Haut-parleur sans fil PartyBox 100 de JBLEn règle générale, lorsque l’on entend « haut-parleur Bluetooth », on a tendance à imaginer un petit objet qui tient dans une main. Le PartyBox 100 de JBL, lui, a plutôt la taille et le poids de votre neveu d’âge préscolaire quand il est accroupi. Mais ce qu’il sacrifie (un peu) en portabilité, il le regagne abondamment en puissance et en polyvalence, tout en offrant une autonomie plus qu’intéressante.

J’ai récemment eu l’occasion de mettre le PartyBox 100 à l’essai chez moi. Mon verdict? Si vous disposez de l’espace nécessaire pour l’accommoder, et peut-être de voisins d’en bas compréhensifs, le PartyBox 100 offre un rapport qualité-prix plus que concluant. Voici mes impressions générales en vidéo:

Caractéristiques techniques du haut-parleur sans fil PartyBox 100 de JBL

Voici les principales caractéristiques techniques du PartyBox 100:

  • Puissance totale de sortie: 160 watts.
  • Batterie: 14,4 volts d’une capacité de 2500 mAh (autonomie jusqu’à 12 heures)
  • Connectivité sans fil: Bluetooth 4.2, rayon d’environ 10 mètres
  • Ports d’entrée: USB, audio auxiliaire 3,5 mm, prises spécialisées pour micro et pour guitare.
  • Haut-parleurs intégrés: deux aigus et deux graves.
  • Utilisable seul ou en paire.
  • Fonction Bass Boost pour amplifier les basses.
  • Système d’éclairage à DEL intégré.
  • Taille: 551 x 290 x 288 mm.
  • Poids: 9,7 kg.

Premier contact avec le haut-parleur sans fil PartyBox 100 de JBL

La première chose qui frappe, dans le cas du PartyBox 100, c’est sa taille. Plutôt que d’être un objet que l’on place sur un meuble, il s’agit d’un (petit) meuble en soi. Difficile de lui trouver une place sur une simple étagère: il faut le poser au sol ou l’installer sur le dessus d’une commode.

Le fini noir mat aux accents orangés du PartyBox 100 a fière allure. Ses courbes et ses deux poignées donnent une impression de robustesse: on n’hésiterait pas à l’apporter sur la terrasse ou à l’installer dans la salle de jeux des enfants. La présence de deux ensembles de pattes démontre que l’on peut l’installer à la verticale ou à l’horizontale, selon les goûts.

Le jumelage avec une source Bluetooth est sans histoire, la connexion est stable à plusieurs mètres et le panneau de contrôle situé sur le dessus du haut-parleur (lorsqu’on s’en sert à la verticale) est intuitif. Une fois la batterie interne chargée ou le haut-parleur branché à l’alimentation secteur, on peut commencer à faire jouer de la musique en quelques instants.

Le panneau de commandes du PartyBox 100 de JBL. Notez la présence de la fonction d'amplification de basses Bass Boost (en bas à gauche) et du bouton de contrôle des effets lumineux (en bas à droite).
Le panneau de commandes du PartyBox 100 de JBL. Notez la présence de la fonction d’amplification de basses Bass Boost (en bas à gauche) et du bouton de contrôle des effets lumineux (en bas à droite).

Un haut-parleur polyvalent pour toutes les formes de divertissement

Mais il n’y a pas que le Bluetooth dans la vie. Et dans le cas du PartyBox 100, il n’y a pas que le son, non plus!

D’abord, l’appareil accepte des sources audio auxiliaires, via un connecteur 3,5 mm standard, ainsi que des fichiers de tous les types usuels sur clé USB. (Il y a aussi une sortie auxiliaire à l’arrière du PartyBox 100.)

Pour les soirées de karaoké et pour les chansons autour d’un feu de camp, l’appareil propose aussi des prises spécialisées pour un micro et pour une guitare électrique. On peut d’ailleurs calibrer la puissance relative des deux sources, pour que l’instrument et la voix se complètent sans s’écraser l’un l’autre. Il y a même un petit effet sonore d’ampli analogique débranché qui émerge lorsque l’on éteint l’appareil; c’est difficile à décrire, comme bruit, mais si votre père a appris à jouer de la guitare en 1978, comme le mien, vous savez exactement de quoi je parle! Bref, on peut assez facilement imaginer employer le PartyBox 100 comme ampli portatif, par exemple pour chanter dans le métro ou dans un parc. Il n’est même pas nécessaire de dénicher une prise d’alimentation secteur puisque la batterie interne du haut-parleur durera sans doute bien plus longtemps que la voix de l’interprète!

Enfin, le PartyBox 100 propose trois programmes d’accompagnement lumineux pour ajouter de l’ambiance à la lecture musicale. Ces programmes sont composés de deux éléments: des effets stroboscopiques (de lumière blanche) à partir d’ampoules DEL en haut et en bas de la face de l’appareil, puis des jeux de couleurs DEL intégrés aux haut-parleurs graves (« woofers »). Le résultat n’est pas désagréable et semble parfois suivre le rythme de la musique. Mais si vous organisez une fête, ces effets constitueront tout au plus une contribution d’appoint à l’ambiance.

Autonomie du haut-parleur sans fil PartyBox 100 de JBL

De la part d’un haut-parleur de près de 10 kg qui émet 160 watts de puissance, on s’attendrait à une autonomie très limitée. Erreur! JBL affirme que le PartyBox 100 peut fonctionner jusqu’à 12 heures sur une seule charge. (On peut aussi le brancher à l’alimentation secteur.)

Je n’ai pas eu l’occasion de pousser l’appareil à ses derniers retranchements. Nous sommes deux qui travaillons à domicile et nous habitons dans un complexe de condos, alors il aurait été malvenu de faire jouer de la musique à haut volume pendant très longtemps. Néanmoins, le résultat a été convaincant. J’ai reçu le PartyBox 100 partiellement chargé et, après m’en être servi (à volume modéré) pendant deux après-midis, je n’avais pas encore épuisé sa batterie. Impressionnant.

L’envers de la médaille, c’est qu’une recharge complète prend 6,5 heures. Prévoyez une opération nocturne si vous ne voulez pas être privé de mobilité pendant le jour.

Outre la connectivité Bluetooth 4.2, le PartyBox 100 offre une entrée USB, une entrée/sortie auxiliaire et des connecteurs ajustables pour microphone et pour guitare.
Outre la connectivité Bluetooth 4.2, le PartyBox 100 offre une entrée USB, une entrée/sortie auxiliaire et des connecteurs ajustables pour microphone et pour guitare.

Performance audio du haut-parleur sans fil PartyBox 100 de JBL

D’un appareil appelé PartyBox, on attend de la puissance et des basses plutôt que de la subtilité dans les détails. Et c’est essentiellement ce que l’on obtient.

N’hésitez pas à monter le volume: les 160 watts de puissance du PartyBox 100 livrent la marchandise sans distorsion. La fonction Bass Boost, qui amplifie les basses, est aussi très efficace; le caisson de l’appareil est costaud, aussi bien en profiter!

Le cone de projection du PartyBox 100 est très large. Je n’ai pas remarqué de différence significative dans le signal sonore transmis droit devant ou à un angle de 90 degrés. Même directement derrière l’appareil, le résultat est quasiment identique. N’hésitez pas à l’installer n’importe où dans une pièce ou sur votre terrasse.

En revanche, le rendu acoustique du PartyBox 100 est beaucoup plus satisfaisant pour le rock lourd et pour la musique de danse pop que pour le folk ou le classique. Les subtilités des contenus que l’on écoute attentivement lui échappent quelque peu… Compromis acceptable pour un produit destiné à créer une ambiance survoltée, sans doute.

Notez qu’il est aussi possible de jumeler deux PartyBox 100 et de s’en servir comme paire de haut-parleurs stéréo. Ce qui ne doit pas être désagréable du tout!

On peut utiliser le PartyBox 100 à l'horizontale comme à la verticale, seul ou en paire.
On peut utiliser le PartyBox 100 à l’horizontale comme à la verticale, seul ou en paire.

Exemples spécifiques

Voici quelques commentaires en vrac que j’ai notés en écoutant la musique de certains artistes:

  • ABBA, « Dancing Queen » : rendu très efficace, aucune distorsion, harmonies vocales quelque peu brouillonnes.
  • Beatles, « Can’t Buy Me Love » : le PartyBox 100 amplifie les défauts sonores de l’enregistrement des années 1960; pas assez de basses pour bien exploiter les forces de l’appareil.
  • Leonard Cohen, « Anthem » : une chanson qui met en vedette la guitare basse et la voix très grave de l’artiste; le mode Bass Boost est sublime.
  • William Prince, « The Spark » : sur cette pièce country-folk, Bass Boost dérape et enterre complètement la voix de l’interprète; l’équilibre entre les composantes du signal audio est mal maintenu.
  • Weird Al Yankovic, « Trigger Happy » : le son de cette parodie de la musique de plage des années 1960 est absolument génial sur le PartyBox 100; une belle surprise.
  • Christopher Tin, « Sogno di Volare » (chanson-thème du jeu Sid Meier’s Civilization VI) : cette pièce de chant choral, accompagnée par un orchestre symphonique, regorge d’aiguës et d’intermédiaires dont les nombreuses composantes se démêlent difficilement. La faible présence des basses dans la source n’exploite pas bien les capacités de l’appareil.
  • Iron Maiden, « Aces High » : la virtuosité des musiciens et la puissance des basses de ce classique du heavy metal sont très bien mises en valeur.
  • Bruce Springsteen, « Born to Run » : perfection! On dirait que le PartyBox 100 a été conçu pour reproduire le wall of sound typique des premiers albums du Boss.
  • John Williams, la marche impériale de Star Wars : les cuivres et les violoncelles éclatent, mais le peu de basses dans la source rejaillit encore plus. Cette pièce est un peu moins satisfaisante que sur d’autres haut-parleurs concurrents.

Le verdict final

Puissance très satisfaisante, autonomie surprenante, polyvalence hors pair: le PartyBox 100 de JBL livre exactement ce que son nom promet. Un très bon choix pour créer de l’ambiance, à l’intérieur comme à l’extérieur, mais peut-être pas pour de longues périodes d’écoute active en solitaire.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here