bloodborne_large_art-1152x720.jpg

Vous ne me croirez pas, mais c’est pourtant la vérité… je n’ai jamais joué à la série de jeu Dark Souls. Pourquoi?  Je n’en ai aucune idée. Par contre, aux E3 de l’an dernier, lorsque j’ai vu les premiers vidéos de Bloodborne, créé par From Software, la même équipe qui nous a amené Demon’s Souls, Dark Souls et Dark Souls 2, j’ai tout de suite été tenté. L’environnement très sombre et les armes qui ressemblent à des instruments de torture avec des monstres plus grands que nature me semblaient une excellente idée. Mais, c’est surtout l’aspect offensif qui m’a intéressé. La série Dark Souls était connue pour être très défensive. C’est tout le contraire avec Bloodborne.

Date de parution: 24 mars 2015

Style: Action-RPG

Classement: M pour Mature

Plateformes: PS4

Développeur: From Software

Éditeur: Sony Computer Entertainment

Langue d’exploitation: jeu disponible en français

Même si le jeu ne se nomme pas Bloodborne Souls, ça ne l’empêche pas de puiser ses sources de la fameuse série Demon’s Souls, popularisée en 2009. Bloodborne est un jeu vidéo de genre action-RPG. Et c’est ici que j’arrête les comparaisons avec les autres jeux.  Je vous apporte donc un regard frais sur le travail de From Software.

Le jeu se déroule dans la ville gothique de Yharnam. Il semble qu’il y est un remède pour guérir les malades et plusieurs personnes se déplacent vers Yharnam pour faire le pèlerinage et avoir accès à ce remède. Malheureusement, en arrivant dans la ville, les voyageurs réalisent bien vite qu’il y a une plaie qui afflige la ville et cette épidémie touche la majorité des habitants qui se transforment en exécrable créature. Votre objectif est de survivre parmi cet ordre de monstres. Bien entendu, plusieurs éléments de l’histoire rendent Bloodborne vraiment intéressant, mais je ne veux pas vous gâcher la surprise.

From Software peint un tableau très sombre et l’ambiance de Yarnham est lugubre à souhait. Bloodborne dispose d’un univers fascinant, à mi-chemin entre une version encore plus sombre d’un Van Helsing et une esthétique victorienne à la fois dérangeante, captivante et cohérente. La direction artistique du jeu est très impressionnante. Il y a définitivement un souci du détail remarquable. Chaque zone fourmille de recoins à explorer, de pièges à éviter et de raccourcis à débloquer.

Une chose qui m’a beaucoup frappé, c’est l’audio. Premièrement, il aide à accentuer le ton lugubre du jeu, ce qui est franchement excellent. Je me suis fait plaisir à jouer avec des écouteurs le soir très tard. Frissons garantis. J’ai aussi été très surpris par le grand nombre de voix dans le jeu. Un sentiment de solitude pèse sur nos épaules lorsque l’on se promène dans Yharnam mais Il est possible d’entendre les habitants de la ville barricadés dans leurs maisons de peur d’être contaminés. Quand vous attaquez vos ennemis, ceux-ci hurlent leur désespoir en plein combat et vous maudissent. À donner froid dans le dos. D’ailleurs, j’ai été agréablement surpris de voir que les voix ont aussi été traduites en français, donc attendez-vous à vous faire maudire dans la langue de Molière.

2673708-bloodborne-screen-03-ps4-us-10jun14.jpeg

Dans Bloodborne, vous avez des armes dignes d’un vrai film d’horreur. De la torche à la hache gigantesque, en passant par une masse format géant, vous possédez plusieurs outils pour faire souffrir l’ennemi. Il y a 14 armes différentes que vous pouvez utiliser, et bien entendu, il y a possibilité de les rendre plus efficaces selon vos besoins. Par contre, même avec toutes ces armes, le jeu reste difficile. Préparez-vous à mourir à plusieurs reprises. Bizarrement, mourir aussi souvent n’est pas trop grave, car on a tout de suite envie de se reprendre avec une autre tactique pour arriver à ses fins. Mais, c’est à ce moment que l’un des plus gros problèmes du jeu survient. Le téléchargement est interminable. Avant de recommencer une partie, vous pouvez parfois attendre plus d’une minute avant que le jeu redémarre et ça devient assez frustrant si vous mourez souvent. Est-ce que je vous ai déjà dit que vous mourrez beaucoup pendant le jeu? Smiley Happy

Pour moi, la partie Coopératif est un des éléments de Bloodborne que j’ai beaucoup apprécié. Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour tester cette composante, mais ce que j’ai testé m’a semblé innovateur. Dans Bloodborne, on peut toujours consulter ou laisser au sol des messages d’aide et les marques de sang permettent de revoir la triste fin d’un joueur moins chanceux que nous. La coopération se déclenche par l’intermédiaire d’une petite cloche à faire tinter afin d’appeler à l’aide un partenaire. Ce dernier exprimera son souhait de vous rejoindre en faisant résonner une autre clochette dans sa partie. Le mode multijoueur prendra fin si vous mourez ou si le boss de la zone est vaincu. Très original!

bloodborne-crazyeyed-dog.jpg

En décembre dernier, lors du PlayStation Experience, j’ai eu la chance de discuter avec les créateurs du jeu. Un des modes du jeu que j’avais vraiment hâte d’essayer, c’est le mode Calice. Il s’agit en fait de donjons souterrains, générés aléatoirement, que le joueur peut explorer en solo ou en Coopératif Leurs structures sont très simples. Vous commencez par éliminer l’ennemi. Puis, quand tout est fait, vous actionnez un levier pour ouvrir une porte qui vous amènera à un boss que vous devez tuer. Vous passez ensuite au niveau supérieur et la difficulté augmente. Simple, mais en fait pas du tout, car tout est aléatoire. Quand vous mourez, tout recommence, mais les monstres, les ennemis et le donjon lui-même sont différents. C’est intéressant pour un moment, mais finalement un peu redondant comme gameplay. Même si vous êtes confronté à différents ennemis ou à des donjons qui changent aléatoirement, ça demeure le même concept et il n’y a pas d’incitatif pour continuer très longtemps.

Je ne vous le cacherai pas, j’ai adoré Bloodborne et je crois que vous allez aussi l’aimer. C’est un jeu difficile oui, mais c’est tellement satisfaisant quand vous passez au travers des obstacles. L’univers qu’a créé From Software est franchement dégoutant, dans le bon sens du terme. L’environnement lugubre, l’audio qui vous donne des frissons dans le dos et les monstres aussi épeurants les uns que les autres vous procureront un plaisir garanti pendant plus de 40 heures de jeu.

Bloodborne, un incontournable et un jeu qui tombe à point, car ma PS4 commençait à amasser de la poussière.

Appréciation globale

  • Jouabilité: 4/5
  • Visuel: 5/5
  • Audio: 5/5
  • Durée de vie potentielle: 4/5

Note générale: 4,5/5

PARTAGER SUR
Carl-Edwin Michel
Carl-Edwin est passionné de technologie et de jeux vidéo. Diplômé en informatique, il est journaliste et chroniqueur en nouvelles technologies depuis 2009. On peut le voir entre autres à l’émission Planète Techno sur ici Explora ainsi que dans les capsules de conseils technos précédant les films présentés dans les cinémas Cinéplex. Il a également collaboré à l’émission M.Net.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here