Samsung n’a pas procédé à une refonte avec ses nouveaux téléphones intelligents Galaxy S9 et S9+, mais elle a modifié divers aspects pour tenter d’améliorer ses appareils de l’an dernier..

Cliquez ici pour voir mon évaluation vidéo du produit (en anglais seulement)


Galaxy S9+ de Samsung

Affichage : Écran AMOLED de 6,2 po, résolution de 2960 x 1440, rapport de forme de 18,5:9 et 529 pixels par pouce
SE : Android 8.0 Oreo
Processeur : Processeur octocœur 64 bits Snapdragon 845 de 2,8 GHz + 1,7 GHz
Mémoire : Mémoire vive de 6 Go, 64 Go d’espace de stockage (extensible jusqu’à 400 Go avec la fente pour carte microSD)
Caméra : Caméra arrière de 12 Mpx + zoom optique 2x et stabilisation optique de l’image, caméra avant de 8 Mpx
Vidéo : Enregistrement vidéo jusqu’en Ultra HD 4K
Batterie : 3500 mAh (non amovible)
Connexions : LTE, Wi-Fi, Bluetooth 5.0, A-GPS, CCP, chargement rapide, USB-C, lecteur d’empreintes digitales, reconnaissance de l’iris, chargement sans fil
Dimensions : 6,22 x 2,91 x 0,33 po
Poids : 189 g
Offert en gris titane et en mauve lilas


J’ai déjà fait part de certaines de mes premières impressions sur les deux appareils dans un billet pratico-pratique [en anglais seulement], donc j’essaierai de ne pas trop me répéter dans ce billet-ci. L’important, ce n’est pas tant les changements sur le plan de l’apparence, mais plutôt les ajouts que contient le boîtier et qui bonifient l’expérience utilisateur.

Semblables aux modèles Galaxy précédents

Rien n’a vraiment changé en ce qui concerne les éléments saillants de chaque téléphone. Le Galaxy S9 garde l’écran incurvé AMOLED de 5,8 po du S8, et le S9+ garde celui de 6,2 po du S8+. Ils ont exactement les mêmes dimensions que ceux de l’an dernier. La résolution, le rapport de forme et la densité des pixels restent aussi inchangés.

Il n’y a aucune surprise sur ce plan. La prise pour écouteurs est encore là, bien que je ne serais pas étonné qu’elle disparaisse du modèle que Samsung lancera l’année prochaine. Le capteur d’empreintes digitales, qui se trouve à présent sous l’objectif, est un grand pas dans la bonne direction. Lorsqu’il était juste à côté de l’objectif de la caméra des Galaxy S8/S8+et du Galaxy Note 8, j’évitais de m’en servir, car j’avais une chance sur deux de salir l’objectif à la place.

Le nouvel emplacement s’accorde davantage à celui qu’ont déjà choisi les autres fabricants. Cela rend ces téléphones plus conviviaux. Je préfère de loin utiliser le capteur d’empreintes digitales que la reconnaissance de l’iris en guise de fonction de déverrouillage, mais il s’agit d’un choix personnel.

Honnêtement, aucun des appareils ne m’a donné l’impression de tenir un modèle différent de celui lancé l’année dernière. J’imagine que d’autres tireraient la même conclusion après les avoir essayés tous les deux. Les haut-parleurs stéréo contribuent assurément à améliorer la sonorité pour en faire la meilleure à ce jour, mais encore une fois, il s’agit d’un aspect pour lequel Samsung a dû se rattraper alors que les autres concurrents l’avaient déjà.

Le S9 convient assurément plus aux petites mains et aux petites poches, alors que le S9+ a un écran plus grand, un objectif et une mémoire vive de 6 Go pour l’aider à se démarquer un peu plus.

Performance et logiciel du S9

Grâce à leur processeur Snapdragon 845 d’Intel, ce n’est pas surprenant que les deux téléphones fonctionnent rapidement et avec fluidité. Y a-t-il une grande différence par rapport aux modèles de l’an dernier? Je dirais qu’elle est minime.

Et je base mon affirmation davantage sur le logiciel que sur le matériel. Les deux téléphones fonctionnent sous Android, mais la disposition de Samsung est encore lourde, en dépit de toutes les coupes qu’a effectuées l’entreprise au fil des ans. Android 8.0 Oreo est un système d’exploitation agréable, mais c’est difficile à constater, car Samsung a entièrement enseveli le système d’exploitation.

La présence de logiciels parallèles est aussi visible dans la bibliothèque d’applications du Galaxy. Google Play prend toute sa place, mais il y a amplement d’applications « conçues pour les téléphones de Samsung » offertes dans l’application du Galaxy.

Heureusement, presque tout est optionnel. Le nombre d’applications préchargées est moins grand qu’autrefois. J’accorde un point à Samsung pour avoir inclus des applications comme Secure Folder et Notes et de les avoir mis de l’avant tout en dissimulant son propre navigateur Web et S Health. L’intégration de certaines applications de Google et de Microsoft Office prédispose les téléphones à des fins professionnelles.

L’espace de stockage de 64 Go est petit par rapport à celui correspondant aux normes d’aujourd’hui, du moins pour un téléphone phare. La fente pour carte microSD peut prendre en charge jusqu’à 400 Go (ou 2 To si vous parvenez à trouver une carte ayant une aussi grande capacité) pour augmenter davantage l’espace de stockage.

Plus vous gardez votre téléphone, plus vous prenez d’espace. C’est ce que j’ai constaté, en tout cas. Je suis curieux de voir combien de données ces deux appareils peuvent contenir en un an ou deux, car c’est le véritable indice de performance des modèles vedettes.

Création d’émoticône par réalité augmentée

Je vais aborder cette fonction séparément du reste de la caméra, car Samsung l’a beaucoup médiatisée. Voici le concept de base : à l’aide de la caméra avant, le téléphone crée une émoticône animée qui reproduit vos expressions faciales et enregistre votre voix.

Cela ressemble beaucoup aux Animojis de l’iPhone X, sauf qu’il s’agit d’émoticônes préréglées, et non de votre propre portrait. La caméra du Galaxy S9 et du S9+ scanne 100 traits faciaux et les moule en avatar 3D numérique. Vous pouvez le personnaliser jusqu’à un certain point, en changeant la couleur de la peau et des cheveux, ainsi qu’en ajoutant des lunettes et en choisissant parmi une courte sélection de tenues. Étrangement, je ne pouvais pas ajouter de pilosité. J’ai une barbe, et le balayage n’est parvenu qu’à me donner une barbiche naissante.

De toute évidence, Samsung a conçu cette fonction pour stimuler la créativité des utilisateurs; voilà la raison pour laquelle il y a des autocollants afin d’ajouter une touche désopilante. Ils ressemblent aux filtres de Snapchat et d’Instagram. Si ceux-ci vous sont familiers, vous vous adapterez rapidement.

Comme pour les Animojis d’Apple, le partage est la clé. Samsung crée automatiquement un tas de GIF animés en fonction de l’avatar créé. Ainsi, il vous est possible d’avoir des vidéoclips où vous soufflez un baiser, où vous avez l’air triste ou pensif, où vous riez, etc. Vous pouvez ensuite choisir celui que vous voulez depuis le clavier de l’application de messagerie et l’envoyer.

Sinon, vous pouvez vous filmer en train de dire quelque chose, puis envoyer cela à la place. Je dirais que cette option est beaucoup plus amusante à utiliser.

Malgré cela, cette caractéristique reste à améliorer. Je n’ai pas été convaincu par la soi-disant « ressemblance » de mon avatar. De plus, les mouvements et les expressions étaient un peu maladroits, parfois même un peu effrayants. Les plans de Samsung quant aux mises à niveau logicielles qui viseront à améliorer cette fonction sont vagues. L’entreprise a ajouté Mickey et Minnie au lancement, dans le cadre de son déploiement sur le thème de Disney, mais l’avenir nous dira ce qu’il adviendra par la suite.

Par contre, cette caractéristique n’est évidemment pas exclusive à Samsung. La technologie et le logiciel de l’entreprise sont sous licence. Donc, on devrait aussi les voir sur d’autres modèles.

Caméra du Galaxy S9

L’obturateur mécanique variable est un grand avantage pour ceux et celles qui prennent des photos à l’aide de leur cellulaire. Ce qui est bien avec l’ouverture à f/1,5 et à f/2,4, c’est que le téléphone peut utiliser la première pour les conditions de faible éclairage, et l’autre pour tous les autres types de clichés.

À f/1,5, les deux appareils ont la plus grande ouverture à ce jour, tous téléphones intelligents confondus. Ils laissent entrer beaucoup de lumière, et ce faisant, réduisent aussi la quantité de bruit dans les images qu’ils capturent. Le mode automatique bascule entre les deux types d’ouverture si nécessaire, tandis que le mode Pro en fait une option manuelle.

De toute façon, les deux degrés d’ouverture sont de bons choix, car ils couvrent un vaste éventail de prises de photo. La lumière brillante ou la lumière du jour, et l’ouverture à f/2.4 produiront des résultats plus naturels. Il en va de même de l’ouverture à f/1,5 la nuit et à faible éclairage.

J’ai trouvé que les résultats étaient encore mieux en mode Pro. J’ai toujours prôné la photographie effectuée à partir des réglages manuels d’un téléphone ayant un bon appareil photo; cela permet d’obtenir de meilleures images. C’est ce qui prouve la valeur d’un appareil photo de téléphone. Voilà pourquoi j’aurais souhaité que le Pixel 2 ait un tel mode.

Le Pixel 2 est encore le meilleur lorsqu’on le compare au mode automatique du S9 et S9+, mais le mode Pro réduit considérablement l’écart.

Le S9+ a le deuxième zoom optique 2x introduit précédemment dans le Note 8. Il comprend la même fonction Live Focus qui consiste à se servir des deux objectifs arrière pour reproduire la profondeur de champ d’un appareil photo reflex. Elle est toujours aussi géniale mais, autrement, elle n’a pas beaucoup changé. Puisque le S9 n’a pas de deuxième objectif, il s’agit d’une caractéristique spécifique au S9+.

Puis, il y a le mode super ralenti. Il filme des images aux 0,2 secondes, à 960 ips, et les ralentit à 6 secondes. L’effet est indéniable, mais il faut que les conditions soient optimales pour en profiter pleinement. Il filme à une résolution 720p, donc les images ne sont pas aussi nettes. Il est aussi très sensible aux conditions d’éclairage, ce qui signifie que c’est toujours mieux lorsque la lumière ambiante est brillante.

Je l’ai essayé en mode automatique, où il capture la séquence au ralenti lorsqu’un sujet pénètre dans la case jaune. Parfois ça fonctionnait, et parfois, pas très bien. J’ai pu le déclencher manuellement dans l’autre mode, mais je l’ai trouvé assez difficile à synchroniser. On peut obtenir des résultats intéressants, mais je ne crois pas que la plupart des gens vont l’utiliser.

Assistant vocal Bixby

Si Samsung a un autre point à améliorer, c’est Bixby. La plateforme d’intelligence artificielle de l’entreprise est encore à ses débuts, et cela se voit, car c’est un mélange d’intégrations impressionnantes et de ratages frustrants.

Il peut allumer la caméra pour prendre une photo ou ouvrir la galerie pour visualiser les photos prises à un certain endroit. Faire des appels, consulter la météo, régler des alarmes ou faire un calcul : il fait tout cela assez bien. Cependant, de façon générale, il laisse beaucoup à désirer pour ce qui est de texter ou d’envoyer des messages. Il va manquer certains mots ou carrément mal les interpréter, ce qui est problématique pour un assistant censé être en mesure d’envoyer des gazouillis et des courriels par commande vocale.

Bixby Vision utilise la caméra pour identifier des articles que vous pouvez alors trouver et acheter. Il crée même des points de repère. Il évalue aussi la nourriture, en tentant d’estimer la valeur nutritive approximative et le nombre de calories qu’elle comporte. Je suis impressionné par cette initiative, mais on ne se fera pas d’illusions.

Je sais, je peux sembler un peu présomptueux, mais seulement parce que l’information n’est pas à toute épreuve. L’appareil photo peut-il déterminer s’il s’agit de viande rouge ou d’un plat végétalien? Peut-il différencier les languettes de poulet rôti de celles de porc? D’après ce que j’ai vu, la réponse est non, ou du moins pas encore.

Il a aussi une fonction de traduction; il suffit de pointer l’appareil photo vers une affiche ou un menu pour traduire le texte au moyen de Bixby Vision. Cela fonctionne, sauf qu’il traduit sans avoir le bon contexte. Par exemple, l’anglais est une langue active dont les verbes et les adjectifs précèdent souvent les noms. D’autres langues sont plus passives et inversent l’ordre des mots. Donc, la fonction de traduction interprète simplement les mots et les dispose d’une façon qui n’a aucun sens en matière de structure vernaculaire, mais donne au moins une idée de ce que signifie le texte.

Autonomie du Galaxy S9 et S9+

Semblable à celle de ses prédécesseurs, l’autonomie n’est pas une surprise en soi. S’il y a une différence, elle est négligeable. Pour ce qui est du S9+, l’autonomie est un croisement entre celle du S8+ et celle du Note 8. Elle offre une performance qui dure toute la journée. Elle n’a rien d’exceptionnel.

Si vous deviez passer au S9…

Si vous avez un Galaxy S8 ou S8+, vous n’avez probablement pas besoin de passer à l’un de ces appareils. La seule exception serait si vous teniez vraiment aux nouvelles fonctions de l’appareil photo. Encore plus, si vous voulez le deuxième objectif du S9+.

Ce changement serait plus profitable si vous passiez d’un Galaxy S7 ou d’un modèle antérieur à ces téléphones. La taille de l’écran, l’appareil photo et la performance seraient considérablement différents et vaudraient la peine de faire le changement.

L’appareil photo des deux téléphones est génial, mais il est clair que la création d’émoticône par réalité augmentée et le mode super ralenti ont besoin d’améliorations. Espérons que Samsung fournisse des mises à niveau importantes, ce qui ne ferait qu’améliorer l’expérience des utilisateurs qui aiment ces fonctions.

Le Samsung Galaxy S9 et le Galaxy S9+ sont maintenant offerts en gris titane et en mauve lilas.

PARTAGER SUR
Je suis chanceux d’occuper un emploi génial qui me permet de suivre et de rapporter les activités d’une des industries les plus excitantes au monde. J’ai eu l’occasion d’écrire sur les technologies pour de nombreuses publications, dont The Globe and Mail, Yahoo! Canada, CBC.ca, Canoe, Digital Trends, MobileSyrup, G4 Tech, PC World, Faze et AppStorm. J’ai aussi fait des apparitions à la télé en tant qu’expert des technologies pour Global, CTV et The Shopping Channel.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here