Après une pause d’un an, Ubisoft nous présente Assassin’s Creed : Origins. Accompagné de Bayek, nous apprendrons comment est née la confrérie des Assassins dans ce jeu d’aventures à grand déploiement se déroulant dans l’Égypte ancienne. Plongeons à pieds joints dans cette épopée grandiose et intimiste en même temps.

Assassin's Creed Origins pochetteAssassin’s Creed : Origins est développé par Ubisoft Montréal et publié chez Ubisoft

Date de parution : 24 octobre 2017
Style : Action / Aventure
Plateformes : PlayStation 4 / Xbox One / PC
Modes de jeu disponibles : solo
Classement ESRB : M (Mature, 17 ans et plus)
Langue d’exploitation : Jeu disponible en français

Retour aux sources

Assassin’s Creed: Origins nous raconte comment les Assassins sont nés mais également, comment Bayek survit à la mort de sa famille. Son fils est toujours dans ses pensées. On voit de nombreuses cinématiques les mettant en scène dont celle, fatidique, où il fut tué. Les souvenirs qui ressurgissent momentanément sont touchants. Une partie de l’entraînement rappelle des actions enseignées à son enfant, ce qui représente une excellente manière de nous familiariser avec les contrôles tout en demeurant dans le scénario. J’ai aussi beaucoup aimé la quête où l’on doit identifier les constellations dans le ciel étoilé en repérant les lieux où des cercles de pierres sont installés à leur effigie. Cette quête fait partie d’une promesse qu’il a faite à son fils que je compte bien tenir !

En ce sens, j’ai trouvé ce jeu plus personnel que les autres. Notre voyage en Égypte nous fera croiser les grandes figures de ce peuple mais on interagit aussi avec des cousins, des neveux et des amis de notre protagoniste. On donne un coup de main à tous ceux qui en ont besoin, qu’ils soient de la royauté ou de simples paysans. En fait, cela fait partie du travail de Bayek. Les Assassins n’existent pas encore. Sa tâche en tant de medjaÿ est de protéger le peuple et les pharaons. On accepte donc une panoplie de quêtes qu’on a le loisir de suivre au gré du vent.

Notre périple est constitué d’une foule de missions qui s’ajoutent à notre quête principale. Chacune nous fait progresser, nous offre un meilleur équipement et les objets nécessaires pour fabriquer des outils essentiels. On ramasse plusieurs armes différentes et il faut les essayer pour trouver celles avec lesquelles on est le plus à l’aise. Bien que j’adore mon arc qui lance cinq flèches, je trouve qu’on vient à court de munitions trop rapidement. Et n’hésitez pas à libérer les animaux dans les camps ennemis. Un lion ou un tigre en liberté crée une belle diversion pour bouger.

Un pays vivant

En arrivant aux abords d’un camp ennemi, je dois me faire d’autant plus discrète que je sais que les gardes sont aux aguets. Ils ne nous laissent aucune chance. Une fois détecté, ils se ruent sur Bayek tous ensemble et lorsque l’un d’eux me bat violemment d’un coup de massue, son coéquipier saute de joie face à cette victoire. Ces détails dans l’animation rendent le jeu captivant et personnalise notre expérience. L’intelligence artificielle s’est grandement améliorée avec le temps depuis Assassin’s Creed.

Assassin's Creed image 4Les villages sont construits dans le désert ou en bordure de lacs et de rivières luxuriants. Le monde dans lequel on évolue est vivant. La population parcourt villes et villages où on les voit vaquer à leurs occupations. Les gardes foulent les routes à dos de cheval ou de chameau. Les animaux sauvages sont partout. Je n’arrête pas de déranger des oiseaux qui s’envolent à mon passage et quand je plonge sous l’eau, les poissons se tassent sur mon chemin. On ira d’ailleurs chasser tout ce qu’on peut dans nos temps libres mais soyez prudents, les crocodiles et les hippopotames vivent en groupe. Je tiens à vous tenir au courant.

Améliorer une jouabilité familière

La jouabilité est familière aux habitués de la série. Je m’y suis sentie à l’aise dès le départ malgré les changements apportés à la mécanique de combat et l’arrivée de Senu comme compagnon fidèle. Senu est l’aigle qui accompagne Bayek partout. Elle est probablement à l’origine de la vision d’aigle des Assassins car on l’envoie repérer l’emplacement des ennemis afin d’établir notre stratégie d’approche. Elle gagne aussi de l’expérience car quelques caractéristiques à améliorer sur l’arbre de talents la concernent spécifiquement.

Assassin's Creed image 7Lorsque l’icône apparaît, prenez le temps de grimper au sommet d’un édifice afin de synchroniser le lieu. Ceci active le voyage rapide facilitant notre navigation sur la carte au fil des missions. Par ailleurs, il est beaucoup plus facile d’escalader. On peut le faire presque n’importe où et les points ancrages se fondent parfaitement au décor. Ça n’a plus l’air d’être placé artificiellement.

Des missions ponctuelles s’ajoutent à l’aventure

Régulièrement, Ubisoft nous propose des épreuves où l’on est invité à affronter un colosse plus grand que nature. L’Épreuve des Dieux nous amène à se surpasser comme Assassin. Dans le jeu, un marchand ambulant va nous proposer une quête spéciale quotidiennement. On a un délai pour la terminer, si bien que j’en ai raté une car je m’étais laissée distraire par un objectif affiché en cours de route.

Assassin’s Creed : Origins est une aventure solo mais ceux qui le souhaitent peuvent se rendre à l’hippodrome d’Alexandrie pour s’amuser dans des courses de char. Ce n’est pas si facile de gagner mais c’est assez amusant. Ça vaut la peine d’y aller entre autres car c’est l’endroit où l’on peut défier nos amis dans des courses contre la montre. Dommage que ce ne soit pas en multijoueur mais que ce n’est que leur performance qu’on doivent surpasser.

Impressions générales

Je suis une grande fan de la série Assassin’s Creed. J’avais donc des attentes assez élevées quant à Origins. Mon essai à l’E3 2017 m’avait réconfortée au niveau de la mécanique. Malgré les nouveaux contrôles proposés par Ubisoft, j’arrivais à m’immerger facilement dans ce dont j’étais habituée depuis des années. Après avoir passé du temps dans sa version complète, je suis tout aussi emballée par Assassin’s Creed : Origins. Le titre améliore tout ce que l’on connait et se joue encore mieux que les précédents opus. Accepter toutes les missions que m’offrent les gens que je rencontre est un bonheur pour moi et j’aime beaucoup le personnage de Bayek. Suivre son histoire à travers ses souvenirs et les nombreuses rencontres qu’il fait rend l’aventure intéressante.

Assassin's Creed image 3+ Beaucoup de quêtes à remplir
+ Conduite automatique de notre monture vers un lieu déterminé
+ Senu est un compagnon d’une grande utilité à Bayek
+ L’arbre de compétences permet de perfectionner des talents spécifiques à notre manière de jouer
+ Voir le niveau de nos ennemis ajoute un élément stratégique à nos actions
+ Liberté d’action totale
+ Jeu d’une grande beauté

– Des combats imparfaits qui demandent de l’entraînement

ÉVALUATION GLOBALE

Expérience de jeu : 4,5/5
Graphisme : 4,5/5
Son : 4,5/5
Durée d’intérêt/Rejouabilité : 5/5

Note globale : 4,5/5 (95 %)

Procurez-vous Assassin’s Creed : Origins sur le site de Best Buy

Merci à Ubisoft Canada pour la copie média ayant permis de réaliser ce test.
Les images illustrant cet article proviennent de ma partie sur PlayStation 4.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here