G7 One de LG

Le G7 One de LG est un téléphone intelligent moyen de gamme qui fonctionne sous Android de base. Pour que ce mariage réussisse, il vous faudra faire quelques compromis.

Si vous êtes un peu confus au sujet de ce téléphone, sachez que la situation peut s’expliquer plutôt simplement. Le G7 ThinQ est le téléphone vedette que LG a lancé au printemps. Quant au G7 One, il est le dernier modèle de LG faisant partie du programme Android One de Google, dans le cadre duquel, en somme, les téléphones de divers fabricants concourent à un même objectif : accroître l’utilisation d’Android de base.

Android de base est une version non modifiée du système d’exploitation Android. Certains appareils Android sont dotés d’interfaces utilisateur distinctes. En cela, ils ne sont pas différents de ceux fabriqués par Samsung, LG, Huawei, BlackBerry et d’autres, qui souscrivent à la même tendance.

Cliquez ici pour voir la vidéo (en anglais seulement)

Un G7 différent


Pixel 3 de Google : Caractéristiques

Display: Écran ACL IPS de 6,1 po, d’une résolution de 3120 x 1440, d’un rapport de forme de 19,5:9 et de 563 pixels par pouce
OS: Android 9.0 Pie
Processor: Processeur octocœur 64 bits Snapdragon 835 de 2,35 GHz + 1,9 GHz
Memory: Mémoire vive de 4 Go, 32 Go d’espace de stockage (extensible jusqu’à 512 Go avec carte microSD)
Camera: Caméra arrière de 16 Mpx avec stabilisation optique de l’image, caméra avant de 8 Mpx
Video: Enregistrement vidéo 4K
Battery: 3000 mAh (non amovible)
Connections: LTE, Wi-Fi, Bluetooth 5.0, A-GPS, CCP, chargement rapide, USB-C, lecteur d’empreintes digitales
Dimensions: 6,03 x 2,83 x 0,31 pouces
Weight: 156 grammes
Offert en noir


Le G7 One est une version simplifiée du modèle phare de LG. Pour qu’il soit classé sans conteste dans le moyen de gamme, LG a dû remplacer beaucoup de ses composants. Par exemple, l’arrière de l’appareil présente un fini noir mat bien différent du fini verre chic du G7 ThinQ. D’autre part, bien que le jeu de puces Snapdragon 835 ait connu un grand succès l’année passée, c’est la version 845 qui est utilisée dans le ThinQ. Ça ne fait pas une grande différence si vous ne recherchez pas le modèle avec les caractéristiques les plus récentes et les plus impressionnantes.

Le G7 One est équipé d’un écran dont les dimensions et le type sont les mêmes que celui du G7 ThinQ. Autrement dit, il affiche des images aussi nettes et brillantes que le G7 ThinQ. Chaque côté est pourvu des mêmes boutons que la version haut de gamme. L’un de ces boutons, situé sous les commandes de volume, permet de lancer l’Assistant Google, l’assistant virtuel très connu de Google. Appuyer deux fois sur le bouton marche/arrêt, situé sur le côté opposé, permet d’activer la caméra, même si le téléphone est en mode veille.

Il n’y a qu’un seul objectif à l’arrière, contrairement au G7 ThinQ, qui en possède deux. La caméra avant ne présente aucune différence d’un modèle à l’autre. Ce qui diffère, cependant, est le logiciel utilisé, qui est dépourvu de certaines fonctions essentielles offertes par le G7 ThinQ.

L’autonomie de la batterie est la même, ainsi que d’autres éléments, notamment la prise pour écouteurs, le port USB-C, le capteur d’empreintes digitales et le haut-parleur unique au bas de l’appareil. Enfin, le G7 ThinQ permet des enregistrements audio de qualité grâce à la présence de nombreux micros, possibilité que n’offre pas le G7 One.

Performance

Le G7 One de Google, parce qu’il est optimisé par Android de base, fait d’autant plus penser aux téléphones Pixel de Google. Comme le G7 One ne dispose pas de l’interface utilisateur UX de LG, la navigation sur ce téléphone porte moins, logiciellement parlant, la signature de LG.

L’unité que j’ai testée fonctionnait sous Android 8.1 Oreo. Mais, depuis, LG a déployé la mise à jour 9.0 Pie sur ses appareils. LG garantit deux années de mises à jour logicielles et trois ans de mises à jour de sécurité. Malheureusement, la mise à jour Pie, bien qu’elle ait été très proche du lancement du téléphone, compte comme l’une des mises à jour. Autrement dit, il reste une autre mise à jour Android Q l’année prochaine; après, il n’y aura plus que des mises à jour de sécurité mensuelles.

La bonne nouvelle, c’est que le G7 One a profité de la mise à jour avant le G7 ThinQ. En effet, ce dernier, au moment de la rédaction de cette évaluation, n’en est toujours pas doté. De plus, il s’agit de l’un des seuls appareils à avoir reçu la mise à jour en 2018, aux côtés des téléphones Pixel, Essential et OnePlus 6/6T.

Le passage d’Oreo à Pie n’est pas d’une importance capitale, mais constitue néanmoins une bonne nouvelle. Android de base semble tout simplement plus léger que les autres versions d’Android. En plus d’être d’une grande simplicité, il permet de gagner de l’espace de stockage puisqu’il est dépourvu d’applications préchargées installées par le fabricant ou le fournisseur.

g7 one

Vidéo et luminosité de l’écran

Comme pour le G7 ThinQ, la luminosité de l’écran du G7 One est exceptionnelle. L’intensité lumineuse peut atteindre 1000 nits, contre à peine 800 pour la plupart des téléphones. La luminosité de ce téléphone, lorsqu’elle est réglée à 60 %, semble plus intense que celle d’autres téléphones lorsqu’elle est à 80 ou 90 %. C’est très prometteur pour une utilisation dans des conditions de grande luminosité, comme lorsqu’on est sous le soleil, et pour le visionnement de vidéos.

Le G7 One prend en charge la lecture vidéo HDR. Et même s’il n’est pas le meilleur sur le marché, j’ai bien aimé visionner du contenu sur cet écran. Les noirs profonds et les blancs lumineux ont révélé plus de détails dans les films et les programmes compatibles avec cette fonctionnalité. Le spectre lumineux de l’écran a amélioré la qualité visuelle dans tous les contextes, même lorsque les vidéos ou les images n’étaient pas belles. De jour comme de nuit, à l’intérieur comme à l’extérieur, la qualité demeurait uniforme.

Il en va de même pour les jeux vidéo. Le processeur date déjà d’un an, mais il n’en est pas moins performant. Alors, jouer à des jeux sur le G7 One ne devrait poser aucun problème. Pour ma part, je n’ai jamais rencontré de problèmes dignes de mention à cet égard.

g7 one

Caméra

Par rapport à la caméra du G7 One, j’en suis venu à une conclusion ambivalente, que j’aimerais assortir d’une mise en garde. Bien que la caméra arrière soit dotée du même capteur et du même objectif que ceux de la caméra principale du G7 ThinQ, LG a retiré les fonctions les plus intéressantes de son logiciel. Par exemple, l’excellent mode manuel de LG n’est plus offert, qu’il s’agisse de la photographie ou de l’enregistrement de vidéos. Les réglages manuels ont été, pour ainsi dire, pratiquement éliminés.

Si vous n’êtes pas du genre à prendre des photos avec les réglages manuels, cette omission ne vous affectera probablement pas. C’est pourquoi LG a annoncé que ce téléphone incorporera des fonctionnalités avec intelligence artificielle qui avaient déjà été utilisées par le G7 ThinQ. Je suis habitué à ces fonctionnalités, mais, puisqu’elles n’étaient pas offertes, je n’ai pas pu les mettre au banc d’essais pour la présente évaluation. Je ne suis donc pas en mesure de me prononcer sur l’amélioration de la qualité d’image alléguée.

Si sa caméra était capable d’enregistrer des vidéos comme celle du Pixel 3 ou du Pixel 3 XL (qui sont dépourvus du mode manuel), alors je vous la recommanderais chaudement. Mais, il faut bien l’admettre, il s’agit là de deux téléphones phares haut de gamme. Ce n’est pas le cas du G7 One. Malgré tout, même pour une caméra de milieu de gamme, ses caractéristiques ne me semblent pas à la hauteur.

Le mode ultralumineux, une autre addition du G7 ThinQ, doit être activé dans les paramètres. Dans les scènes sombres, une icône de lune s’affiche pour activer la fonction. Prendre des photos au moyen de cette fonction nécessite de l’intelligence artificielle. Celle-ci contribue à fusionner les pixels et, ainsi, à capter une plus grande quantité de lumière provenant de la scène. Ce mode est très efficace, et ça vaut la peine de l’essayer durant la nuit ou dans des endroits faiblement éclairés.

Par défaut, la fonction HDR est en mode automatique. Vous pouvez l’activer pour qu’elle soit appliquée à chaque cliché, ou la désactiver complètement. Il est difficile de dire si ça vaut la peine de l’utiliser tout le temps. La HDR est une technique que l’on applique normalement à l’aide d’applis une fois que la photo a été prise. Mais, encore une fois, il peut être avantageux de faire des tests avec cette fonction.

Autonomie

L’autonomie du G7 One est, pour une grande part, tributaire de la luminosité de l’écran. Il va sans dire que c’est vrai de tous les téléphones. Mais en raison de l’intense luminosité du G7 One, sa batterie peut s’épuiser rapidement. Visionner des vidéos et effectuer d’autres tâches simultanément peut mettre la batterie à plat en peu de temps.

Malgré tout, grâce à une utilisation modérée et à une bonne gestion de l’énergie, le G7 One peut durer facilement une journée entière. Dans la fenêtre des paramètres de la batterie, activer la luminosité adaptative et la fonction d’économie de la batterie permet de prolonger l’autonomie de l’appareil.

Conclusion

Le G7 One est-il le G7 ThinQ du pauvre? D’une certaine façon, oui. Mais il s’agit davantage d’un téléphone qui imite le G7 ThinQ tout en faisant vivre une expérience logicielle différente. C’est un téléphone moyen de gamme qui ne repousse pas les limites et n’apporte rien de vraiment nouveau. Il constitue un appareil fonctionnel facile à utiliser, mais auquel manquent les fonctionnalités avancées dont sont dotés les modèles phares.

Pour être satisfait, vous devez accepter de faire les compromis que j’ai exposés. Il n’est pas doté d’innombrables fonctionnalités, et c’est en partie ce qui le rend intéressant. Il s’agit d’un appareil fiable et fonctionnel. Que faut-il de plus? Le OnePlus 6T est un modèle aux caractéristiques similaires.

Le G7 One de LG est offert en ce moment chez Best Buy.

PARTAGER SUR
Je suis chanceux d’occuper un emploi génial qui me permet de suivre et de rapporter les activités d’une des industries les plus excitantes au monde. J’ai eu l’occasion d’écrire sur les technologies pour de nombreuses publications, dont The Globe and Mail, Yahoo! Canada, CBC.ca, Canoe, Digital Trends, MobileSyrup, G4 Tech, PC World, Faze et AppStorm. J’ai aussi fait des apparitions à la télé en tant qu’expert des technologies pour Global, CTV et The Shopping Channel.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here