RiseLaraintro.jpg

L’archéologue anglaise Lara Croft repart à l’aventure dans Rise of the Tomb Raider. Si j’attendais cette sortie avec impatience, je n’en suis pas déçue, même que ce jeu sera certainement dans mon Top de l’année. Voici mes impressions sur ce titre offert en sortie exclusive sur les consoles de Microsoft, du moins pour 2015.

En résumé

RiseTRcover.jpgSuivant la quête de son père, Lara Croft parcourt les ruines de la Syrie avant de se rendre en Sibérie à la recherche du tombeau du Prophète dans la cité de Kitej dont la source divine serait source de l’immortalité. La jeune femme n’est bien sûr pas la seule à chercher cet endroit mythique. Elle est pourchassée par les membres de l’Ordre de la Trinité, ces soldats qui font tout ce qu’ils peuvent pour lui barrer la route. D’abord accompagnée de Jonah, Lara sera ensuite aidée par Jacob et ses confrères, les habitants natifs de la région qui tentent de protéger leur territoire et les trésors qui s’y trouvent.

Rise of the Tomb Raider est développé par Crystal Dynamics et publié par Square Enix et Microsoft Studios.

Date de parution: 10 novembre 2015

Plateformes: Xbox 360 / Xbox One

Une sortie pour PC et PlayStation 4 sont prévues en 2016

Style: Action / Aventure

Classement ESRB: M (Mature, 17 ans et plus)

Langue d’exploitation: Jeu disponible en français

Un scénario captivant

J’adore les parallèles entre l’aventure actuelle et les épisodes de Lara avec son père quand elle était jeune. Ça nous fait comprendre sa motivation pour partir en voyage qui est d’abord pour continuer le travail de son père. Voir des portions à Londres au manoir des Croft entre deux expéditions m’a permis de mieux m’immerger dans l’histoire de l’héroïne, de mieux comprendre son cheminement. Son père est mort avant d’avoir trouvé les preuves de ses recherches, ce que Lara ira chercher en Syrie, puis en Sibérie. À travers le jeu, on en apprend sur l’histoire des Croft, mais aussi sur celle du Prophète, de ses fidèles et des Trinitaires. Je me fais un devoir de lire et écouter tous les documents déposés dans les endroits à explorer. En plus d’ajouter de la profondeur au scénario, c’est une partie intégrante d’une aventure telle que la série Tomb Raider.

Une modélisation sans faille

Lara Croft est une icône du jeu vidéo d’aventure. Elle est connue depuis tant d’années! Pourtant, j’ai l’impression de la redécouvrir dans cette plus récente refonte de son histoire grâce à Tomb Raider paru en 2013 puis avec Rise of the Tomb Raider qui en constitue sa suite. Les développeurs ont par ailleurs souligné que les cicatrices qu’elle arbore dans ce jeu proviennent de ce qu’elle a vécu il y a trois ans. Dans ce nouvel opus, Lara est plus belle que jamais. Sa modélisation nous permet de ressentir ses émotions et le jeu de l’actrice y prêtant sa voix bonifie l’ensemble parfaitement. Pour sa version originale en anglais, le rôle est confié à Camilla Luddington (Dre Grey, leçons d’anatomie) alors qu’en français, on peut entendre la voix d’Alice David (Bref, Les Profs, Babysitting) qui fait un très bon boulot.

RiseTR3.jpg

Action et exploration, parties prenantes de l’aventure

Tout au long de son périple, Lara rencontre des membres de l’Ordre des Trinitaires. Cette secte violente l’attend à chaque détour, obligeant Lara à se battre seule contre une armée. Si elle acquiert un pistolet, un fusil et un canif, mes deux armes de prédilection demeurent l’arc et le piolet. Oui, pour les combats rapprochés, mon piolet est très bien. Surtout après avoir pu le renforcer adéquatement et en attribuant les points de compétences requises pour son statut de combattante.

En plus des soldats, j’ai dû me battre contre un tigre, des loups et deux ours occupant les grottes que je voulais explorer. Pas facile au début mais avec de la persévérance et l’excellent truc de se guérir rapidement en appuyant sur LB – cette commande deviendra votre kit de survie, je vous le garantis – je n’ai plus rien à mon épreuve. C’est quand même une fierté de vaincre un ours toute seule, non? Les environnements sont fabuleux et vivants. Les forêts sont remplies d’oiseaux, de lièvres, de cerfs et de sangliers qu’on peut chasser pour en récupérer les peaux et les plumes.

Comme pour le titre précédent, c’est au feu de camp qu’on endurcit le personnage en plus de fabriquer des outils et armements plus performants. C’est également l’endroit qui permet de retourner vers des lieux déjà visités pour en compléter l’exploration.

Des environnements grandioses

Rise of the Tomb Raider nous plonge au cœur d’un scénario qui nous fait visiter des lieux mythiques, découvrant des temples enfouis, partiellement détruits mais regorgeant de vestiges ayant survécu à la destruction. On peut passer du temps à admirer des fresques, des statues, des mosaïques. En fouillant les tombeaux, on y découvre des artefacts uniques, comme celui caché dans un bateau fossélisé dans une caverne en début de partie.

J’ai visité beaucoup de grottes qui n’étaient que des repaires pour les animaux sauvages mais la découverte de vestiges oubliés dans des galeries secrètes dont l’accès demande un peu de jugeotte est ce que j’aime des jeux d’aventure à saveur archéologique comme celui-ci. Naturellement, elles sont difficiles d’accès. La force du jeu est d’être capable de s’y rendre en grimpant sur des parois glacées, en plongeant dans des lacs souterrains, en s’accrochant à des murs chambranlants, en courant pour se sauver d’un édifice qui s’effondre suite à notre passage. Les endroits où Lara peut se faufiler sont indiqués de rayures sur une falaise ou l’usure d’un mur en bois. Tous ne sont pas si subtils mais sont quand même bien intégrés au décor.

J’apprécie également la fonctionnalité faisant rayonner l’inscinct de survie de Lara Croft qui aide à voir ce que l’oeil ne voit pas. En appuyant sur R3, les objets avec lesquels on peut interagir sont en surbrillance. Cette commande affiche également la direction à prendre pour atteindre la prochaine étape comme une boussole. Ceci ajoute un effet de linéarité à l’aventure mais évite justement de tourner en rond inutilement. Pour moi, c’est bienvenu surtout que ce n’est pas obligatoire d’y recourir. Si vous préférez prendre votre temps et fouiller minutieusement sans cette aide, libre à vous!

RiseTR4.jpg

RiseTR5.jpg

Au final, Rise of the Tomb Raider propose une aventure prenante dont je passe des soirées entières à ne pas voir l’heure avancer. C’est bon signe! Le titre offre une histoire aux multiples facettes qui coule naturellement tout en laissant une place importante à l’exploration. C’est définitivement une recommandation à ajouter à sa collection vidéoludique. Pour moi en tout cas, ce jeu est excellent.

Les Plus:

RiseTR1.jpg+ La richesse du scénario

+ De magnifiques environnements

+ Une mécanique de jeu fluide et bien pensée

+ Lara Croft, comme personnage complet et un modèle à suivre. Le femme stéréotypée des années passées laisse place à une jeune héroïne belle, forte et sensible à la fois.

Les Moins:

– Je n’ai jamais trouvé comment fabriquer de nouvelles flèches standard avec le clic rapide (RB) quand mon inventaire de flèches empoisonnées ou enflammées est plein.

Verdict

  • Jouabilité: 4/5
  • Visuel: 4,5/5
  • Audio: 5/5
  • Durée de vie potentielle: 5/5

Note finale: 4,5/5

PARTAGER SUR
Mélanie Boutin-Chartier
Joueuse invétérée, j'ai eu la chance de travailler comme monteure sur l'émission M.Net à MusiquePlus. Mon expérience vidéo ludique s'est étendue aux évaluations de jeux vidéo pour Jouez.com, Le Blogue Techno de Future Shop et l'Épée Légendaire. N'hésitez pas à me suivre sur Twitter, ma page Facebook, YouTube et Twitch.tv (Matante75) où je diffuse régulièrement mes parties sur Xbox One et PlayStation 4!

Twitch.tv

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here