C’est dans un peu plus d’un mois que devrait arriver sur, Xbox One et PlayStation 4, Wolfenstein II: The New Colossus, la suite des aventures de William « B.J. » Blazkowicz. En effet, ce titre s’inscrit comme une suite directe de Wolfenstein: The New Order, sorti en mai 2014. Si vous n’avez pas joué à The New Order, ou que vous voulez simplement vous rafraichir la mémoire, j’ai testé pour vous le très bon ensemble de deux jeux Wolfenstein pour Xbox One et PlayStation 4. Celui-ci inclut The New Order, mais également l’antépisode Wolfenstein: The Old Blood.


Date de parution
 : 22 août 2017
Styles : Jeu de tir à la première personne (FPS
Plateformes : PlayStation 4 / Xbox One 
Modes de jeu disponibles : solo
Classement ESRB : M (Mature, 17 ans et plus)
Langue d’exploitation : Jeu disponible en français

Wolfenstein: The New Order

Même si je n’y avais pas joué depuis trois ans, Wolfenstein: The New Order a su, dès les premières minutes, me convaincre. C’est comme si je retrouvais un vieil ami.

L’histoire

Est-ce que vous vous êtes déjà imaginé ce qui se serait produit si les nazis avaient remporté la Deuxième Guerre mondiale? C’est précisément ce que raconte Wolfenstein: The New Order. Dans ce titre, les nazis ont pris le contrôle de la planète après avoir découvert une vieille et mystérieuse technologie qui leur a donné une supériorité sans faille sur le reste du monde.

Dans ce jeu de tir à la première personne, vous incarnez Blazkowicz. Après avoir passé quatorze ans dans le coma, cet ancien soldat se réveille dans les années 60, en Europe. Malheureusement, les nazis sont toujours au pouvoir. Ils sont même encore plus puissants qu’auparavant.

Avec l’aide de la résistance, Blazkowicz tentera de renverser les nazis.

La jouabilité

Wolfenstein: The New Order alterne merveilleusement bien entre les phases de dialogues à la Half Life, les scènes d’infiltration et les séquences de combat brutes.

Ce qui est bien, c’est que vous avez souvent le choix de l’approche. Pour passer à travers des ennemis, vous avez généralement le choix de les contourner, de les éliminer discrètement ou de les attaquer de front. Et si vous vous faites repérer en cours de mission, ce n’est pas un problème en soi. Il faudra juste vous assurer d’avoir assez de munitions pour venir à bout de tous ces nazis.

Le choix d’armes est quant à lui assez vaste : couteau de combat, pistolet silencieux, fusil d’assaut, fusil de précision, grenade à main Tesla, etc. Ce qui démarque notre protagoniste des autres héros du jeu vidéo, c’est qu’il est souvent capable d’utiliser deux armes en même temps pour faire encore plus de dommage.

En fonction du niveau de difficulté, les ennemis peuvent nous offrir beaucoup de fil à retordre ou pas du tout. Pour ma part, j’ai opté pour un niveau de difficulté moyen (ni trop facile ni trop difficile). Je ne suis pas le genre de joueur qui aime mourir 50 fois avant de pouvoir passer à la phase suivante.

Les graphismes

On a moins envie de dire « Wow » lorsqu’on voit les graphismes de Wolfenstein: The New Order quand 2014. Par contre, ils ne sont pas non plus totalement démodés. Le jeu n’a que trois ans, après tout. Il y a même certains environnements qui sont encore capables aujourd’hui de rivaliser avec les dernières productions vidéoludiques.

Wolfenstein: The Old Blood

C’est drôle à dire, mais je n’avais jamais eu la chance de jouer à Wolfenstein: The Old Blood. Je découvrais donc ce standalone pour la première fois par l’entremise de cet ensemble de jeux.

Bien qu’il soit moins long (comptez environ cinq heures pour le terminer) et scénaristiquement moins profond que le précédent volet, ce titre est loin d’être décevant.

S’il s’adresse en premier aux fans de la série, un nouveau venu ne sera pas pour autant perdu. Il y a peu de liens entre les deux épisodes.

L’histoire

On y incarne toujours ce bon vieux Blazkowicz. L’action ne se déroule toutefois pas dans les années 1960, mais en 1946.

Avec l’Agent Un, Blazkowicz, déguisé en officier nazi, doit infiltrer le Château Wolfenstein (clin d’œil aux premiers épisodes de la série). Sa mission : dérober un dossier ultra-secret de l’archéologue nazi Helga Von Schabbs, la commandante du château.

Comme on s’en doute, la mission ne se passe pas comme prévu. La mission d’infiltration se transforme en mission d’exfiltration.

La jouabilité

Honnêtement, si vous avez déjà joué à Wolfenstein: The New Order, vous serez en terrain familier. Les contrôles sont quasiment identiques.

Ce jeu comporte cependant quelques nouveaux, dont le tuyau, lequel peut être démonté en deux parties.

Ce tuyau est pratique pour éliminer discrètement les gardes, ouvrir certaines portes verrouillées et même escalader des parois. En fait, elle devient rapidement notre arme de prédilection!

D’ailleurs, il me semble que les développeurs aient mis davantage l’accent sur le volet infiltration que dans le précédent opus, surtout dans les deux premières heures. Parfois, on n’a juste pas le choix d’être discret, si on veut survivre.

À l’inverse, la dernière heure ne nous donne aucun répit, tant il faut toujours avoir la main sur la gâchette. Disons qu’on y affronte des ennemis qui sont légèrement plus terrifiants que de simples soldats nazis…

Les graphismes

Visuellement, Wolfenstein: The New Order est très joli, même si le tiers de l’action se déroule à l’intérieur du château Wolfenstein. Les environnements sont variés, alors que les visages des principaux protagonistes et antagonistes sont bien modélisés.

J’aurais aimé néanmoins voir un peu plus d’environnements extérieurs ou, du moins, des niveaux plus vastes.

Mon avis sur l’ensemble de deux jeux Wolfenstein

Au final, est-ce que cet ensemble de deux jeux de Wolfenstein en vaut la peine? Je dirais que oui, surtout si on considère qu’il se vend beaucoup moins cher que la plupart des autres jeux vidéo que l’on retrouve sur les rayons.

Ensemble, les deux titres offrent une excellente durée de vie, de l’action à en revendre et une histoire captivante.

Le plus gros morceau de cet ensemble est évidemment Wolfenstein: The New Order. En revanche, Wolfenstein: The Old Blood ne devrait pas être boudé pour autant. Il vous captivera du début à la fin.

Cela dit, si vous avez déjà joué à ces titres et que vous les possédez encore, ça ne vaut pas vraiment la peine de se procurer ce coffret. Vous retrouverez grosso modo les mêmes deux jeux auxquels vous avez déjà joué dans le passé.

PARTAGER SUR
Philippe Michaud
Blogueur pour Branche-Toi depuis sa fondation, Philippe Michaud a toujours été un passionné des technologies. Il adore tester toutes sortes de produits et partager ses découvertes. Au fil des années, il a collaboré pour plusieurs médias dont Québec Micro, Branchez-Vous! et MSN Techno. Il a également été recherchiste pour une émission à ZTÉLÉ.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here