez ici pour regarder la critique vidéo (en anglais seulement)


LG G7 ThinQ

Écran: panneau IPS de 6.1 pouces, résolution QHD de 3120 x 1440 QHD, 564 pixels par pouce
Système d’exploitation: Android 8.0 Oreo
Processeur: Snapdragon 845 (64 bits, 8 coeurs) cadencé à 2.8GHz + 1.7GHz
Mémoire: 4Go RAM, 64Go de stockage (extensible à 512Go avec carte microSD)
Caméras: 16 mégapixels + 16 mégapixels (grand angle), caméra frontale de 8 mégapixels
Vidéo: enregistrement 4K
Batterie: 3000mAh (non amovible)
Connectivité: LTE, Wi-Fi, Bluetooth 5.0, A-GPS, NFC, microUSB, lecteur d’empreintes digitales, résistance à l’eau et à la poussière IP68
Dimensions: 6.03 x 2.83 x 0.31 pouces
Poids: 162 grammes
Disponible en noir aurore et en gris platine


Design

Le design du G7 s’inspire fortement de ceux de ses prédécesseurs le G6 et le V30. Avec ces téléphones, LG avait adopté un boîtier tout en verre mettant en vedette un grand écran aux proportions uniques. Il s’agissait d’un choix judicieux de la part d’une entreprise qui avait été critiquée par le passé pour des décisions discutables en matière de design. Résultat: le G7 est un téléphone tout à fait attrayant, même s’il ne fera pas tourner les têtes.

Ce qui attire l’attention cette fois-ci, c’est l’entaille au haut de l’appareil; quelque chose d’à peu près inévitable de nos jours. Une lunette plus mince et des bordures légèrement incurvées donnent à l’appareil un style plus soigné. À l’arrière, aucune surprise: deux lentilles et un lecteur d’empreintes digitales juste en bas. Le bouton d’alimentation est à droite, et les boutons de contrôle du volume, à gauche. La prise pour écouteurs, le port USB-C et le haut-parleur sont en bas.

Un nouveau bouton sur le côté gauche de l’appareil agit comme un raccourci vers l’Assistant Google. Garder le bouton enfoncé transforme en quelque sorte le téléphone en talkie-walkie et vous permet de parler à l’Assistant sans interruption. Double-cliquer sur le bouton invoque la « lentille Google », plate-forme de réalité augmentée assistée par intelligence artificielle annoncée récemment.

Sous le capot, le téléphone utilise le jeu de puces Snapdragon 845 avec 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage. Des spécifications assez standard, quoique la résistance à l’eau et à la poussière IP68 et la compatibilité avec la recharge sans fil constituent des ajouts intéressants.

L’écran est clairement supérieur à ceux des téléphones LG précédents, surtout ceux de la série G. L’écran ACL du G6 manquait de tonus. Celui-ci en regorge; il s’agit de l’un des plus brillants disponibles sur un téléphone, toutes catégories confondues.

Un délice pour l’oreille

Depuis quelques années, les appareils LG se distinguent constamment par la qualité de leur performance sonore. Cela a commencé, à partir du modèle V20, avec les enregistrements réalisés à l’aide du microphone intégré. Par la suite, la compagnie s’est attaquée avec succès à la qualité du rendu audio de ses téléphones.

Le G7 offre une prise pour écouteurs, ce qui fera plaisir à ceux qui privilégient toujours la connexion filaire. Mais il propose surtout le convertisseur numérique-analogique Quad DAC qui fait les délices des amateurs de musique depuis l’époque du G5. Normalement, je ne prête pas beaucoup d’attention aux écouteurs boutons vendus avec les téléphones, mais ceux de LG exploitent efficacement ce matériel et donnent des résultats étonnants. Si vous avez une bonne paire d’écouteurs filaires, vous remarquerez une amélioration notable de la qualité sonore avec le G7.

Les hauts-parleurs du téléphone ont aussi reçu le même traitement de faveur. Bien que LG n’ait pas réussi à inclure des hauts-parleurs stéréo, l’utilisation du boîtier du téléphone comme amplificateur réussit à produire un effet intéressant. Le volume et la résonance augmentaient lorsque je déposais le téléphone sur une surface dure, comme le bois, le granit ou même le verre. Sur une boîte vide, le son était aussi fort agréable.

Des applications d’égalisation du signal audio peuvent toujours aider à améliorer le rendu, et LG offre ses propres réglages dans les paramètres d’utilisation. Je recommande d’expérimenter avec ceux-ci, surtout si vous écoutez de la musique ou des balados avec un casque d’écoute sur une base régulière.

Performance et logiciel

Le logiciel a longtemps été le point faible de LG. Pas tellement parce qu’il manquait des fonctions, mais plutôt parce que le design et la fonctionnalité manquaient parfois de raffinement. Lentement mais sûrement, LG a rectifié la situation. Mais cette fois-ci, pas de changements drastiques. Si vous êtes familier avec le V30, vous serez en terrain connu avec le G7.

Le téléphone roule sous Android 8.0 mais je n’ai pas vraiment remarqué de différence majeure comparativement au V30. Les applications préinstallées sont à peu près les mêmes elles aussi. La navigation est essentiellement inchangée. Une chose m’a cependant dérangé: l’application Facebook est préinstallée et ne peut pas être complètement effacée. Désactivée, oui, mais pas effacée. Ce qui est déconcertant, quand on considère toute la publicité négative que le réseau social a reçue cette année.

La vitesse de fonctionnement et la stabilité de l’appareil sont correctes, et je ne crois pas qu’il y aura beaucoup d’usagers qui trouveront à s’en plaindre. L’habillage visuel de LG n’a pas le même panache que celui d’un Google Pixel 2, par contre, alors je concède qu’il pourrait falloir un certain temps d’adaptation pour s’en accommoder. Surtout si vous n’avez jamais utilisé un téléphone LG auparavant.

Malgré le qualificatif « ThinQ » attaché au G7, on ne rencontre que peu ou pas de fonctionnalité d’intelligence artificielle pendant l’utilisation courante de l’appareil. Le bouton dédié à l’Assistant Google a son utilité, mais il ne fait pas vraiment partie d’une stratégie cohérente de LG en matière de fonctions avancées. Il s’agit plutôt d’un boni complémentaire.

Tout compte fait, le G7 a la puissance nécessaire pour remplir toutes les tâches que l’on souhaite confier à un solide téléphone multitâches: productivité, lecture en flux continu, jeu vidéo, etc. Son application d’enregistrement audio est aussi excellente, et tout à fait recommandable si vous devez capter des entrevues ou des cours magistraux. Un syntonisateur FM intégré reçoit la radio gratuitement sans gruger votre forfait de données, mais étrangement il ne fonctionne qu’avec des écouteurs branchés.

Caméra

C’est ici que l’étiquette ThinQ de LG entre véritablement en jeu. La fonction AI Cam intégrée à la caméra suggère des réglages appropriés en fonction de ce qu’elle détecte dans la scène à capter. Une fonction qui pourrait grandement faciliter la vie d’un photographe ou d’un vidéaste débutant.

Après avoir choisi un mode et pointé la caméra vers une scène, des mots apparaissent à l’écran en fonction de ce que l’intelligence artificielle voit. L’idée de base consiste à régler la caméra selon la partie de la scène que l’on veut mettre en valeur. De plus, la caméra offre des filtres intelligents qui ajoutent du tonus aux photos.

La caméra arrière est la même que sur le V30. LG a cependant fait un choix judicieux en utilisant le même capteur d’images (mais avec une ouverture légèrement plus faible, à f/1.9) pour la lentille grand angle. Cette lentille est l’une des fonctions vedettes des téléphones haut de gamme de LG et la qualité de ses images a encore été renforcée sur le G7. La principale raison, outre le capteur de qualité supérieure, est la réduction de l’angle à 107 degrés plutôt que 120 ou 125 comme auparavant.

Même la caméra avant a reçu une mise à jour considérable, avec un capteur de 8 mégapixels et de meilleures composantes optiques.

Il y a aussi le mode Super Bright (« super brillant ») qui tente d’illuminer une scène trop sombre en fusionnant des pixels dans le capteur pour ne saisir que 4 mégapixels plutôt que 16. Des pixels plus gros captent plus de lumière, ce qui justifie cette décision, mais l’effet aurait bénéficié d’un capteur de bien plus grande surface. Le résultat est correct à l’écran du téléphone, mais on remarque rapidement le manque de précision lorsque l’on grossit l’image.

Bref, la caméra est bonne mais elle n’est pas significativement supérieure à ce que l’on pouvait trouver dans les modèles précédents. Les fonctions d’intelligence artificielle sont bienvenues mais elles ne produisent pas des résultats particulièrement remarquables. Si l’on considère le marché dans son ensemble, les caméras des téléphones progressent de plus en plus vite, et LG aurait pu faire un effort supplémentaire pour suivre la parade.

Autonomie de la batterie

La batterie de 3000 mAh du G7 est modeste par rapport à ce que l’on retrouve habituellement aujourd’hui, mais j’ai été agréablement surpris de sa performance. Je me suis servi de l’appareil de manière assez costaude pendant une journée de travail complète sans avoir à me soucier de le brancher. Avec un usage modéré, on peut aisément étirer l’autonomie du G7 à une journée complète et le recharger la nuit ou le lendemain matin.

On retrouve un chargeur Quick Charge 3 dans la boîte, mais LG a aussi doté le G7 de la compatibilité avec Quick Charge 4. Avec Quick Charge 3, il suffit de quinze minutes pour récupérer environ 50% de l’autonomie totale de la batterie. Si vous pouvez mettre la main sur un chargeur Quick Charge 4, vous pourriez obtenir le même résultat plus vite, peut-être en cinq minutes seulement.

Derniers commentaires

Bien qu’il soit étiqueté ThinQ, le plus récent téléphone de haut de gamme de LG ne représente qu’un changement modeste par rapport à son prédécesseur. Oui, il est vrai qu’on pourrait émettre le même commentaire au sujet de presque tous les téléphones. Mais il demeure que les nouvelles fonctions et pièces ajoutées au G7 ne changeront pas forcément la manière de s’en servir, du moins pas pour tous les usagers. Si vous croyez qu’elles le feront dans votre cas, le G7 est peut-être l’appareil que vous cherchez.

Ceci dit, il est vrai que LG n’avait pas besoin de tout chambarder. Mais les ajustements appropriés aux bons endroits auraient pu faire une différence. Le mode Super Bright, par exemple, aurait été beaucoup plus intéressant si on l’avait combiné à un très grand capteur d’images. La photographie nocturne et à basse illumination est difficile à réaliser avec un téléphone, et LG avait l’occasion de se démarquer comme peu l’ont fait auparavant.

Le bouton dédié à l’Assistant Google est une bonne idée, compte tenu de sa performance. Mais les fonctions d’intelligence artificielle ne sont pas vraiment révolutionnaires; espérons que LG publiera des mises à jour qui bonifieront cet aspect du G7 à l’avenir.

Le G7 ThinQ de LG est disponible dès maintenant.

PARTAGER SUR
Je suis chanceux d’occuper un emploi génial qui me permet de suivre et de rapporter les activités d’une des industries les plus excitantes au monde. J’ai eu l’occasion d’écrire sur les technologies pour de nombreuses publications, dont The Globe and Mail, Yahoo! Canada, CBC.ca, Canoe, Digital Trends, MobileSyrup, G4 Tech, PC World, Faze et AppStorm. J’ai aussi fait des apparitions à la télé en tant qu’expert des technologies pour Global, CTV et The Shopping Channel.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here