Binding of Isaac pochetteThe Binding of Isaac est un jeu particulier. J’en ai souvent entendu parler par mes amis comme étant un jeu intense et émotif en même temps. Le jeu d’action à saveur rétro offre un défi extrême avec ses nombreux tableaux apparaissant aléatoirement. On s’attache à Isaac, l’enfant abandonné par sa mère évoluant dans un monde étrange et sanglant, comme si on l’accompagnait dans ses cauchemars. Voici mon expérience dans The Binding of Isaac : Afterbirth+, un jeu hors du commun sorti tout récemment pour la Nintendo Switch.

The Binding of Isaac : Afterbirth+ est développé et publié par Nicalis

Date de parution : 16 mars 2017
Style : Action / Aventure
Plateforme : version Nintendo Switch
Modes de jeu disponibles : solo / multijoueur local (2 à 4 joueurs)
Classement ESRB : M (Mature, 17 ans et plus)
Langue d’exploitation : Jeu disponible en anglais seulement

La malheureuse histoire d’Isaac

Binding of Isaac 3Isaac est un jeune enfant qui vit seul avec sa mère. Ils sont heureux. Isaac s’amuse avec ses jouets alors que maman regarde des émissions chrétiennes à la télé. Ceci met la table sur l’aura entourant le jeu, commençant par le prénom de notre protagoniste qui semble faire référence à l’épisode biblique Ligature d’Isaac (en anglais Binding of Isaac).

Un peu à l’image du message envoyé par Dieu à Abraham, la mère d’Isaac entend une voix de l’au-delà qui l’informe que son fils est impur et qu’elle doit agir. Elle lui enlève ses jouets, ses vêtements et l’enferme dans sa chambre. Ceci n’étant pas suffisant pour l’Être suprême, elle est appelée à se débarrasser de l’enfant. Isaac entend cela et parvient à entrer dans la trappe du plancher. Avant même de savoir si, comme pour Abraham, cette voix surnaturelle aurait finalement permis à sa mère de l’épargner, Isaac se retrouve prisonnier au sous-sol. Cette histoire est triste comme tout. Isaac est laissé à lui-même, pleurant sur son sort et laissé complètement sans défense. C’est à que le jeu commence où l’on parcourt les étages du sous-sol y affrontant ses monstres pour réussir à s’en échapper.

Parcourir des donjons s’affichant de manière procédurale

Dans un labyrinthe qui se dévoile à mesure qu’on passe chaque porte, on doit se rendre au gardien de chaque étage pour descendre à l’étage inférieur. On contrôle Isaac librement avec les flèches ou le bâton analogique gauche alors qu’on tire avec les commandes de droite. Isaac est un enfant sans défense. Ses armes sont donc ses larmes qu’il lance vers les monstres dans les quatre directions. Nous devons donc utiliser les quatre boutons du pavé selon la direction vers où on veut lancer un projectile.

Binding of Isaac 5Des objets spéciaux vont soit nous aider en fortifiant notre personnage, nous freiner ou même nous tuer. La découverte est un aspect important dans The Binding of Isaac où il faut parfois tester un nouvel objet pour savoir ce qu’il peut faire. Il ne faut pas se décourager en y allant d’essai et erreurs car cela fait partie de sa jouabilité.

Présenté de manière aléatoire, on va ramasser des bombes, des clés et une multitude d’objets spéciaux qui permettront à Isaac de mieux affronter ses ennemis. Débutant avec un seul explosif et aucun argent pour en acheter d’autres, le jeu est très difficile et avant de bien connaître sa mécanique, je recommençais souvent. Heureusement, Il n’y a pas vraiment de redondance car les tableaux sont toujours différents, de même que les ennemis auxquels on fait face. Même pour les gardiens d’étage, il y a une rotation concernant ceux que l’on rencontre. Si je finissais par reconnaître ceux que j’avais déjà croisés, on est toujours surpris de savoir qui sera le prochain.

Survivre dans un univers sanglant

J’appellerais presque ce titre un jeu de survie tellement survivre dans une pièce pour réussir à se rendre à la suivante est l’essence même du jeu. Tant qu’on n’arrive pas tout en bas, on recommence du début. Tout le temps. Les développeurs se font un malin plaisir de nous rappeler comment s’est déroulée notre partie en affichant les détails de notre parcours. On sait combien de temps on a passé dans une manche, qui on a vu, combien de monstres on a tué et surtout, contre qui on a fini par échouer. Mourir devant une mouche est assez gênant… On perd tout ce que qu’on accumule, ne conservant que l’expérience de jeu venant avec la pratique qui, à force de jouer nous rend meilleur pour la suite.

L’approche minimaliste d’un jeu indépendant

Ayant été développé de manière indépendante par les créateurs Edmund McMillen et Florian Himsl, on remarque l’approche rétro du jeu. Les tableaux sont simples, en vue de haut en 2D, le tout présenté dans une palette de couleur minimaliste et sanglante. C’est fou de voir toutes ces taches rouges au sol quand on finit un combat! Ajoutez à cela la musique composée par Danny Baranowsky qui complète l’ambiance à merveille. Elle est subtile et parfaitement intégrée aux sons du jeu.

Du multijoueur local ? Oui, mais comment faire ?

Pour cette version Switch de The Binding of Isaac, on peut jouer en multijoueur coopératif local jusqu’à quatre joueurs. Ceux-ci partagent les cœurs du héros donc par exemple, un deuxième joueur retire un cœur à Isaac pour l’accompagner dans les donjons.

Étant donné que j’ai dû aller voir sur internet pour trouver comme ajouter des personnes supplémentaires à ma partie, je vous donne la marche à suivre. En fait, il faut s’assurer d’abord d’avoir deux manettes branchées à la Switch :

  • Dans le menu Switch, allez dans l’onglet Manettes > Changer le style / l’ordre.
  • Pour chaque manette, appuyez en même temps sur SL et SR
  • Retournez dans le jeu et lancer une partie.
  • Une fois entré dans le donjon, le deuxième joueur appuie sur + ou – (selon s’il a un Joy-Con gauche / droit ou le contrôleur Pro)
  • Il choisit finalement son personnage dans la sélection en haut à droite de l’écran et arrive en renfort.

Des défis quotidiens

Binding of Isaac 7Chaque jour, une épreuve de survie spéciale est offerte où notre résultat est classé avec les autres joueurs en ligne. Le but est d’accumuler un maximum de points durant une partie où l’on possède plusieurs objets prédéfinis. Expérimenter les possibilités pour Isaac quand je réussirai à m’avancer dans ma partie solo est une belle manière pour moi de voir ce que le titre a à offrir dans son ensemble. Pour changer de la routine, je peux aussi plonger dans des défis additionnels où j’aurai une contrainte à respecter. J’aime bien notamment celui où l’on joue dans le noir ou encore celui qui nous permet de lancer des rayons électriques. Ça rend le parcours un peu plus facile car le rayon réfléchit sur les murs et entre les ennemis pour les faire éclater plus rapidement.

Impressions générales

The Binding of Isaac : Afterbirth+ a beaucoup à offrir. Les possibilités de jeu sont presque infinies et c’est le type de jeu où j’aime bien passer du temps. On peut y jouer pour de courtes périodes et j’essaie toujours de me rendre le plus loin possible. La présentation des donjons étant différente à chaque essai, le défi est d’autant plus grand. Le jeu est difficile, ne laissant aucune de place à l’erreur et la mort est inévitable.

Binding of Isaac 4Bien qu’il ne soit pas fait pour tout le monde par son approche sanglante, minimaliste et l’absence de scénario concret, The Binding of Isaac : Afterbirth+ demeure un incontournable. Le titre a un bon succès auprès de la communauté depuis son lancement sur PC il y a déjà 5 ans et de le voir arriver en version boîte sur Nintendo Switch est une excellente acquisition pour la console.

+ La multitude de tableaux aléatoires
+ Une foule d’objets à trouver
+ Son approche unique d’une mécanique classique
+ À cause de ses animations, on s’attache au sort de notre malheureux protagoniste
– On remarque la pixellisation du graphisme sur le téléviseur
– Jeu disponible en anglais seulement

ÉVALUATION GLOBALE

Expérience de jeu : 4/5
Graphisme : 4/5
Son : 4/5
Durée d’intérêt/Rejouabilité : 5/5

Note globale : 4/5 (82 %)

Procurez-vous The Binding of Isaac : Afterbirth+ pour la Nintendo Switch

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here