Beaucoup de gens attendaient avec impatience la nouvelle tablette conçue par Google. Il faut dire que la Google Pixel Slate a beaucoup de choses sur papier pour séduire d’autant plus qu’elle est vendue comme un remplaçant d’ordinateur portable et un compétiteur direct au iPad Pro. J’ai eu la chance de passer 3 semaines avec celle-ci et je crois que Google a un produit intéressant entre les mains si on peut vivre avec quelques inconvénients.

Vraiment un produit haut de gamme


Spécifications :

  • Écran 12,3″ avec une résolution de 3000×2000
  • Dimensions: 202.04mm x 290.85 mm x 7.0mm
  • Poids: 1.6 livre / .7kg
  • Boitier en aluminium bleu minuit
  • Caméra frontale 8 mégapixels ouverture ƒ/1.9 1080p 30fps vidéo
  • Caméra arrière 8 mégapixels ouverture ƒ/1.8 1080p 30fps vidéo
  • Processeur 8ème génération Intel® Core™ m3, i5 ou i7
  • Mémoire vive: 4 Go, 8 Go, et 16 Go
  • Stockage SSD: 32 Go, 64 Go, 128 Go ou 256 Go
  • Deux haut-parleurs avant
  • Deux micros pour une meilleure annulation du son
  • Pile de 48WHr capacité de 10
  • Wifi 802.11 a/b/g/n/ac, 2×2 MIMO, dual-band
  • Bluetooth® 4.2
  • Capteur d’empreintes digitales Pixel Imprint™
  • Système d’exploitation Chrome OS

Oubliez la tonne de tablettes Android de bas de gamme, vous avez ici un produit extrêmement élégant très bien conçu. L’arrière bleu en aluminium est lisse et on y trouve seulement le logo de Google. À ma grande satisfaction, les matériaux utilisés sont de grande qualité et l’assemblage est impeccable. C’est définitivement du solide et ce même si elle ne mesure que 1,7mm d’épais (1,1 mm de plus que le iPad Pro).

Pixel Slate

De chaque côté, vous trouverez un port USB-C auquel vous pourrez connecter vos divers périphériques ou même le câble d’alimentation. C’est très pratique dépendant où vous le déposer.

On retrouve également le lecteur d’empreintes digitales sur le côté qui est beaucoup plus stratégiquement placé que s’il avait été à l’arrière. C’est aussi avec celui-ci que vous allumerez la tablette.

Pixel Slate

À l’avant on retrouve deux haut-parleurs assez puissants qui m’ont beaucoup surpris. Le son est clair et il n’y a pas de distorsion même quand le volume est assez élevé. C’est à noter que vous n’avez pas de connecteur 3.5mm pour les écouteurs et aucun bouton pour augmenter ou diminuer le volume. Tout doit être fait directement dans le système d’opération ce qui est un peu agaçant.

Finalement, le clou du spectacle est sans contredit l’écran. Il est tout simplement incroyablement beau. Offrant une résolution de 3000×2000 avec sa taille de 12,3 pouces, c’est un plaisir d’écouter des vidéos sur la Pixel Slate ou même d’y dessiner avec le Pixel Pen (vendu séparément). Les couleurs sont riches et la définition sans faille. Immédiatement, je peux vous dire que l’écran est le gros point fort de cette tablette.

De bonnes performances

Pour le matériel, Google n’a pas hésité à aller pour les excellents processeurs d’Intel. Vous avez trois possibilités soir le processeur  de 8ème génération Intel® Core™ m3, i5 ou i7. Pour l’essai, j’ai eu le modèle avec le processeur i5 qui m’a semblé assez puissant pour tout ce que je voulais faire. C’est d’ailleurs ce modèle que je suggère de se procurer comme le processeur m3 est reconnu pour être plutôt moyen.

La pile quant à elle, offre une bonne durabilité de 10 heures. Prenez garde à ne pas laisser d’applications gourmandes ouvertes puisqu’elles continueront à drainer votre pile même quand la tablette est fermée. Est-ce que c’est un simple petit bogue? Je ne sais pas mais il m’est arrivé de ne pas toucher à la Pixel Slate pendant quelque temps et la retrouver la pile complètement déchargée. Plus simple de fermer toutes les applications pour éviter que ça se produise trop souvent.

ChromeOS

Pixel SlateC’est clair que c’est une très bonne idée de Google de mettre de côté Android pour les tablettes. Pour en avoir essayé quelques-unes, c’est fonctionnel mais on a toujours plus l’impression d’utiliser un système d’opération de téléphone sur un écran géant.

Pour briser ce moule, Google mise sur ChromeOS pour la Pixel Slate. Les débuts du système d’opération ont été un peu chambranlants puisqu’il n’avait aucune application native. Vous deviez constamment être connecté sur internet pour utiliser les applications de Google ce qui a ralenti son adoption.

La seconde mouture de ChromeOS a ajouté la possibilité d’installer des applications Android ce qui a grandement aidé à ajouter de la polyvalence aux appareils ChromeOS. Nous voici donc avec la Google Pixel Slate qui utilise la plus récente version ce système d’opération. Mon impression est que c’est encore un peu mi-figue mi-raisin.

D’un côté, c’est tout à fait génial de pouvoir installer n’importe quelle application Android. En partant, on se retrouve avec un large catalogue d’applications de tout genre.

De l’autre côté de la médaille, on découvre rapidement que puisque ces applications ne sont pas faites pour ChromeOS, elles ne tiennent pas compte de ces particularités. Par exemple, j’utilisais l’application Crave pour écouter certaines de mes émissions. Tout fonctionnait correctement jusqu’à ce que j’aille à faire pause.

Dans Android, il n’y a pas de dock qui apparaît pour offrir les applications que vous utilisez plus souvent. Or, ce dock arrive du bas de l’écran cachant ainsi les contrôles de navigation dès que vous touchez l’écran. Dans beaucoup d’applications, ce même dock devenait un peu un problème puisqu’il empêchait d’accéder certaines parties de ces applications.

Je dirais que le dock est probablement le plus gros irritant de ChromeOS sauf que vous ne pouvez pas vous en passer. C’est dans ce dock que vous devrez effectuer des tâches comme augmenter et diminuer le son ou accéder tous les configurations comme le réseau. Peut-être ça serait plus simple de l’accéder avec un mouvement ou je ne sais trop quoi mais pour le moment, ce n’est pas complètement au point.

L’implémentation du monde multitâche n’est pas non plus de tout repos. J’ai bien essayé de le faire marcher correctement mais on est limité par les applications elles-mêmes qui ne supportent pas tous ce mode ainsi que l’emplacement qu’on peut mettre nos applications dans l’écran. C’est clair que Google va devoir travailler sur cette fonction dans les prochaines versions.


Stylet Pixelbook et Pixel Clavier

Pixel SlatePour vraiment remplacer votre ordinateur portable, vous devez avoir un clavier physique. La bonne nouvelle est que le clavier Pixel est excellent si vous voulez taper des textes. Sa touche est bonne et on peut facilement l’ajuster à la hauteur voulue. Il est aimanté via un petit connecteur au milieu du côté. C’est solide et il ne tombera jamais si vous ne tirez pas dessus.

Mon seul problème avec le clavier est le même que tous ces genres de clavier. Vous devez absolument avoir aussi une couverture de tablette puisque c’est désagréable de tenir sa tablette avec le clavier en dessous. Il arrive fréquemment qu’on fasse des fausses touches en se déplaçant. Et puis, il est assez dispendieux.

Quant à lui, le stylet Pixelbook vous permet de prendre des notes manuscrites ou de dessiner avec aisance. Je ne sais quoi trop penser du fait qu’il requiert une pile AAA pour fonctionner. D’un côté, j’apprécie le fait qu’on peut simplement la prendre et la remplacer à n’importe quel moment. À l’inverse, je préfère autant que possible d’avoir des périphériques rechargeables pour la commodité et l’environnement. Disons simplement qu’il fonctionne bien.

Comme la compétition, ces deux périphériques sont vendus séparément. Si votre but est de remplacer votre ordinateur portable, ça augmente significativement le prix de votre achat. C’est un pensez-y-bien.

Verdict

La Google Pixel Slate veut vous offrir le meilleur des deux mondes avec un produit qui est autant une tablette qu’un remplaçant d’ordinateur portable. En se procurant le clavier, on est vraiment très prêt du but. Le système d’exploitation ChromeOS requiert encore un peu de raffinement surtout pour le multitâche mais il fait le travail si vous travaillez sur une chose à la fois. De plus, il serait bien qu’on puisse avoir des applications créées spécialement pour celui-ci à court ou moyen terme pour bien exploiter ses particularités.

Pour son mode tablette, c’est déjà plus réussi. Malgré mes réserves sur la compatibilité de certaines applications, mon expérience avec ChromeOS est plus positive que celle avec Android pour tablette. Certains trouveront peut-être que 12,3 pouces c’est un peu gros pour trainer un peu partout et je ne peux pas dire qu’ils ont tort. Sauf que rendu là, c’est aussi une question de préférences.

Évidemment, le prix est l’autre chose qui arrêtera peut-être certaines personnes mais elle se compare facilement aux iPad Pro ou Surface de Microsoft. C’est pour moi la meilleure tablette Android sur le marché et elle vaut la peine d’être considérée malgré ses quelques irritants.

Vous trouverez plein d’autres produits Google ainsi qu’une large sélection de tablettes Android sur le site de Best Buy.

PARTAGER SUR
Christian Jarry
Joueur sur PC depuis 1984, j'ai acheté ma première console en 1999: la Dreamcast. Plusieurs autres consoles suivront par la suite mais je demeure toujours attaché au jeux PC. Dans mes autres temps libres, j'aime également m'entretenir sur la techno, la musique et la photographie.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here